Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Etat des eaux littorales et suivi conchylicole

Températures.
Salinité.
Ressources trophiques.
Ressources conchylicoles.

Etat des eaux littorales et suivi conchylicole

Sources : Informations fournies par l'IFREMER - Laboratoire Environnement - Ressources des Pertuis Charentais ; tirées des BULLDOSERs - Bulletins des Données de la Surveillance de l'Environnement et des Ressources, d'octobre à décembre 2012 ; pas de bulletins en 2013

En vue de caractériser l'état et l'évolution des eaux littorales et des milieux marins, différents paramètres sont étudiés tels que :

  • Des paramètres physico-chimiques : température et salinité (1)
  • Des paramètres biologiques : qualité trophique du milieu et abondance de certaines espèces animales - Études de la chlorophylle et du phytoplancton (2)

(1) La salinité est un marqueur du mélange eau douce/eau salée ; elle est alors fonction des apports en eau douce provenant des estuaires, sur le littoral charentais, ainsi que du cycle des marées. Il est à noter que la température (symbolisant les échanges atmosphère-océan) associée à la salinité sont les deux facteurs majoritaires conditionnant le développement des espèces animales exploitées (huîtres, moules...) (2) Une partie des éléments nutritifs utilisés pour le développement du phytoplancton, servant lui-même à nourrir les espèces animales des eaux littorales telles que les huîtres ou les moules par exemple, est contenue dans les eaux douces continentales arrivant au littoral. Ainsi, l'étude du phytoplancton et de la chlorophylle (renseignant de l'état de la ressource alimentaire) est primordiale en vue de suivre l'état de la conchyliculture à l'échelle du littoral charentais.

Le bulletin BULLDOSER présente régulièrement un état des lieux de la situation hydrologique des Pertuis Charentais et des éléments d’évolution des ressources conchylicoles. Dans leurs bulletins d'information, l'IFREMER précise les éléments suivants :

- Températures :

Elles sont globalement conformes aux normales saisonnières d'octobre à décembre 2012, avec des baisses caractéristiques de 3 à 4°C par mois.

- Salinité

En lien avec les fortes précipitations, elle a été nettement inférieure aux normales saisonnières de mi-octobre à décembre 2012, et exceptionnellement basse ponctuellement sur chacun des secteurs.

- Ressources trophiques

L'activité phytoplanctonique d'octobre à fin décembre 2012 a été globalement conforme à celle de saison, avec néanmoins des hausses d'activité relevées fin novembre et fin décembre.

- Ressources conchylicoles

Les indicateurs de mortalité et de croissance sont restés globalement stables et stationnaires d'octobre à décembre 2012. Ils ont été néanmoins inférieurs à ceux des deux années précédentes à la même époque.

Pour en savoir plus, consultez le site de l’IFREMER, ou télécharger les Bulletins BULLDOSER.

P.-S.

Les moyennes journalières (points verts) sont comparées à la valeur la plus fréquente, la médiane (ligne bleue continue), et aux seuils de fréquence d'apparition des valeurs historiques* (lignes pointillées bleues et rouges). Par exemple, une valeur se situant entre les pointillés bleus, s'inscrit dans l'intervalle des valeurs le plus souvent observées dites « habituelles » ; entre les pointillés bleus et rouges, dans l'intervalle des valeurs dites plutôt « élevées » (si sup. à la médiane) ou « basses » (si inf. à la médiane) ; au-delà des pointillés rouges, dans l'intervalle des valeurs dites « exceptionnellement élevées » (si sup. à la médiane) ou « exceptionnellement basses » (si inf. à la médiane).

* D'après l'historique de mesures du Réseau Haute Fréquence disponible depuis 2006 à Agnas (1) ; 2000 à Lupin (2)et 2008 sur les filières (3).

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé