Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > Connaître l’eau et ses usages en région > Sa quantité > Situations annuelles > Bilan initial de l’étiage 2009 > Etat de la ressource en eau à l’échelle de la région Poitou-Charentes et du (...)

Etat de la ressource en eau à l’échelle de la région Poitou-Charentes et du Marais Poitevin, d’octobre 2008 à avril 2009

Introduction : Rappel de la situation en fin d’étiage 2008
1.1. Pluviométrie
1.2. Etat des nappes
1.3. Hydrologie
1.4. Etat des réserves
1.5. Etat des milieux aquatiques
1.6. Etat des eaux littorales

Document à télécharger en pdf :

PDF - 609.6 ko

Etat de la ressource en eau à l’échelle de la région Poitou-Charentes et du Marais Poitevin, d’octobre 2008 à avril 2009 (pdf - 610 Ko)

Introduction : Rappel de la situation des ressources en eau en Poitou-Charentes en 2008

Récapitulatif de l’étiage 2008

Globalement, la situation de la ressource en eau Poitou-Charentes lors de l’étiage 2008 peut être qualifiée de favorable en raison de conditions climatiques relativement pluvieuses. En effet, la pluviométrie observée à l’échelle de la région était excédentaire sur l’ensemble des mois sauf en juillet et en septembre ; les conditions pluviométriques étaient, de plus, meilleures que les années précédentes.
D’autre part, la majorité des piézomètres implantés sur la région et sur le Marais Poitevin présentaient des niveaux supérieurs à la moyenne interannuelle d’où un bon état général des nappes au cours de cet étiage.
Concernant la situation hydrologique, elle est qualifiée d’humide à très humide d’après l’observation des débits mesurés aux différentes stations de jaugeage, sauf cas particuliers sur certains bassins versants.
L’état des réserves était bon, compte tenu des taux de remplissage élevés au sein des 4 retenues de la région Poitou-Charentes.
Ainsi, grâce à l’ensemble de ces conditions relativement favorables, les premières interdictions ne sont apparues qu’au cours du mois de juillet. Le débit de crise a quant à lui été respecté au niveau de tous les points nodaux, sauf pour la Vendée à Pissotte qui franchit, de manière récurrente, le DCR chaque année.

Situation des ressources en fin de saison hydrologique 2008

En fin de saison hydrologique 2008 (bilan du mois de septembre), la situation était telle que :
-  La pluviométrie était globalement déficitaire, avec un mois de septembre qualifié de sec
-  Le bilan pluviométrique était globalement excédentaire
-  Une baisse globale du niveau des nappes était notée
-  Environ un quart des zones de gestion de la région et du Marais Poitevin était toujours soumis à des mesures de restriction fin septembre

Source : bilan de l’étiage 2008 : état de la ressource et des mesures de restriction de prélèvements, éditée en octobre 2008 par l’Observatoire Régionale de l’Environnement

1. Etat de la ressource en eau à l’échelle de la région Poitou-Charentes et du Marais Poitevin, d’octobre 2008 à avril 2009

La synthèse de l’état de la ressource en eau à l’échelle de la région Poitou-Charentes et du Marais Poitevin, d’octobre 2008 à avril 2009 vise à dresser un bilan initial global à la veille du démarrage de l’étiage 2009. Celui-ci porte sur différents aspects : pluviométrie, état des nappes, hydrologie, état des réserves, état des milieux naturels et état des eaux littorales, mesures de restriction ; l’ensemble permettant d’avoir une première idée de la situation actuelle de la ressource en eau ainsi que de son évolution depuis le début de l’année hydrologique. Cette approche régionale sera complétée en partie 2 par une synthèse par bassin versant.

Source : bulletins de situation hydrologique mensuels d’octobre 2008 à avril 2009, édités par l’Observatoire Régionale de l’Environnement dans le cadre du RPDE

1.1. Pluviométrie

D’une pluviométrie proche de la normale, voire excédentaire, en début d’année hydrologique, on est passé à une pluviométrie déficitaire au fil des mois.
Au cours du mois d’avril, quelques épisodes pluvieux ont été observés, améliorant ainsi le cumul des précipitations depuis octobre 2008. Cependant, ce cumul reste toujours déficitaire par rapport à la normale sur la quasi-totalité de la région Poitou-Charentes.

précipitation

La figure 2 ci-dessous montre les cartes des pluies efficaces (précipitations disponibles à la surface du sol après soustraction des pertes par évapotranspiration) cumulées depuis le début de l’année hydrologique, c’est-à-dire depuis octobre 2008.
Ainsi, l’on peut voir que le début de l’année hydrologique s’est traduit par un cumul des pluies efficaces variant de 50 à 200 mm pour la période octobre/décembre. Ce cumul, pour les mois de janvier, mars et avril, oscillent entre 0 mm (Nord-Est des Deux - Sèvres en avril) et 400 mm (Sud " Ouest de la région).

pluie eff

Sources : Météo France ; données fournies par la DIREN Poitou-Charentes

1.2. Etat des nappes

Concernant l’état des nappes, le début de l’année hydrologique s’est caractérisé par une majorité de piézomètres présentant des niveaux proches ou supérieures aux moyennes interannuelles. (Figure 3)
Pour les mois de novembre et de décembre, la situation globale des nappes apparaissait plus favorable que les années précédentes avec des niveaux supérieurs à la moyenne mensuelle interannuelle pour la moitié des piézomètres de la région.
Puis, en janvier, en raison des faibles précipitations enregistrées, la situation s’est dégradée avec seulement 25% des piézomètres présentant des niveaux supérieurs à la moyenne.
D’une nette amélioration de la situation globale des nappes en février, on est ensuite passé à une dégradation en mars (65% des piézomètres présentaient des niveaux inférieurs à la moyenne interannuelle).
En avril, la situation des nappes ne s’améliore pas puisque 73% des piézomètres présentent des niveaux inférieurs à la moyenne et 3% inférieurs au minimum. Comparativement, en avril 2008, 35% des piézomètres présentaient des niveaux inférieurs à la moyenne.
La situation fin avril apparaît donc nettement moins favorable que l’an passé à la même période.

Sources : Conseil Régional Poitou-Charentes, Traitement Observatoire Régional de l’Environnement, Conseil Général de la Vendée

1.3. Hydrologie

L’observation des débits mesurés au niveau de différents cours d’eau de la région et du Marais Poitevin a permis de mettre en évidence l’évolution hydrologique suivante. (Figure 4)
Dès le mois d’octobre, la majorité des cours d’eau de la région et du Sud Vendée présentait des débits moyens calculés inférieurs aux moyennes interannuelles en raison d’un mois de septembre relativement sec en terme de précipitations.
La situation s’est ensuite améliorée au cours des mois de novembre et de décembre pour lesquels les débits mesurés étaient proches à supérieurs aux moyennes interannuelles.
Puis dès le mois de janvier, une dégradation s’est amorcée sur une grande partie des cours d’eau de la région pour lesquels les débits sont devenus de plus en plus critiques.
Il est à noter que certains cours d’eau ont fréquemment montré des débits inférieurs aux moyennes interannuelles depuis octobre tels que la Vendée, l’Argenton, la Seudre …
Enfin, après une légère amélioration en février due aux épisodes pluvieux intenses fin janvier, les mois de mars et d’avril sont caractérisés par de faibles débits sur la majorité des cours d’eau de la région Poitou-Charentes, donnant des moyennes mensuelles très inférieures aux moyennes mensuelles historiques.

hydro

Sources : Services de Prévision des Crues Littoral Atlantique, Vienne Thouet et Dordogne, DIREN Pays de la Loire et Banque hydrologique

1.4. Etat des réserves

Les 4 grandes réserves de la région Poitou-Charentes ont montré l’évolution suivante en terme de taux de remplissage depuis octobre jusqu’à début mai. (Figure 5)
Le barrage de la Touche Poupard, situé en amont de la Sèvre Niortaise sur le Chambon, a été rempli très vite au cours de cette année hydrologique comparativement à l’année 2007/2008. En effet, dès le mois de janvier 2009, son taux de remplissage était de 100% et il l’est encore au début du mois de mai. D’octobre à décembre, ce taux est passé d’environ 70 % à 85%.
Le Cébron qui est un barrage situé en amont du Thouet, s’est progressivement rempli depuis octobre 2008, passant de 65% en octobre, à 72% en janvier et à 92% en mai. Il n’est donc pas complètement rempli à l’heure actuelle.
En ce qui concerne le Lavaud, barrage situé en amont de la Charente tout comme celui du Mas Chaban, son taux de remplissage a été quasiment nul pour les mois d’octobre, novembre et décembre en raison de la vidange décennale mise en œuvre dès la fin de l’étiage 2008. Il s’est ensuite rempli progressivement avec environ 30% en janvier, 70% en mars et 80% en mai.
Le Mas Chaban était, quant à lui, à environ 35% de remplissage du volume total en octobre et en novembre, 50% en décembre et 80% en janvier. Depuis le mois de février, cette retenue est toujours à 100%.

Sources : Compagnie d’Aménagement des Eaux des Deux-Sèvres (CAEDS) et Institution du Fleuve Charente

1.5. Etat des milieux aquatiques

Les variations climatiques de ces derniers mois ont engendré certains dysfonctionnements au sein des milieux naturels, ou, au contraire, favorisé certains processus.

Les niveaux d’eau trop bas d’octobre ont tout d’abord induit un phénomène de colmatage important au niveau des petits ruisseaux, rendant alors le déplacement de certaines espèces plus difficile, telles que les truites fario par exemple.

Les épisodes pluvieux du mois de décembre ont, quant à eux, engendré des amorces de crues permettant ainsi une meilleure connexion des annexes fluviales d’où de bonnes conditions pour la migration des espèces piscicoles.

Cependant, suite à une baisse globale des débits à partir de février, une déconnexion rapide des annexes s’est effectuée impliquant ainsi des difficultés pour la reproduction des brochets notamment. La baisse des températures a en outre ralentie la migration des espèces. Enfin, au niveau de la végétation, un développement important d’algues brunes a pu être observé en février.

En règle générale, les cours d’eau de la région Poitou-Charentes ont vu leur niveau baisser au cours des mois de mars et d’avril, en raison de faibles précipitations.

La baisse des débits a engendré une augmentation de la transparence des cours d’eau, ainsi qu’une déconnexion rapide des cours d’eau et des annexes. Le déplacement des poissons migrateurs a été très limité.

Malgré un début d’année indiquant une situation globale favorable des milieux aquatiques, il semblerait que celle-ci se soit dégradée ces deux derniers mois en raison de la baisse des précipitations. Ces conditions laissent alors craindre un étiage 2009 sévère bien que des pluies aient été observées durant la deuxième quinzaine d’avril. L’état des milieux aquatiques est donc fonction des conditions météorologiques des semaines à venir.

Sources : Extraits des bulletins mensuels édités par l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques -ONEMA, Délégation interrégional Centre et Poitou-Charentes

1.6. Etat des eaux littorales

En vue de caractériser l’état et l’évolution des eaux littorales et des milieux marins, différents paramètres sont étudiés tels que : • Des paramètres physico-chimiques : température et salinité (1) • Des paramètres biologiques : qualité trophique du milieu et abondance de certaines espèces animales  Études de la chlorophylle et du phytoplancton (2)

(1) La salinité est un marqueur du mélange eau douce/eau salée ; elle est alors fonction des apports en eau douce provenant des estuaires, sur le littoral charentais, ainsi que du cycle des marées. Il est à noter que la température (symbolisant les échanges atmosphère-océan) associée à la salinité sont les deux facteurs majoritaires conditionnant le développement des espèces animales exploitées (huîtres …) (2) Une partie des éléments nutritifs utilisés pour le développement du phytoplancton, servant lui-même à nourrir les espèces animales des eaux littorales telles que les huîtres ou les moules par exemple, est contenue dans les eaux douces continentales arrivant au littoral. Ainsi, l’étude du phytoplancton et de la chlorophylle (renseignant de l’état de la ressource alimentaire) est primordiale en vue de suivre l’état de la conchyliculture à l’échelle du littoral charentais.

Le mois d’octobre 2008 s’est caractérisé par deux périodes distinctes avec une première quinzaine marquée par une augmentation des températures suivie immédiatement par une chute brutale, et une seconde présentant une diminution thermique progressive. S’ajoute à cela une salinité assez stable, supérieure ou égale aux moyennes de saison.

Le mois de novembre est, lui, marqué par une chute importante des températures au niveau des eaux littorales notamment à partir du 25 novembre. En outre, il est à noter chez les huîtres un amaigrissement en chair significatif et ce, depuis le mois d’octobre. L’abondance phytoplanctonique est, elle, qualifiée de faible.

Le début de l’année 2009 s’est ensuite traduit par des températures assez basses au niveau de l’ensemble des eaux du littoral, tout particulièrement les 15 premiers jours de janvier. Un réchauffement global a ensuite été observé en février, accompagné d’une chute de la salinité fin janvier. La hausse des températures couplée à des apports en eau douce provenant de différents bassins versants a enfin permis un bon développement du phytoplancton en février.

Le mois de mars 2009 est caractérisé par des températures proches des moyennes saisonnières observées à la même période. Les salinités sont, elles, proches des normales à supérieures notamment sur la partie sud des pertuis : bassin de Marennes et estuaire de la Charente. Concernant le niveau trophique, différents blooms ont été observés sur le pertuis breton, puis sur l’ensemble des pertuis. Enfin, une croissance significative a pu être observée sur le lot d’huîtres de la campagne 2008.
Le mois d’avril 2009 est caractérisé par des températures proches des moyennes saisonnières. Les salinités sont supérieures à largement supérieures aux valeurs les plus souvent rencontrées. Concernant le niveau trophique, le nombre de cellules phytoplanctoniques est conforme aux moyennes historiques, après le bloom observé en mars.

Enfin, une croissance significative a pu être observée sur le lot d’huîtres de la campagne 2008, le poids de chair sèche ayant doublé depuis la mise à l’eau.

Sources : Informations fournies par l’IFREMER et en particulier le Laboratoire-Environnement " Ressources des Pertuis Charentais. Extraits des BULLDOSERs - Bulletin des Données de la Surveillance de l’Environnement et des Ressources, d’octobre, novembre et mars

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé