Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Des pollutions qui perturbent les milieux : une reconquête indispensable de la qualité de l’eau

Suite aux actions humaines, les milieux aquatiques sont modifiés et parfois dégradés. L’altération d’un des paramètres du milieu peut provoquer une perturbation générale de tout l’équilibre naturel. La pollution de l’eau est un des principaux facteurs de dégradation pouvant avoir de graves conséquences sur les milieux aquatiques.
En effet, certaines espèces animales ou végétales sont particulièrement sensibles aux pollutions du milieu : par exemple l'alose, l'utriculaire commune ...
Quels que soient les rejets, plus que leur nature, c’est l’état du milieu du moment qui influencera la qualité de l’eau. Le degré d’eutrophisation d’une rivière augmente aussi la sensibilité de la rivière face à une pollution.

La perturbation des milieux par les pollutions est confirmée par l'état des lieux de 2004 établi en application de la Directive Cadre sur l'Eau, qui signale le risque de ne pas atteindre un bon état écologique des eaux en 2015 pour la majorité des masses d'eau.
Les SDAGE Adour-Garonne et Loire-Bretagne 2010-2015 ont alors défini, comme pour la quantité, différents enjeux prioritaires pour la qualité visant à garantir une eau de qualité pour continuer à assurer à la fois les activités et les usages. Sont préconisés de réduire la pollution par les nitrates, réduire la pollution organique, le phosphore et l'eutrophisation et mieux maitriser les pollutions par les pesticides notamment mais également celles dues aux substances dangereuses.
Les échéances de 2015, 2021 et 2027 pour l'atteinte du bon état des eaux devront être respectées sous peine de sanctions financières.

Ces pollutions peuvent également avoir des conséquences d'un point de vue sécurité et hygiène en affectant les ressources destinées à l'eau potable par exemple, ou encore en affectant les eaux destinées à la baignade.

En parallèle, ces conséquences peuvent au final être d'ordre économique, en affectant le tourisme (par limitation des baignades par exemple), la conchyliculture (interdiction de vente de coquillages contaminés), le prix de l'eau, etc. Tout milieu naturel pollué va nécessiter des traitements plus importants pour rendre l'eau potable, qui se répercuteront sur le prix de l'eau pour le consommateur. Ou encore, il nécessitera la recherche d'autres ressources moins polluées. En région, en 30 ans, près de 413 captages d'eau potable ont été abandonnés, principalement pour des raisons de qualité.

D'où un besoin de reconquête des milieux, et de préservation de ces milieux en cherchant à limiter les pollutions.

En Poitou-Charentes, deux démarches régionales visent à mieux préserver la qualité de l'eau vis-à-vis des nitrates et des pesticides : le programme Re-Sources pour reconquérir les ressources en eau dans les bassins d'alimentation de captage d'eau potable et le programme Terre Saine qui invite les communes et les établissements publics intercommunaux à participer à la réduction des pesticides et à la préservation d’un environnement sain.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé