Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

État des écosystèmes aquatiques et des eaux littorales

État des écosystèmes aquatiques
Etat des eaux littorales

Etat des écosystèmes aquatiques

(Sources : Extraits des bulletins mensuels édités par l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques -ONEMA, Délégation interrégional Centre et Poitou-Charentes)

Dans leurs bulletins d’information, les services de l’ONEMA précisent :

- Bulletin Septembre-Octobre :

« Début 2009 la situation hydrologique a été fort comparable à la même période de 2008 : Globalement, les cours d’eau ont connu des niveaux élevés au mois de janvier, avec des débordements dans les lits majeurs, favorables à la reproduction du brochet.

Puis le déficit pluviométrique, le temps froid et sec de février se sont traduit par une baisse des niveaux d’eau entraînant des incidences biologiques.
Les quelques précipitations tombées dans la deuxième quinzaine d’avril ont permis une amélioration de la situation, amélioration qui s’est poursuivie en mai et début juin.
La situation s’est modifiée au cours des dix derniers jours de juin par la combinaison de températures importantes, de vents et de pluviométrie déficitaire.
En juillet, la pluviométrie parfois proche de la normale a permis une légère diminution de l’intensité de l’irrigation.
La situation s’est à nouveau dégradée entre juillet et août malgré les dispositions prises pour limiter les usages de l’eau. »

- Bulletin Novembre-Décembre :

« Cette situation de déficit pluviométrique s’est poursuivie en octobre et l’impact est encore visible sur certains cours d’eau qui présentent des points en assecs, comme par exemple en Charente-Maritime, sur la Boutonne, l’Antenne, la Seudre et la Devise fin novembre.

Mais, la situation s’est globalement améliorée avec les pluies automnales de novembre et décembre. »

- Bulletin Janvier-Février :

« La situation hydrologique qui s’était globalement améliorée avec les pluies automnales de novembre et décembre a poursuivi cette évolution dans les 4 départements de la Région Poitou-Charentes, avec un début de connexion des annexes et de recharge des zones humides, encore insuffisantes pour assurer une bonne accessibilité des frayères aux géniteurs brochets.

En ce qui concerne les migrateurs, 3 saumons, 84 lamproies marines et 1 anguille argentée dévalante ont été comptabilisés dans la chambre de vision de Descartes (sur la Creuse_dpt37)

Le déplacement des lamproies marines apparaît plus précoce cette année (il est à noter que dés le début du mois de janvier, 2 lamproies avaient été comptabilisées dans la chambre de vision de Descartes) »

État des eaux littorales

(Sources : Informations fournies par l’IFREMER et en particulier le Laboratoire-Environnement " Ressources des Pertuis Charentais. Extraits des BULLDOSERs - Bulletin des Données de la Surveillance de l’Environnement et des Ressources, d’octobre, novembre et décembre)

En vue de caractériser l’état et l’évolution des eaux littorales et des milieux marins, différents paramètres sont étudiés tels que :
• Des paramètres physico-chimiques : température et salinité (1)
• Des paramètres biologiques : qualité trophique du milieu et abondance de certaines espèces animales _ ->Études de la chlorophylle et du phytoplancton (2)
(1) La salinité est un marqueur du mélange eau douce/eau salée ; elle est alors fonction des apports en eau douce provenant des estuaires, sur le littoral charentais, ainsi que du cycle des marées.
Il est à noter que la température (symbolisant les échanges atmosphère-océan) associée à la salinité sont les deux facteurs majoritaires conditionnant le développement des espèces animales exploitées (huîtres …)
(2) Une partie des éléments nutritifs utilisés pour le développement du phytoplancton, servant lui-même à nourrir les espèces animales des eaux littorales telles que les huîtres ou les moules par exemple, est contenue dans les eaux douces continentales arrivant au littoral. Ainsi, l’étude du phytoplancton et de la chlorophylle (renseignant de l’état de la ressource alimentaire) est primordiale en vue de suivre l’état de la conchyliculture à l’échelle du littoral charentais.

Le bulletin BULLDOSER présente régulièrement un état des lieux de la situation hydrologique des Pertuis Charentais et des éléments d’évolution des ressources conchylicoles. Dans leurs bulletins d’information, l’IFREMER précise les éléments suivants :

- Bulletin du 10 novembre 2009 :

« Les températures mesurées au mois d’octobre sur les points centraux du pertuis Breton et du bassin de Marennes Oléron suivent la tendance généralement observée avec : (1) des valeurs hautes comprises entre 17 et 18°C (la première quinzaine), (2) des valeurs basses comprises entre 14 et 15°C en fin de période. Sur la zone estuarienne de la Charente, la tendance (également à la baisse) est marquée par des valeurs nettement au-dessus des normales de saison les 15 premiers jours (+ 4 à 5°C). Quel que soit le secteur, les masses d’eaux présentent des salinités supérieures à celles généralement mesurées (proche de 35 g/l) : + 1 g/l pour les zones les plus maritimes à 4 g/l pour l’estuaire de la Charente.
Une croissance significative (> 10 % de chair sèche) est mesurée sur les huîtres du banc d’Agnas : une reprise de croissance est constatée par rapport au mois précédent. Le pourcentage de survie des animaux se maintient marquant ainsi l’absence de mortalité.
Le nombre de cellules phytoplanctoniques sur les points présentés est conforme aux observations de saison. Néanmoins sur certains secteurs, comme le pertuis de Maumusson, un cortège phytoplanctonique diversifié est rencontré en milieu de mois (bloom automnal). Ce phénomène apparaît également sur les signaux de fluorescence (traduisant un Eq. chlorophylle a) mesurées au centre de bassin de Marennes Oléron. »

- Bulletin du 12 décembre 2009 :

« Les températures enregistrées au mois de novembre oscillent autour des moyennes historiques quel que soit le secteur ; la baisse saisonnière s’étale de 15-16°C à 12°C en fin de période. Les salinités mesurées sont toujours bien au dessus des moyennes de saison (> 1 g/l sur l’ensemble des pertuis). Néanmoins, deux chutes significatives, rapidement tamponnées, sont observées sur le bassin de Marennes les 10 et 23 novembre. Sur le pertuis Breton, un retour aux valeurs de saison est constaté depuis le 25 novembre.
Le poids de chair n’évolue pas au mois de novembre. Comme les 3 derniers mois, le taux de survie des huîtres sur ce secteur est stable, aucune mortalité significative n’est à signaler.

Le nombre de cellules phytoplanctoniques reste faible sur les points suivis des Filières du pertuis Breton et de Boyard. Le signal de fluorescence indique néanmoins un développement algal plus conséquent en début de période au centre du bassin de Marennes Oléron. »

Aucun bulletin n’a été édité en janvier, février et mars.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé