Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Bilan de l’étiage 2004 : synthèse

Pluviométrie et état de la ressource

Du 1er septembre 2003 au 31 mai 2004, les précipitations ont été légèrement inférieures à la normale en Poitou-Charentes.

Début 2004, les débits des rivières et les niveaux des nappes sont faibles par rapport aux moyennes interannuelles. Sur la majorité des stations piézométriques, la situation 2004 apparaît proche de celle observée en 2003 (année de faible recharge pour l’ensemble des aquifères).

Une sécheresse sévère a sévi en juin.

Dès ce mois des assecs et ruptures d’écoulement affectent la majorité des cours d’eau de la région.

Les débits et nappes sont faibles par rapport aux années antérieures.

Cet étiage sévère se confirme en juillet.

Observation des ecoulements par mois en 2004

Les pluies du mois d’août (mois qualifié comme plus humide que la normale) ont permis une stabilisation, voire une remontée des niveaux, qui peuvent rester cependant inférieurs à la moyenne. En effet, ces pluies estivales ne permettent que de réduire les prélèvements, et pas de recharger les ressources (dont les nappes notamment).

En effet en septembre, de faibles précipitations ont été observées et la situation a évolué vers de nouvelles ruptures d’écoulement et de faibles débits, et une baisse des niveaux, hormis sur des nappes captives profondes au nord de la région.

Diagramme du nombre de stations en assec de 1990 à 2004

Franchissement des seuils d’alerte et arrêtés de restriction

Les premiers arrêtés ont été pris dès le 04 juin 2004. La période, où les arrêtés ont été les plus nombreux et les plus sévères, se situe à peu près entre le 06 juillet et le 23 août. Certains bassins comme le Lary et le Palais ont passé toute cette période en arrêt total. Autour du 23 août, de nombreuses levées d’arrêtés sont observées. Cependant, vers le 10 septembre, des restrictions ont à nouveau été appliquées, et des arrêts totaux à nouveau prononcés.

Diagramme de suivi des arrêtés pendant l'étiage 2004

Incidence sur l’alimentation en eau potable

A ce jour, et contrairement à 2003, l’étiage 2004 n’a pas eu d’incidence sur l’alimentation en eau potable (Charente-Maritime : attente de confirmation). La situation très critique fin juillet s’est améliorée compte tenu de la pluviométrie favorable du mois d’août, notamment en Charente et en Deux-Sèvres. Cependant, sur la totalité des Deux-Sèvres, la surveillance et la prudence restent de mise en fin de saison, des problèmes de qualité pouvant apparaître en cas de recharge brutale des nappes et des rivières qui suivrait une vidange estivale assez sévère.

Non-Respect des objectifs aux points nodaux

Hormis sur les bassin de la Vienne (hors Clain) et la Dronne, la quasi totalité des points nodaux définis en région n’ont pu respecter le DOE, (Débit d’Objectif d’Etiage : valeur moyenne mensuelle au dessus de laquelle sont assurés la coexistence de tous les usages et le bon fonctionnement du milieu aquatique). Considérant que certains mois de l’étiage 2004 ont été particulièrement secs, il apparaît logique de se trouver dans une situation où l’ensemble des usages ne peut être satisfait (cf. définition du DOE) et où des restrictions sont donc à mettre en œuvre.

Pourcentage de points nodaux ne respectant pas les DOE et DCR en 2004

Les mesures de gestion face à cette situation de crise n’ont pas permis d’éviter le franchissement du DCR (Débit de Crise, débit en dessous duquel sont mises en péril l’alimentation en eau potable et la vie des milieux aquatiques) sur plusieurs points nodaux.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé