Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > Connaître l’eau et ses usages en région > Sa quantité > Situations annuelles > Bilan Final de l’étiage 2013 > Etat des écosystèmes aquatiques : suivi des écoulements et des (...)

Etat des écosystèmes aquatiques : suivi des écoulements et des assecs.

Sources : Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques - Délégation interrégionale Centre et Poitou-Charentes ; Fédérations de pêche 16, 17, 79, 86, Syndicat intercommunal d'aménagement hydraulique du bassin du Né, Syndicat Mixte du bassin de l'Antenne, Association de Protection, d'Information et d'Etude de l'Eau et de son Environnement

Observatoire National Des Etiages (ONDE)

De 2004 à 2011, l'ONEMA suivait chaque année un dispositif d'observation visuelle de l'écoulement des cours d'eau, appelé Réseau d'Observation de Crise des Assecs (ROCA). Ce dispositif était complété dans certaines régions comme en Poitou-Charentes par un Réseau Départemental d'Observation des Etiages (RDOE). Souhaitant mieux harmoniser à l'échelle nationale la collecte de ces données, l'ONEMA a décidé pour 2012 de remplacer ces deux anciens réseaux (ROCA et RDOE) par un nouvel Observatoire National Des Etiages, le réseau ONDE. En Poitou-Charentes, après avoir débuté une phase de test en 2011 sur le département de la Vienne, ce changement est bien effectif depuis 2012 sur l'ensemble de la région. Le nouvel observatoire ONDE vise à la fois à constituer un réseau de connaissances stables sur les étiages estivaux des cours d'eau (suivi usuel) mais se veut également être un outil d'aide lors de gestion de crise (suivi de crise). Le suivi usuel (anciennement RDOE) a lieu de mai à septembre avec une fréquence d'une fois par mois (autour du 25 de chaque mois). Le suivi de crise (anciennement ROCA) est utilisé à des périodes et fréquences de prospection laissées à l'appréciation des acteurs locaux, en fonction de l'état des cours d'eau.

Un indice ONDE [1] est par ailleurs estimé 1 fois/mois dans le cadre du suivi usuel (soit au minimum 5 indices mensuels calculés par an par département).

Pour 2013, les campagnes ONDE font état de 382 points de suivi en Poitou-Charentes (80 en Charente ; 113 en Charente-Maritime ; 59 en Deux-Sèvres et 130 en Vienne).

Les années 2009 à 2011 ont été marquées par des situations d'assec ou de rupture d'écoulement particulièrement intenses en août et en septembre, avec un étiage se prolongeant à l'automne.

Résultats des campagnes ONDE 2013

Cinq campagnes ONDE se sont déroulées en 2013, pour le suivi usuel de mai à septembre.

De mai à juin, la situation est très favorable, l'indice ONDE est resté proche de 10 et la quasi-totalité des stations présentaient un « écoulement visible » [2]. On constate par la suite une diminution régulière de la valeur de l'indice ONDE, en juillet, puis en août, où la situation s'est particulièrement dégradée en Charente-Maritime et en Deux-Sèvres. Fin août, 15 % des stations sont classées en « écoulement non visible » [3]ou en « assec » [4] à l'échelle régionale. La situation s'améliore légèrement en septembre avec l'apport bénéfique de précipitations. A fin septembre, la situation demeure favorable comparativement aux années précédentes : environ 9 stations sur 10 présentent un écoulement visible en 2013 (contre seulement 6 sur 10 environ ces dernières années).

De mai à septembre 2013, 17 % des points de suivi ont été au moins une fois en assec ou en rupture d'écoulement (contre 52 % en 2012). Malgré une situation d'ensemble favorable et des conditions climatiques clémentes, certains milieux aquatiques ont néanmoins été affectés par l'absence d'écoulements d'eau.

Carte bilan ONDE 2013 : points d'observation de l'écoulements des cours d'eau de Poitou-Charentes en rupture d"écoulement ou en assec Les secteurs suivants ont été concernés par des assecs répétés :
- en Charente-Maritime : les bassins du Curé, de la Boutonne, le secteur amont de la Seugne ainsi que les affluents de la Dronne au sud du département
- en Charente : certaines stations situées sur le Né et la Couture, ainsi que les secteurs amont de la Vienne et du Clain
- en Deux-Sèvres : le bassin de la Sèvre niortaise, le secteur amont de la Boutonne, les cours d'eau alimentant le barrage du Cébron, ainsi que des affluents de l'Argenton
- en Vienne : le Servon (affluent de la Vienne) à Chauvigny et le Sud-Est du département dans une moindre mesure.

A noter que deux stations situées sur le bassin versant de la Boutonne, en Charente-Maritime, ont été quasi-systématiquement assec cette année. Il s'agit des stations « Vau amont » à Blanzay-sur-Boutonne et « Fragne » à Poursay-Garnaudc. Sur ces deux stations, les cours d'eau sont temporaires et présentent des assecs fortement récurrents.



Pour des informations complémentaires sur le suivi de l'écoulement des cours d'eau de l'ONEMA, et pour consultez les résultats mensuels de l'Observatoire National des Etiages sous formes de cartes, rendez-vous sur la rubrique « Le suivi de l'ONEMA » sur le site du RPDE (chemin d’accès « Connaître l’eau et ses usages en région > Sa quantité > Suivi des écoulements > Le suivi de l'ONEMA.

Suivi linéaire de l'écoulement des cours d'eau par les Fédérations pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques de Poitou-Charentes :

Des campagnes de suivi des linéaires de cours d'eau sont également menées, deux fois par mois par les Fédérations pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques de Poitou-Charentes, associées au Syndicat Intercommunal d'Aménagement Hydraulique du bassin du Né, au Syndicat Mixte du Bassin de l'Antenne et à l'Association de Protection, d'Information et d'Etude de l'Eau et de son Environnement. En voici les résultats :

Campagne de suivi des linéaires de cours d’eau - 2013 Poitou-Charentes
15-juin 01-juil 15-juil 01-août 15-août 01-sept 15-sept 01-oct
Nombre de km de cours d’eau observés 4118,4 4011 3927,7 3586,9 3983,1 3885,9 3774,3 3765,2
Nombre de km de cours d’eau en rupture d’écoulement ou en assec 94,7 96,6 315,8 368,7 754,2 931,9 708,4 646
% de linéaire de cours d’eau en absence d’écoulement (rupture + assec) par rapport au km total observé 2,3 2,4 8 10,3 18,9 24 18,8 17,2
% de linéaire de cours d’eau en état d’assec par rapport au nombre de km total observé 1,9 1,9 6,6 9,1 14,5 19,2 16,3 14,7
Tableau récapitulatif des campagnes de suivi des linéaires des cours d'eau de 2013

N.B. Certains tronçons de cours d'eau suivis sont classés 'intermittents' par la BD Carthage. Bien que pouvant être influencés par les prélèvements, ces secteurs peuvent donc être 'naturellement' sujets à une absence d'écoulement en été.

Les observations indiquent globalement les mêmes tendances que celles de l'ONDE. On observe une dégradation continue de l'état des cours d'eau de mi-juin à début septembre (la proportion de linéaire en absence d'écoulement n'a cessé d'augmenter sur cette période) avec des dégradations plus marquées entre le 1er et le 15 juillet et entre le 1er et le 15 août. La situation la plus préoccupante s'observe alors début septembre, où près du quart du linéaire observé est en absence d'écoulement. On constate également une amélioration en fin d'étiage, courant septembre. La situation de 2013 a néanmoins été globalement plus favorable que celles des années précédentes. Début octobre, 17,2 % du linéaire était encore en absence d'écoulement contre 36 % à la même époque en 2012.

Les résultats du suivi par les Fédérations pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques du Poitou-Charentes au cours de l'étiage 2013 sont accessibles sous forme de cartes sur le site du RPDE. Elles sont également disponibles en Annexes 2.

Notes

[1] Indice ONDE  : cet indicateur varie de 0 à 10. 0 correspond à une situation où toutes les stations d’un département sont à sec, et 10 correspond à une situation où toutes les stations présentent un écoulement continu. Il est calculé de la manière suivante : (5* N2 + 10* N1)/N ; avec N = nombre total de stations, N1 = nombre de stations en écoulement continu et N2 = nombre de stations en écoulement interrompu.

[2] Au niveau national, les deux modalités « 1a, écoulement visible acceptable » et « 1f, écoulement visible faible » sont regroupées en une seule « écoulement visible », correspondant à une station présentant un écoulement continu, permanent et visible à l’œil nu.

[3] Correspond à une station sur laquelle le lit mineur présente toujours de l’eau mais le débit est nul

[4] Correspond à une station à sec où l’eau est totalement évaporée ou infiltrée sur plus de 50 % de la station

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé