Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > La veille hydrologique

La veille hydrologique

Ce bulletin vous est présenté par l'Agence Régionale de la Biodiversité Nouvelle-Aquitaine (ARB NA), au sein de laquelle l'ORE Poitou-Charentes a fusionné au 1er janvier 2018. Ce bulletin, afin d'assurer la continuité du service existant sur les territoires, est un zoom sur le secteur des bassins du nord de la région : Charente, Clain, Vienne aval, Sèvre Niortaise, Thouet, Seudre ... Consulter les bulletins de situation hydrologique sur les autres territoires de la Nouvelle-Aquitaine sur le site de l'ARB NA.

Etat de la ressource en eau et des mesures de gestion en Poitou-Charentes et Sud Vendée (Marais Poitevin) en avril 2018

Le barrage de la Touche-Poupard (79) Ce bilan a été réalisé à partir des données et informations fournies par les structures suivantes : Région Nouvelle-Aquitaine, Météo France, Banque Hydrologique, Société Publique Locale des Eaux du Cébron (SPL Cébron), Société Publique Locale des eaux de la Touche-Poupard, Fédérations de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique (FPPMA) des départements Charente (16), Charente-Maritime (17), Deux-Sèvres (79) et Vienne (86) ainsi que du groupement régional, départements de la Vendée (CD 85) et de la Charente (CD 16), Directions Départementales des Territoires de la Vienne (DDT 86) et de Charente-Maritime (DDTM 17), DREAL Nouvelle-Aquitaine, DREAL Pays de la Loire, Services de Prévision des Crues (SPC) Vienne Charente Atlantique et Dordogne, EPTB Charente, ODE 85, Grand Poitiers, SIAH Né, SYMBA, EDF, de l'Agence Française pour la Biodiversité (AFB), des Préfectures des 4 départements de Poitou-Charentes (16, 17, 79, 86) et de la Vendée (85), Agence Régionale de la Santé Nouvelle-Aquitaine, Eaux de Vienne.

Téléchargez les bulletins mensuels au format PDF et au format vidéo

Bilan de la situation intiale de l’étiage 2018 (Synthèse)deco

Rappel sur l'étiage 2017 : après un printemps 2017 déficitaire, les précipitations ont à nouveau été très rares de juillet à octobre 2017. Ce déficit pluviométrique entraîna une dégradation de la situation des ressources en eau déjà défavorable du début d'étiage. Ainsi, les conditions hydrologiques en fin d'étiage 2017 n'étaient pas favorables.

Les faibles pluies d'automne et du début d'hiver 2017 n'ont pas permis d'inverser la tendance à la dégradation des ressources. Il fallut attendre le mois de janvier 2018 (6ième mois de janvier le plus arrosé depuis 1959 en Poitou-Charentes) pour voir un retour de précipitations importantes et salvatrices pour les ressources en eau et les milieux aquatiques. A nouveau le mois de février est marqué par des précipitations généralement 10 à 30 % plus faibles que la normale sauf exceptions avant un nouveau retour des pluies en mars et de nouveaux records : en Charente-Maritime, mars 2018 occupe le 5ième rang des mois de mars les plus arrosés depuis 1959 ; et dans les Deux-Sèvres le 7ième rang.

L'évolution des conditions pluviométriques influençant directement l'état quantitatif des ressources en eau, la situation des eaux souterraines apparaissait préoccupante jusqu'à la fin de l'année 2017 avec des niveaux d'eau majoritairement inférieurs aux moyennes. La recharge des nappes s'est par la suite tardivement enclenchée au cours du mois de janvier permettant une hausse importante des niveaux d'eau : ¾ des piézomètres indiquaient des niveaux proches ou supérieurs à la moyenne interannuelle fin février et fin mars.

Les mêmes tendances sont observées au niveau des cours d'eau avec d'octobre à décembre 2017, des débits moyens mensuels inférieurs aux moyennes interannuelles pour la quasi-totalité des cours d'eau suivie. Puis de janvier à mars, une amélioration de la situation des cours d'eau avec des débits moyens mensuels proches ou supérieurs à la moyenne.

Concernant les 4 grands barrages réservoirs (Touche Poupard, Cébron, Lavaud et Mas Chaban), le remplissage a pu se faire en grande partie au cours du mois de janvier.

Enfin, la situation défavorable des milieux aquatiques qui a perduré tout au long de l'automne 2017 avec l'observation de nombreux assecs ou ruptures d'écoulement jusqu'en décembre sur certains bassins, s'est améliorée au premier trimestre 2018 grâce aux précipitations permettant de générer des épisodes de crues essentiels à la vie des cours d'eau et des milieux aquatiques. La cellule migrateurs Charente-Seudre a pu observer dès le mois de janvier différentes espèces en montaison (lamproie) ou en dévalaison (anguille).

Comme en 2016-2017, la reconstitution des ressources en eau s'est donc enclenchée tardivement cette année encore avec une tendance des niveaux à la hausse observée seulement à partir de janvier. Les précipitations importantes de janvier et mars ont tout de même permis une amélioration significative de la situation. Ainsi, à la veille de la période d'étiage, durant laquelle s'enclenche la phase de vidange des ressources, la situation des ressources en eau apparait globalement favorable.

En ce début de période printanière, les milieux aquatiques et les usages de l'eau restent fortement dépendants des précipitations, surtout lorsque la recharge naturelle n'a pu se faire correctement comme c'est le cas cette année. Or, en l'absence de pluies, les niveaux des nappes et des cours d'eau risquent de baisser rapidement, d'autant plus que les besoins de la végétation et les températures vont s'accroître encore davantage.

Synthèse du mois d’avril 2018deco

Ce bulletin spécifique intègre un zoom sur la situation de l'eau (d'octobre 2017 à mars 2018) à l'abord de la période d'étiage 2018.

Les cumuls de pluies sont globalement déficitaires faisant du mois d'avril 2018 le 5ième mois d'avril consécutif plus sec que la normale sur le Poitou-Charentes.

Au 30 avril, la situation des nappes apparait globalement satisfaisante avec 81% des piézomètres indiquant un niveau proche ou supérieur à la moyenne, ce qui constitue la 9ème situation la plus favorable de ces 18 dernières années à la même période.

Concernant les débits des cours d'eau, la tendance générale est à la baisse entre le début et la fin du mois, excepté sur la Vienne. Les débits moyens mensuels restent supérieurs aux moyennes interannuelles pour la majorité des cours d'eau suivis.

Les grands barrages-réservoirs sont remplis à fin avril.

Après la phase de consultation du public, les arrêtés cadre 2018 ont été signés par les préfets et sont rentrés en application début avril. Aucun arrêté de restriction ne semble avoir été pris au cours du mois.

Retour au sommaire

Bilan pluviométriquedeco

Sources : Météo France ; données fournies par la DREAL Nouvelle-Aquitaine
Bulletin mensuel d'avril 2018 édité le 2 mai 2018..

Situation d'octobre 2017 à mars 2018

Les mois d'octobre et de novembre sont marqués par des températures douces et de faibles pluies. Octobre 2017 occupe le 7ème rang des mois d'octobre les plus secs depuis 1958 sur l'ensemble du Poitou-Charentes et novembre 2017 le 10ème rang.
Le mois de décembre est marqué par le retour des pluies, certains jours étant particulièrement arrosés.
Il en va de même en janvier avec des cumuls mensuels nettement supérieurs aux normales saisonnières sur les quatre départements ; janvier 2018 est ainsi le 6ième mois de janvier le plus arrosé depuis 1959.
En février, les cumuls mensuels de précipitations varient entre 30 et 60 mm et sont généralement 10 à 30 % plus faibles que la normale sauf exceptions.
En mars, les précipitations sont de nouveau importantes avec un cumul de 16 à 24 jours de pluies ; en Charente-Maritime, mars 2018 occupe le 5ième rang des mois de mars les plus arrosés depuis 1959 ; et dans les Deux-Sèvres le 7ième rang.

Pour la période d'octobre 2017 à mars 2018, le niveau de précipitations est :
- inférieur aux normales pour la station pluviométrique de Niort
- proche des normales pour La Rochelle et Poitiers
- supérieur aux normales pour Cognac.

Pluviométrie du mois d’avril 2018

En avril, les précipitations varient entre 30 et 70 mm en général, mais ponctuellement, le cumul mensuel dépasse les 90 mm comme à Niort par exemple.

Les pluies apparaissent globalement déficitaires. Elles sont proches des normales sur l'extrême nord du Poitou, sur la côte et près de Niort. En Vienne, en Charente et sur le centre-est de la Charente-Maritime, les déficits varient de 20 à 50 %. Par ailleurs, ils apparaissent hétérogènes.

C'est le 5ième mois d'avril consécutif plus sec que la normale sur le Poitou-Charentes (avril 2017 était plus sec que cette année).

Cumuls de mars et d'avril 2018

Les cumuls pluviométriques d'avril 2018 sont supérieurs aux moyennes mensuelles interannuelles à la station de Niort (+129%), inférieurs aux moyennes à La Rochelle (-91%), Poitiers (-89%), et Cognac (-82%).

Tableau comparatif entre les cumuls pluviométriques des mois de mars et d'avril 2018, et les moyennes mensuelles interannuelles :

Cumuls de précipitations (mm)
Station Mars 2018 Moyenne mars Avril 2018 Moyenne avril
Cognac75,657,758,571
La Rochelle126,252,658,063,9
Niort100,463,892,171,3
Poitiers Biard87,947,450,156,1

Pluviométrie cumulée de novembre 2017 à avril 2018 :

Les cumuls de pluie sur les six mois apparaissent excédentaires malgré les faibles quantités d'eau d'avril. Les excédents sont de 10 à 20% sur la majorité des bassins du Poitou-Charentes et atteignent 30% sur le sud de la Charente.

Pluies efficaces :
Les pluies efficaces sont égales à la différence entre les précipitations totales et l'évapotranspiration réelle. Elles représentent la quantité d'eau fournie par les précipitations qui reste disponible, à la surface du sol. Cette eau est répartie, au niveau du sol, en deux fractions : l'écoulement superficiel et l'infiltration contribuant à la recharge des nappes.

Les pluies ont été majoritairement efficaces (valeurs positives) sur l'ensemble du Poitou-Charentes de novembre 2017 à mars 2018. Les cumuls sont notamment élevés en décembre et en janvier. Seul le mois d'octobre présente des valeurs négatives.

En avril, les pluies ont été rarement efficaces sur le Poitou-Charentes. La côte, le nord de la Charente-Maritime et le bassin de la Sèvre Niortaise présentent un cumul compris entre 0 et 10 mm. Ailleurs, il est négatif de l'ordre de -5 à -20 mm.

Humidité dans les sols superficiels :

D'octobre 2017 à avril 2018, l'humidité des sols a été :
- déficitaire au 1er novembre, au 1er décembre
- hétérogène au 1er octobre et au 1er janvier (déficitaire en Vienne et Deux-Sèvres et excédentaire en Charente et dans la partie sud de la Charente-Maritime)
- conforme à excédentaire au 1er février et au 1er mars
- très excédentaire au 1er avril

Au 1er mai 2018, l'humidité des sols apparait excédentaire de 10 à 20% en Charente, Charente-Maritime et sur le nord Vienne et Deux-Sèvres. Par ailleurs, elle est conforme à la moyenne.

Pour en savoir plus sur la météo du secteur : http://france.meteofrance.com (Consultez le suivi hydrologique de Météo France : Rubrique Climat > Bilans Climatiques)
Accédez aux données de 4 stations météorologiques de Poitou-Charentes : Poitiers, Niort, Cognac, La Rochelle.

Retour au sommaire

Suivi piézométriquedeco

Sources : Réseau Piézométrique Poitou-Charentes /Région Nouvelle-Aquitaine, Conseil Départemental de la Vendée, Observatoire de l'Eau en Vendée, Traitement ARB NA.

Dans l'analyse qui suit, la moyenne mensuelle interannuelle est calculée par rapport aux chroniques historiques et une enveloppe correspondant à 5% du battement de la nappe lui est appliquée. Rappelons que la moyenne interannuelle est calculée d'après un historique de mesures qui est propre à chaque piézomètre et fonction de l'année de sa mise en service, qui est généralement postérieure à l'irrigation. Cette moyenne est par conséquent influencée par les prélèvements.

Situation d'octobre 2017 à mars 2018 :

En fin d'année 2017, la situation des nappes était préoccupante avec une majorité de piézomètres situés en dessous de la moyenne. Toutefois, en décembre, une légère amélioration avec le retour des pluies est observée. En janvier, les fortes précipitations enregistrées ont permis aux nappes de se reconstituer en partie, avec 59% des niveaux situés proches ou supérieurs à la moyenne. En février et en mars, la situation perdure, avec des nappes toujours en majorité proches à supérieures à la moyenne.

Situation en avril 2018 :

Au 30 avril, la situation générale des eaux souterraines apparait globalement satisfaisante en Poitou-Charentes avec 81,2% des piézomètres indiquant des niveaux proches ou supérieurs à la moyenne.

De plus, 59 stations indiquent une hausse par rapport au mois précédent et 53 présentent une baisse. La situation de 2018, au 30 avril, se situe au 9ème rang des situations les plus favorables de ces 18 dernières années, à la même période.

Synthèse par type de nappe :

  • Pour les nappes libres : 84,8% des piézomètres sont proches ou supérieurs à la moyenne de plus de 5% (81% fin mars), dont 12,6% proche de la moyenne ; 12 piézomètres sont inférieurs à la moyenne (15,2%).
  • Pour les nappes captives : 72,7% des niveaux piézométriques sont proches à supérieurs à la moyenne de plus de 5% (64,7% fin mars), dont près de 15,1% proche de la moyenne ; 9 piézomètres sont inférieurs à la moyenne (27,3%).

Synthèse par département :

  • en Charente : la situation s'est améliorée à fin avril par rapport à fin mars, avec 79,17% de piézomètres supérieurs à la moyenne, et 4,17% de piézomètres proches de la moyenne interannuelle (contre respectivement : 65,4% moyenne et 23,1% = moyenne, fin mars). 4 piézomètres sont inférieurs à la moyenne (soit 16,7%) fin avril (11,5% fin mars).
  • en Charente-Maritime : la situation observée fin avril s'est améliorée par rapport à celle observée fin mars : en effet, on compte 96% de piézomètres proches à supérieurs à la moyenne(80% = moyenne fin mars), et 4% en dessous de la moyenne (20% fin mars).
  • en Deux-Sèvres : la situation fin avril est semblable à celle observée fin mars : 78,6% des piézomètres sont proches à supérieurs à la moyenne (78,6% = moyenne fin février) ; 6 piézomètres sont en dessous de la moyenne (21,4%).
  • en Vienne : la situation fin avril s'est améliorée par rapport à celle observée fin mars, puisque 71,4% des piézomètres présentent un niveau proche à supérieur à la moyenne, contre 62,9% fin mars, et 10 piézomètres se situent en dessous de la moyenne (28,6%), contre 37,1% fin mars.

Carte représentant l'état des aquifères en Poitou-Charentes au 30 avril 2018
Consultez le bulletin de situation des nappes d’eau souterraines au 30 avril 2018

Pour en savoir plus, consultez le site du réseau piézométrique Poitou-Charentes.

Etat de la ressource en eau souterraine - Secteur Sud Vendée du Marais Poitevin

Le bulletin de suivi du niveau des nappes en Vendée n'est plus disponible, néanmoins les données (mises à jour quotidiennement) sont toujours consultables et téléchargeables pour chaque station de mesure.

Pour suivre les ressources en eau du secteur Sud Vendée du Marais Poitevin, consultez le bulletin de suivi de l'Observatoire de l'Eau en Vendée.

Retour au sommaire

Hydrologiedeco

Sources : Banque HYDRO, DREAL Nouvelle-Aquitaine (Département Hydrométrie et Prévision des Crues Vienne-Charente-Atlantique) et Pays de la Loire

Situation d'octobre 2017 à mars 2018 :

D'une manière générale, d'octobre à décembre 2017, les débits moyens mensuels sont restés inférieurs aux moyennes interannuelles pour la quasi-totalité des cours d'eau suivis ci-dessous. Une amélioration est par la suite observée à partir de la dernière décade de décembre grâce aux précipitations intenses qui se sont poursuivies en janvier et fin février, générant plusieurs épisodes de crues (vigilance de niveau 1) notamment pour certains cours d'eau des bassins Charente et Seudre. De janvier à mars, la situation des cours d'eau apparait favorable avec des débits moyens mensuels proches ou supérieurs à la moyenne.

Situation en avril 2018 :

En avril, la tendance générale des débits journaliers est à la baisse entre le début et la fin du mois, exceptée sur la Vienne. Les débits moyens mensuels apparaissent cependant majoritairement supérieurs aux moyennes interannuelles.

Synthèse par station :

Le tableau suivant permet de caractériser la situation de certains cours d'eau du Poitou-Charentes, en comparant le débit moyen mensuel (moyenne des débits journaliers enregistrés ce mois-ci) au débit moyen mensuel interannuel (débit moyen du mois considéré calculé, sur l'ensemble de l'historique des mesures de chaque station).

Tableau de comparaison des débits moyens mensuels (octobre 2017 à avril 2018) et interannuels

Bassin / secteurCours d'eauLocalisation de la station de suiviOct 2017Nov 2017Déc 2017Janv 2018 Fév 2018 Mars 2018 Avril 2018
Vienne amont Vienne Étagnac (16) 54% ! 39% 86% ! 225% 112% 125% 113%
Vienne aval Vienne Lussac-les-Châteaux (86) 43% 32% 84% 243% 133% 147% 120%
Vienne Ingrandes (86) 42% 30% 65% 190% 111% 107% 99%
Veude Lémeré (37) 26% 17% 16% 43% 77% 83% 78%
Gartempe Gartempe Vicq-sur-Gartempe (86) 61% 40% 71% 223% 137% 162% 124%
Creuse Creuse Leugny (86) 40% 26% 60% 211% 121% 116% 93%
Clain Vonne Cloué (86) 19% 8% 14% 162% 100% 153% 113%
Boivre Vouneuil-sous-Biard (86) 30% 16% 11% 57% 75% 99% 111%
Clain Poitiers (86) 40% 18% 25% 157% 118% 130% 126%
Clain Dissay (86) 29% 20% 20% 121% 90% 107% 90%
Thouet Thouaret Luzay (79) 1% 0,2% 6% 90% 120% 160% 145%
Argenton Massais (79) 6% 3% 8% 112% 139% 159% 226%
Dive du Nord Pouançay (86) 28% 23% 23% 33% 66% 92% 98%
Thouet Montreuil-Bellay (49) 6% 4% 11% 100% 90% 154% 187%
Sèvre Niortaise et Marais Poitevin Lay Mareuil-sur-Lay-Dissais (85) 15% ND 10% ND 108% 154% 348%
Autize Saint-Hilaire-des-Loges (85) 2% 0,18% 13%* 28%* 20% 22% 46%
Sèvre Niortaise Azay-le-Brûlé (79) 35% 22% 28%* 219% 143% 208% 203%
Sèvre Niortaise Niort (79) 21%* 7% 19% 126% 92% 117% 142%
Vendée Vendée Pissotte (85) 4% 2% 1% 105% 97% 149% 259%
Sèvre Nantaise Sèvre Nantaise Saint-Mesmin (85) 11% 6% 14% 128% 120% 149% 203%
Sèvre Nantaise Tiffauges (85) 9% 6% 17% 134% 117% 155% 202%
Dronne Lizonne Saint-Séverin (16) 42% 29%* 113% 241% 134% 131% 138%
Dronne Bonnes (16) 43% ! 34% 95% ! 231% ! 99% ! 123% 127%
Tude Médillac (16) 11% 8% 100% 295% 119% 158% 171%
Dronne Coutras (33) 61% 36% 152% 289% 135% 169% 147%
Charente amont Bonnieure Saint-Ciers-sur-Bonnieure (16) 21% 8% 62% 237% 116% 129% 103%
Tardoire Montbron (16) 27% 23% 54%* 168% 71% 81% 109%
Touvre Gond-Pontouvre (16) 43% 33% 67% 142% 136% 120% 125%
Charente Vindelle (16) 23% 11% 48% 207% 135% 123% 104%
Charente moyenne Charente Jarnac (16) 63% 29% 92% 242% 175% 158% 191%
Charente aval Salles-d’Angles (16) 10% 6% 44% 230% 106% 104% 103%
Seugne Saint -Seurin-de-Palenne (17) 29% 16% 64% 248% 116% 135% 156%
Charente Chaniers (17) 51% 27% 69% 276% 147%* 125% 189%
Boutonne Saint-Séverin / Boutonne (17) 25% 12% 24%* 196%* 140% 164% 180%
Seudre Seudre Saint-André-de-Lidon (17) 19% 10% 33% 148% 113% 155% 203%

Légende :
ND : données non disponibles ou nombre de valeurs trop faible pour avoir une moyenne représentative
* : valeurs de débit journalier manquantes (nombre de jours manquants)
/ !\ : données incertaines

Retour au sommaire

Centrale Nucléaire de Civauxdeco

Sources : EDF, Autorité de Sécurité Nucléaire

Zoom sur la centrale nucléaire de Civaux :

La centrale de Civaux est située sur le bassin de la Vienne, entre les stations débitmétriques de Lussac-les-Châteaux en amont et de Cubord (commune de Valdivienne) en aval. Pour assurer son fonctionnement et en particulier le refroidissement de ces réacteurs, celle-ci prélève de l'eau dans la Vienne. Les prélèvements mais également les rejets d’eau (dans le domaine public) de la centrale sont régis par l’Arrêté de rejet de prise d’eau (ARPE) du 23 juin 2009.

Le débit minimum de la Vienne en aval de la centrale doit être de 10 m3/s en moyenne journalière. Le point de mesure réglementaire est situé sous le pont de Cubord.
Un autre point de mesure permet de suivre le débit de la Vienne en amont de la centrale, il s’agit de la station de Lussac-les-Châteaux (point nodal) pour laquelle la valeur de DCR (Débit de Crise) est fixé à 10 m3/s. En dessous de cette valeur, on considère que seuls les exigences de la santé, de la salubrité publique, de la sécurité civile et de l’alimentation en eau potable de la population et les besoins des milieux naturels peuvent être satisfaits. Des seuils d’alerte nommés DSA (Débit Seuil d’Alerte) sont définis sur la station de Lussac :
- au printemps : 18 m3/s
- en été : 13 m3/s

C'est la station de Cubord qui fait office de station débitmétrique de référence pour le suivi du fonctionnement de la Centrale. Selon l'Autorité de Sûreté Nucléaire (Décision n°2009-DC-0138 du 2 juin 2009*), « l'exploitant de la centrale prend toutes les dispositions pour garantir un débit moyen journalier minimum en Vienne à l'aval du rejet de la centrale supérieur à 10 m3/s ».
La centrale prélève avec ses deux réacteurs en fonctionnement et à pleine puissance un total de 4 m3/s, dont 2 m3/s sont restitués à la Vienne. Si le DSA de 13 m3/s en amont à Lussac est respecté, le débit à 10 m3/s en aval à Cubord (valeur issue de l'ARPE) sera lui aussi respecté.
En outre, les conditions de rejet d'effluents radiochimiques font l’objet d’une réglementation imposant un débit minimal et maximal. Ils sont autorisés lorsque le débit de la Vienne mesuré à Cubord est compris entre 20 et 400 m3/s. Toutefois lorsque le débit de la Vienne est compris entre 20 et 27 m3/s, les rejets donnent lieu à une information de l’ASN. Un régime dérogatoire permet également dans certaines conditions strictes et avec l'accord de l'Autorité de sûreté nucléaire de réaliser des rejets entre 10 et 20 m3/s. Lorsque les conditions de rejet ne sont pas réunies, la centrale stocke ses effluents dans des réservoirs spécifiques.
*Décision n° 2009-DC-0138 de l'Autorité de sûreté nucléaire du 2 juin 2009 fixant les prescriptions relatives aux modalités de prélèvements et de consommation d'eau et de rejets dans l’environnement des effluents liquides et gazeux des installations nucléaires de base n° 158 et n° 159 exploitées par Électricité de France (EDF-SA) sur la commune de Civaux

Le débit moyen journalier de la Vienne a été inférieur à 20 m3/s durant 22 jours courant octobre 2017, durant 16 jours courant novembre 2017, et supérieur à 400 m3/s durant 8 jours courant janvier 2018, obligeant ainsi le stockage des effluents de la centrale sur cette période.

En décembre 2017, puis de février à avril 2018, le débit moyen journalier de la Vienne a été systématiquement compris entre 20 et 400 m3/s, autorisant alors les rejets d'effluents radioactifs.

Débits de la Vienne - dernières données du mois  :

  • à Cubord, station débitmétrique de référence = 209 m3/s (le 30/04)
  • à Lussac-les-Châteaux = 234 m3/s (le 30/04)

Retour au sommaire

Etat des niveaux d’eau dans le Marais Poitevindeco

Pour consulter les bulletins et les cartes hebdomadaires des cotes instantanées mesurées dans les biefs du Marais Poitevin (marais mouillés de la Sèvre Niortaise, du Mignon et des Autizes), consultez la page dédiée sur le site de l’Institution interdépartementale du bassin de la Sèvre Niortaise.
Pour consulter les données brutes sur le système d’information de l’Etablissement Public du Marais Poitevin (EPMP)

Retour au sommaire

Les barrages-réservoirsdeco

Sources : SPL des eaux du Cébron, SPL des eaux de la Touche-Poupard et EPTB Charente

Situation d'octobre 2017 à mars 2018

En lien avec les faibles précipitations observées d'octobre à décembre 2017, le remplissage des 4 grands barrages réservoirs a débuté tardivement en janvier grâce cette fois à des précipitations importantes qui se sont poursuivies en février permettant le remplissage intégral des 4 grands barrages fin février/début mars.

Situation en avril 2018

A fin avril, le taux de remplissage est de 100% pour la Touche Poupard, Mas Chaban et Lavaud, et de 90% pour celui du Cébron. La situation apparait donc nettement plus favorable que celle de 2017, à la même époque.

Deux-Sèvres Charente
Cébron-Puy Terrier (1) Touche-Poupard (2) Mas Chaban (3) Lavaud (4)
Fin avril 201896%100%100%100%
Fin mars 2018 100% 100% 100% 100%
Fin février 2018 94% 100% 100% 100%
Fin janvier 2018 85% 94% 94% 95%
Fin décembre 2017 17% 33% 24% 20%
Fin novembre 2017 21% 32% 10% 10%
Fin octobre 2017 25% 34% 11% 8%
Fin avril 201763%73%56%47%
Fin mars 2017 60% 72% 57% 40%
Fin février 2017 12%* 45% 30% 19%*
Fin janvier 2017 3%* 37% - 8%*
Fin décembre 2016 1%* 37% 32%(au 8) 7%*
Fin novembre 2016 0% (au 15)* 38% (au 15) 12%(au 28) 6%*
Fin octobre 2016 0%* 40% 20% (au18/10) 3% (au 24/10) *
Capacité totale (en millions de m3) 11 15 14 10

* N.B. des travaux d'entretien ont été réalisés fin 2016, nécessitant une vidange totale sur le Cébron et partielle sur Lavaud

Pour rappel, les réserves en eau de Lavaud (situé sur la Charente) et de Mas Chaban (sur la Moulde) sont utilisées pour l'irrigation et en soutien d'étiage, elles permettent de réalimenter les cours d'eau en période estivale, période pendant laquelle les niveaux sont au plus bas.

Les barrages du Cébron (situé sur le Thouet) et de la Touche Poupard (sur le Chambon) assurent les mêmes usages et apportent en plus un soutien à l'alimentation en eau potable.

L’état des milieux aquatiquesdeco

Sources : résultats des campagnes ONDE de l'Agence Française pour la Biodiversité (AFB) ; Fédérations départementales pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (16, 17, 79, 86), SIAH du Né et SYMBA ; Cellule Migrateurs Charente Seudre.

Au 1er octobre 2017, d'après les relevés du Groupement Régional des Fédérations de Pêche de Poitou-Charentes, du SIAH du Né et du SYMBA, la situation des cours et des milieux aquatiques pour l'ensemble du Poitou-Charentes n'est pas favorable avec un tiers du linéaire observé en assec ou en rupture d'écoulement (soit plus de 1684 km de cours d'eau sur les 3552 prospectés).

>>> Consultez la carte d’observation du 1er octobre 2017

En raison de la situation de sécheresse se prolongeant à l'automne 2017, des campagnes complémentaires de l'Observatoire National Des Etiages (ONDE) ont été réalisées en octobre 2017 dans les quatre départements de Poitou-Charentes. Les résultats de ces campagnes permettent de constater qu'à l'échelle du Poitou-Charentes :
- 30 % des cours d'eau observés sont en « écoulement visible acceptable » (classe 1a)
- 35 % présentent un « écoulement visible faible » (classe 1f)
- 5 % sont en « écoulement non visible » (classe 2)
- 30 % sont en « assec » (classe 3)

De même, des campagnes ont été réalisées en novembre 2017 sur le Poitou-Charentes :
- 22 % des cours d'eau observés sont en « écoulement visible acceptable » (classe 1a)
- 44 % présentent un « écoulement visible faible » (classe 1f)
- 6 % sont en « écoulement non visible » (classe 2)
- 28 % sont en « assec » (classe 3)

En décembre 2017, les campagnes ont été menées dans trois départements(Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne). Les résultats de ces campagnes permettent de constater que sur l'ensemble de ces départements :
- 44% des cours d'eau observés sont en « écoulement visible acceptable » (classe 1a)
- 34 % présentent un « écoulement visible faible » (classe 1f)
- 4 % sont en « écoulement non visible » (classe 2)
- 18 % sont en « assec » (classe 3)

>>> Consultez les cartes ONDE d’octobre, novembre et décembre 2017.

Compte tenu de ces observations, la situation des cours n'était pas favorable à la vie aquatique d'octobre à décembre 2017.

Cependant, après ce dernier trimestre marqué par de faibles précipitations, la dernière décade de décembre 2017 et le début d'année 2018 voit le retour de pluies importantes.
Ainsi, au cours du mois de janvier, la vigilance « risque de crue » (niveau 1) a été déclenchée pour de nombreux cours d'eau : Vienne, Charente, Tardoire, Bandiat, Seugne, Boutonne, Sèvre Niortaise ...
En février et en mars, la vigilance « risque de crue » (niveau 1) a été déclenchée en début et fin de mois pour des cours d'eau des bassins Charente (estuaire) et Seudre notamment.
Il en va de même pour la première décade d'avril où la vigilance a été déclenchée au niveau de la Charente aval et de la Seudre.

Pour rappel, les crues se forment généralement à la suite de fortes précipitations. Il s'agit de phénomènes naturels faisant parties intégrantes du régime naturel des cours d’eau, où périodes sèches (étiage) et humides s’alternent. Elles constituent le véritable moteur de la dynamique fluviale et sont indispensables à la « Vie » d’un fleuve, qu’elles façonnent : transport de sédiments, curage du lit du cours d’eau, diversification des espèces animales et végétales, enrichissement du terrain en matières organiques qu’elles déplacent et déposent, réalimentation, réactivation de zones humides, recharge de nappes alluviales, inondation des frayères (zones de reproduction pour les poissons)...

Les tableaux de bord migrateurs Charente Sud font état du bilan 2018 suivant des passages de poissons migrateurs (mise à jour au 13 mai) :

Espèces en montaisonDate de première montaison observéeDate de dernière montaison observéeSupplément depuis le 29 avril Nombre total au 13 mai
Aloses 20 avril +53 83
Lamproie marine 13 janvier +71 175
Lamproie fluviatile 19 janvier 28
Truite de mer 22 avril +4 14
Saumon atlantique - - - -
Mulet 7 février +26 313
Flet - - - -
Espèces en dévalaisonDate de première dévalaison observéeDate de dernière dévalaison observée Supplément depuis le 29 avril Nombre total au 13 mai
Anguille dévalante 1er janvier 72*
Lamproie juvénile dévalante 22 janvier - - 1*
Mulet dévalant - - - *

* : minimum car la plupart peuvent dévaler par les clapets et le seuil.

Il est à noter qu'« en ce début d'année 2018, la crue a pu permettre aux poissons en montaison de passer en dehors de la passe. Les chiffres de janvier sont donc des minimums non représentatifs des montaisons. Il est possible qu'en fonction des débits de la Charente, certains poissons arrivent à passer par les clapets et le seuil donc en dehors de la passe. »

Pour en savoir plus ...
- Service d’information sur le risque de crues des principaux cours d’eau en France
- Consultez les Tableaux de Bord Migrateurs Charente Seudre
- Consultez les Tableaux de Bord des poissons migrateurs du bassin de la Loire, des côtiers vendéens et de la Sèvre Niortaise
- Site de l’eau en Poitou-Charentes : Rubrique Connaître l'eau et ses usages en région > Sa quantité > Suivi des écoulements et rubrique Connaître l'eau et ses usages en région > Sa quantité > Inondations

Retour au sommaire

Les mesures de restrictiondeco

Sources : Préfectures de la Vienne, de la Charente, de la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de la Vendée.

Suivi des mesures de restriction d’octobre 2017 à mars 2018

La période d’application des mesures de gestion conjoncturelle définies pour 2017 par les arrêtés cadre a pris fin pour la plupart des zones de gestion fin septembre 2017. Cependant, en raison du maintien de conditions météorologiques très sèches, des mesures de restriction des usages agricoles (et parfois domestiques, lavage des véhicules notamment) ont perduré jusqu’en novembre (voire décembre) sur certains bassins, comme sur la Sèvre Niortaise - Marais Poitevin.

D’autre part, le niveau de « crise » en vigueur à partir du 29 septembre sur certaines zones de gestion dans le secteur du marais poitevin en Deux-Sèvres (zones MP1 à MP7) a entraîné une interdiction totale d’arrosage des espaces verts publics ou privés jusqu’au 15 décembre : pelouses, massifs, terrains de sport (hors green de golf, hors systèmes de recyclage de l’eau…).

Le remplissage hivernal des retenues à usage d’irrigation et de tous les plans d’eau a également été maintenu en interdiction dans les départements de Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de la Vienne jusqu’à mi-janvier 2018 (déjà en vigueur durant la période d’étiage). Ces arrêtés excluent les réserves bénéficiant d’un arrêté préfectoral spécifique fixant des seuils de remplissage, qu’il convient impérativement de respecter.

Les mesures d’interdiction de maoeuvre des vannes et empellements des ouvrages de retenues sur les cours d’eau en vigueur ont été prolongées jusqu’à fin novembre en Charente et jusqu’à mi-décembre dans les trois autres départements de la Charente-Maritime, de la Vienne et des Deux-Sèvres.

En Charente-Maritime, des mesures de restriction (ou d’interdiction) du remplissage des mares de tonne de chasse ont aussi été prolongées.

Ainsi, après avoir été prolongées en début de période hivernale 2017 compte-tenu de la situation de sécheresse, les mesures de restrictions ou d’interdictions des prélèvements d’eau encore en vigueur dans certains départements pour différents usages agricoles (pour le remplissage des retenues), domestiques (lavage des véhicules, etc.) ou autres (maoeuvre des vannes, remplissage des mares de tonnes de chasse) ont été levées courant janvier, suite à l’amélioration observée depuis le retour de pluies plus conséquentes.

Suivi des mesures de restriction en avril 2018

Après la phase de consultation du public, les arrêtés cadre 2018 ont été signés par les préfets et sont rentrés en application début avril (cf. bulletin n°151 de mars 2018). Ils définissent le cadre des dispositions à mettre en "uvre en matière de gestion des situations de crise liées à l’apparition d’une sécheresse ou d’un risque de pénurie d’eau.

Chaque arrêté précise la période pour laquelle les plans d’alerte sont valables. Cette durée d’application est ensuite subdivisée en deux périodes distinctes. En effet, afin d’anticiper une dégradation des ressources, au sein de chaque bassin, une gestion de printemps (de début avril à mi-juin) est appliquée avec des seuils plus élevés que durant la gestion d’été. Cette gestion a pour objectif de, si besoin, limiter la baisse significative des niveaux des ressources, par la mise en place de mesures suffisamment tôt dans l’année.

En avril, à notre connaissance, aucun arrêté de restriction des usages de l’eau n’a été pris à l’échelle des différents bassins sur le territoire de Poitou-Charentes.

Pour en savoir plus sur les restrictions qui s’appliquent près de chez vous, consultez le site d’Info Eau.

Retour au sommaire

Alimentation en Eau Potabledeco

Sources : Agence Régionale de la Santé Nouvelle-Aquitaine

L'accès à l'eau potable peut être affecté par des problèmes de manque d'eau ou des problèmes de qualité liés à des épisodes de sécheresses (pollution plus concentrée). A contrario, les afflux d'eau importants occasionnels peuvent générer des problèmes de turbidité (eau troublée par des particules en suspension).

A notre connaissance, aucune coupure d'alimentation en eau potable n'a été relevée ce mois-ci.

Pour tout savoir sur l'eau du robinet que vous consommez en Nouvelle-Aquitaine, consultez le site de l'Agence Régionale de la Santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine : www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/ (rubrique Votre santé > Environnement et santé > Eaux de consommation).
Il donne accès à des informations pour mieux comprendre les enjeux de l'alimentation en eau potable ou savoir comment est gérée et distribuée l'eau du robinet en région.

D'autre part, les résultats actualisés du contrôle sanitaire mis en œuvre par l'ARS sont accessibles sur le site du ministère chargé de la santé : www.eaupotable.sante.gouv.fr

Pour tout savoir sur la protection, la production et la qualité de l'eau potable en Poitou-Charentes, rendez-vous sur le site sur le site du RPDE (Rubrique : Connaître l'eau et ses usages en région-> Eau potable)

Retour au sommaire

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé