Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Etat de la ressource

Etat de la ressource

1. Niveaux des nappes

(Source : Conseil Régional Poitou-Charentes, Traitement Observatoire Régional de l'Environnement ; Conseil Général de la Vendée)

Une situation piézomètrique favorable au début de l’hiver mais qui se dégrade au mois de mars.

Dans l'analyse qui suit, la moyenne mensuelle interannuelle est calculée par rapport aux chroniques historiques (date du début des mesures à 2008) et une enveloppe correspondant à 5 % du battement de la nappe lui est appliquée.

La recharge des nappes s'est amorcée, pour la majorité d'entre elles, au cours du mois de novembre.
A la fin de l'automne, la situation des nappes était meilleure que les années précédentes, plus de 50 % des niveaux piézométriques [1] étant supérieurs à la moyenne interannuelle (en novembre et décembre 2008).
Cependant, le déficit pluviométrique rencontré en décembre a entraîné une situation piézomètrique en janvier un peu moins favorable que les années antérieures (plus particulièrement en ce qui concerne les nappes libres).
Puis la pluviométrie centrée sur les Charentes en janvier a permis de remonter le taux de piézomètres présentant des niveaux supérieurs à la moyenne interannuelle en février (en particulier pour les nappes libres et plus spécifiquement dans le département de la Charente).
Mais la situation se dégrade en mars [2] où 60 % des piézomètres présentent des niveaux inférieurs à la moyenne interannuelle.

Evolution des niveaux des nappes

Situation des nappes en mars

En mars, l'absence de précipitations entraîne une dégradation de la situation des aquifères, notamment celle des nappes libres dont les niveaux piézomètriques sont pour 68 % inférieurs à la moyenne interannuelle, tandis que les nappes captives ont des niveaux en majorité proches à supérieurs à la moyenne interannuelle (58%).

Situation piézomètrique par département en mars

On constate que ce sont principalement les deux départements du sud de la région qui montrent une situation moins favorable en mars, notamment celui de la Charente avec 78 % des niveaux piézomètres inférieurs à la moyenne interannuelle (totalité des nappes libres), tandis que le département de la Vienne présente un état un peu plus favorable, avec plus de la moitié des niveaux proches ou supérieurs à la moyenne (54%).

Etat des aquifères au 22 mars 2009

Les niveaux des nappes du secteur Sud Vendée se sont maintenus au-dessus des moyennes saisonnières d'octobre à janvier, et en février, ils ont diminué pour aboutir à des valeurs inférieures aux moyennes généralement constatées à cette période.

2. Débits des cours d’eau et état des milieux aquatiques

(Sources : Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), Délégation Régionale de Poitiers, extraits des Bulletins de Situation Hydrologique d'octobre 2008 à février 2009 ; Services de Prévision des Crues Littoral Atlantique, Vienne Thouet et Dordogne et DIREN Pays de la Loire)

Une baisse importante des débits à la fin de l’hiver.

On a observé, en 2008, un étiage particulièrement tardif avec une réduction des écoulements en octobre, en particulier sur les affluents et sous affluents des cours d'eau principaux.
Mais la pluviométrie abondante du début et de la fin du mois de novembre a permis une remontée des débits, provoquant même sur certains bassins des amorces de crues.
Cependant, le déficit de la pluviométrie en décembre a amorcé une réduction sensible des débits. Puis, les précipitations du mois de janvier ont permis à certains cours d'eau de connaître des niveaux élevés, avec des débordements dans les lits majeurs.
Mais cette situation n'a pas perduré très longtemps puisque le temps froid et sec de février a entraîné une baisse des débits. La majorité des cours d'eau de la région et du Sud Vendée a présenté des débits moyens inférieurs aux moyennes interannuelles. Ceci a eu des incidences biologiques signalés par les services de l'ONEMA : la déconnexion parfois trop rapide des annexes hydrauliques a perturbé le déplacement des géniteurs brochets ; certains d'entre eux n'ont pas pu achever leur migration et se sont retrouvés parfois dans les fossés proches des cours d'eau.

Au cours des 22 premiers jours du mois de mars, pour la grande majorité des cours d'eau, les débits moyens calculés ont été nettement inférieurs aux moyennes interannuelles (débit moyen des mois de mars calculés sur l'ensemble de l'historique des mesures). La plupart des cours d'eau affiche des débits moyens inférieurs à 0,5 fois leur débit interannuel du mois de mars.

NOM de la station d’alerte Moyenne des débits en mars en m3/s
moyenne interannuelle du mois de mars débit moyen calculé du 1er au 22 mars 2009 % du débit moyen calculé par rapport à la moyenne interannuelle
Le Clain à Poitiers [Pont St-Cyprien] 23 9,80 42,61%
L’Argenton à Massais [Moulin Bernard] 7,95 2,853 35,82%
La Sèvre Niortaise à Niort [La Tiffardière] 19,2 8,48 44,18%
La Sèvre Niortaise à Azay-le-Brûlé [Pont de Ricou] 6,44 3,46 53,81%
La Charente à Vindelle [La Cote] 48,1 18,0 37,44%
Le Né à Salles-d’Angles [Les Perceptiers] 6,69 3,64 54,48%
La Seugne à Saint-Seurin-de-Palenne [La Lijardière] 9,79 6,08 62,11%
La Boutonne à Saint-Séverin-sur-Boutonne [Moulin de Châtre] 8,86 4,03 45,50%
La Seudre à Saint-André-de-Lidon 1,61 0,90 55,94%
Le Lay à Mareuil sur Lay - Dissais (Vendée) 14,4 6,92 48,07%
La Vienne [Ingrandes] 186 80,25 43,15%
La Vienne [Lussac les Châteaux] 121 51,38 42,46%
La Vienne [Pont de Pilas] 105 49,64 47,27%
La Dronne [Bonnes] 29,9 15,25 51,00%
La Vendée à Pissotte [Pont de Crochet] 6,68 0,41 6,15%
La Vonne à Cloué 4,72 1,69 35,76%
La Boivre à Vouneuil sous Biard 1,88 0,72 38,56%
La Tude à Médillac [Pont de Corps] 4,09 1,49 36,42%
La Bonnieure à Saint-Ciers-sur-Bonnieure [Villebette] 2,42 1,04 43,01%
La Tardoire à Montbron [Moulin de Lavaud] 8,81 4,67 53,07%
Le Thouaret à Luzay 3,02 1,18 39,03%

(Sources : SPC Littoral Atlantique, Vienne-Thouet et Dordogne, DIREN Pays de la Loire et Banque Hydro ; Traitement : Observatoire Régional de l’Environnement.)

Situation hydrologique de quelques points nodaux en mars

Cet histogramme présente les différentes valeurs de débits représentatives des 22 premiers jours du mois de Mars. D'abord le débit moyen qui est la moyenne des débits journaliers enregistrés au cours des 22 premiers jours de Mars. Puis le débit interannuel qui correspond à la moyenne des débits des mois de Mars pour les années d'enregistrement de la station.

Globalement, le déficit pluviométrique rencontré début mars a entraîné une réduction des débits pour la majorité des cours d'eau.

Cette situation hydrologique contraste avec celles des années précédentes :
-  en mars 2008, les cours d'eau ont présenté des écoulements variables selon les bassins (pour certains excédentaires et pour d'autres déficitaires) mais dans l'ensemble supérieurs à ceux observés au cours des premiers jours de mars 2009,
-  en mars 2006 et 2007, les débits moyens calculés de la majorité des cours d'eau de la région étaient plus de 2 fois supérieurs aux moyennes interannuelles.

3. Etat des réserves

(Source : CAEDS et Institution du Fleuve Charente)

Evolution des taux de remplissage des 4 principaux barrages de la région :

début octobre 2008 début novembre 2008 début décembre 2008 début janvier 2009 début février 2009 début mars 2009
Touche Poupard (amont Sèvre Niortaise) 74 % nc nc 100 % 99 % 100 %
Cébron (amont Thouet) 64,9 % nc nc 72 % 77 % 88 %
Lavaud (amont Charente) 7 % 1 % 1 % 30,4 % 65 % 70 %
Mas Chaban (amont Charente) 33,8 % 35 % 50,5 % 78,6 % 100 % 100 %

nc : non connu

Le faible taux de remplissage du barrage de Lavaud d'octobre à décembre 2008 est dû à la vidange décennale obligatoire.

Globalement, les taux de remplissage de ces barrages sont relativement élevés pour la saison. Début mars, ils se trouvent dans une situation, dans l'ensemble, meilleure qu'en 2008 mais un peu moins favorable qu'en 2007.

Début mars
2006 2007 2008 2009
Touche Poupard (amont Sèvre Niortaise) 37 % 100 % 99,9 % 100 %
Cébron (amont Thouet) 45 % 90 % 93,5 % 88 %
Lavaud (amont Charente) 33 % 100 % 63,4 % 70 %
Mas Chaban (amont Charente) 33 % 100 % 88 % 100 %

Notes

[1] Le niveau piézomètrique est une mesure ponctuelle du niveau atteint par l’eau dans le sol à l’aplomb d’un point précis.

[2] Les niveaux piézomètriques de mars 2009 ont été calculés jusqu’au 22 mars.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé