Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

État des écosystèmes aquatiques et des eaux littorales

État des écosystèmes aquatiques
Etat des eaux littorales

Etat des écosystèmes aquatiques

(Sources : Extraits des bulletins de situation édités par l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques -ONEMA, Délégation interrégional Centre et Poitou-Charentes)

Dans leurs bulletins d’information, les services de l’ONEMA précisent :

- Bulletin Septembre - Octobre 2010 :

« La tendance est comparable à celle de 2009, avec une prolongation de la situation d’étiage en octobre. »

« La baisse « drastique » des précipitations en avril et les températures élevées avaient déclenché plus ou moins tôt les prélèvements à des fins agricoles pour l’irrigation des cultures dans certains départements. La baisse des débits s’est poursuivie en mai, rendant préoccupante la situation. Les orages au cours des premières semaines de juin avaient « atténué » les problèmes, permettant parfois même localement la recharge de certaines petites nappes d’accompagnement. »

« Puis, en raison de la diminution rapide des débits des cours d’eau (déficit pluviométrique associé au vent et à la chaleur), la situation s’est dégradée rapidement entre le mois de juin et juillet et le ROCA* a été activé dans plusieurs départements au cours de l’été. En août il y a eu une poursuite de la progression des assecs, plus ou moins marquée, la pluviométrie ayant été inégalement répartie. »

« La région Poitou-Charentes présente une situation d’étiage marquée. La situation s’est aggravée en octobre, rendant la situation préoccupante dans les départements de Charente, Charente-Maritime et Deux-Sèvres. »

« Très peu de mouvement de migrateurs en septembre-octobre en raison des faibles débits. Les observations réalisées au troisième trimestre 2010 sont proches des résultats de la même période de 2009. Elles confirment les faibles effectifs d’Aloses et de Lamproies marines (même si ceux-ci sont légèrement supérieurs à l’année précédente) comptabilisés dans les chambres de vision de Descartes comme de Châtellerault. Si l’effectif de saumons est conforme aux années antérieures à Châtellerault, l’effectif de 2010 est bien inférieur pour Descartes. »

- Bulletin Novembre 2010 - Avril 2011 :

« Les effectifs d’aloses comptabilisés dans les chambres de vision de Descartes comme de Châtellerault fin avril apparaissent très faibles ; ceux de lamproies marines, très proches des effectifs relevés en 2009 à Châtellerault (où les déplacements de migrateurs avaient été bien « timides »), sont bien inférieurs à Descartes. »

« Le Service Départemental de la Vienne a réalisé de sa propre initiative une campagne ROCA, les 14 et 15 mars afin de préparer le comité de suivi des étiages à la préfecture. La valeur de l’indice ROCA* était de 8,6 sur 10 (pour mémoire il était de 9.5 en mars 2010 et de 9.9, le 31 mars 2009). Ces observations sont des signes précurseurs d’un étiage qui pourrait s’avérer très sévère en l’absence de nouvelles précipitations. »

* ROCA : Réseau d’Observation de Crise des Assecs. Dispositif d’observation du niveau d’écoulement des eaux de surface permettant de compléter les informations déjà disponibles en préfecture (débits des cours d’eau et niveaux des nappes phréatiques). Il est déclenché à la demande de la MISE (Mission Inter-Services de l’Eau) uniquement, en cas d’étiage sévère. L’objectif majeur du ROCA est d’évaluer rapidement l’intensité des étiages dans un département donné.
* Indice ROCA (Id) : indice compris entre 0 et 10. Basé sur la proportion de stations ROCA caractérisées en « écoulement acceptable, faible, non visible ou assec » par rapport au nombre total de stations. Si l’indice est ≥ 8 : la situation est qualifiée « de vigilance » ; s’il est compris entre 4 et 8 : « délicate » et s’il est inférieur à 4 : « préoccupante ».

État des eaux littorales

(Sources : Informations fournies par l’IFREMER - Laboratoire-Environnement " Ressources des Pertuis Charentais ; tirées des BULLDOSERs mensuels - Bulletins des Données de la Surveillance de l’Environnement et des Ressources, d’octobre 2010 à mars 2011)

En vue de caractériser l’état et l’évolution des eaux littorales et des milieux marins, différents paramètres sont étudiés tels que :
• Des paramètres physico-chimiques : température et salinité (1)
• Des paramètres biologiques : qualité trophique du milieu et abondance de certaines espèces animales _ ->Études de la chlorophylle et du phytoplancton (2)
(1) La salinité est un marqueur du mélange eau douce/eau salée ; elle est alors fonction des apports en eau douce provenant des estuaires, sur le littoral charentais, ainsi que du cycle des marées.
Il est à noter que la température (symbolisant les échanges atmosphère-océan) associée à la salinité sont les deux facteurs majoritaires conditionnant le développement des espèces animales exploitées (huîtres …)
(2) Une partie des éléments nutritifs utilisés pour le développement du phytoplancton, servant lui-même à nourrir les espèces animales des eaux littorales telles que les huîtres ou les moules par exemple, est contenue dans les eaux douces continentales arrivant au littoral. Ainsi, l’étude du phytoplancton et de la chlorophylle (renseignant de l’état de la ressource alimentaire) est primordiale en vue de suivre l’état de la conchyliculture à l’échelle du littoral charentais.

Le bulletin BULLDOSER présente régulièrement un état des lieux de la situation hydrologique des Pertuis Charentais et des éléments d’évolution des ressources conchylicoles. Dans leurs bulletins d’information, l’IFREMER précise les éléments suivants :

- Températures : Elles sont restées globalement conformes aux normales saisonnières d’octobre 2010 à mars 2011, cependant légèrement inférieures de décembre à mars.

- Salinité : dû aux faibles précipitations tombées d’octobre 2010 à mars 2011, elle a été plutôt supérieure aux normales lors de cette période.
Alors relativement conforme aux valeurs saisonnières en octobre, une hausse significative s’est produite en novembre 2010. Par la suite, les fortes précipitations ont fait baisser la salinité, qui était alors globalement de saison en décembre, voire légèrement inférieure aux valeurs saisonnières. Le début de l’année 2011 est marqué par des valeurs conformes en janvier puis des salinités largement supérieures à celles observées habituellement en février et mars 2011.

- Ressources trophiques : L’activité phytoplanctonique d’octobre à décembre 2010 a été globalement conforme à celle de saison, bien que légèrement supérieure en octobre.
De janvier à mars 2011, l’activité fut supérieure à celle généralement observée à la même époque. On remarque notamment l’apparition d’un bloom* à Skeletonema costatum (diatomée "de saison") au milieu du mois de mars, avec plus de 2 millions de cellules au nord et plus de 200 milles au sud.

- Ressources conchylicoles : Les indicateurs de mortalité et de croissance sont restés globalement stables et stationnaires d’octobre 2010 à janvier 2011 puis légèrement inférieurs aux valeurs saisonnières en février et mars 2011.

Pour consulter les bulletins mensuels BULLDOSER, rendez-vous sur : http://www.ifremer.fr/lerpc/reseaux/bulldoser/bulldoser.htm

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé