Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > Rapport thématique Eau potable > Eaux de source et eaux minérales

Eaux de source et eaux minérales

Rapport thématique Eau 2002 Eléments extraits du rapport "Qualité des ressources en eau et production d'eau potable : la situation en Poitou-Charentes", réalisé en 2002 par le Comité Régional de l'Environnement (CRE), dans le cadre des Secondes Assises de l'Eau de Poitou-Charentes.

Une eau de source (selon le décret 89-369 du 6 juin 1989) est « une eau d’origine souterraine microbiologiquement saine et protégée contre les risques de pollution, apte à la consommation humaine sans traitement ni adjonction autres, qu’une séparation des éléments instables et d’une sédimentation des matières en suspension par décantation ou filtration et (ou) d’une incorporation de gaz carbonique ... ». Elle doit être autorisée par arrêté préfectoral.

Une eau minérale naturelle (selon le décret 89-369 du 6 juin 1989) est « une eau possédant un ensemble de caractéristiques qui sont de nature à lui apporter ses propriétés favorables à la santé ... Elle témoigne, dans le cadre des fluctuations naturelles connues, d’une stabilité de ses caractéristiques essentielles, notamment de composition et de température à l’émergence, qui n’est pas affectée par le débit de l’eau prélevée ».

Qualité de quelques grandes eaux minérales naturelles

La commercialisation d’eau minérale doit faire l’objet d’une autorisation ministérielle après avis de l’académie de médecine ; pour cette raison, elle s’apparente à un médicament.

Un ou plusieurs éléments minéraux qui la caractérisent peuvent ne pas respecter les limites de qualité imposées pour les eaux de source.

L’embouteillage de l’eau minérale

L’embouteillage de l’eau minérale est né du désir des curistes de prolonger les effets de leur cure de boisson de retour chez eux. En effet, les premières eaux minérales embouteillées étaient les eaux distribuées dans les buvettes des établissements thermaux. Avec le développement de l’industrie d’embouteillage, de nouvelles sources, destinées uniquement à cette activité, ont été mises en exploitation. Progressivement l’eau d’embouteillage s’est individualisée, sans rompre toutefois totalement ses liens avec le thermalisme, puisqu’il existe encore actuellement de nombreux sites dans lesquels les eaux provenant des mêmes sources alimentent les deux types d’activité. C’est le cas notamment à Contrexeville, Evian, Thonon les Bains, Vichy et Vittel, pour ne citer que les exemples les plus connus.
(Source : Division nationale des eaux minérales et thermales)

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé