Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > Connaître l’eau et ses usages en région > Sa quantité > Situations annuelles > Bilan initial de l’étiage 2010 > Évolution des ressources (aquifères, cours d’eau, principaux barrages) au (...)

Évolution des ressources (aquifères, cours d’eau, principaux barrages) au cours de l’étiage

État des eaux souterraines
Volumes disponibles aux principaux barrages
Hydrologie

État des eaux souterraines

Secteur Région Poitou-Charentes

(Sources : Conseil Régional Poitou-Charentes, Traitement Observatoire Régional de l’Environnement, Conseil Général de la Vendée)

Le début de l’année hydrologique 2009/2010 a été marqué par une situation globalement défavorable à l’échelle de la région. En effet, près des trois quarts des piézomètres ont montré des niveaux inférieurs à la moyenne interannuelle voire inférieurs au minimum pour certains, en octobre et en novembre.

Par la suite, la situation s’est améliorée notamment en décembre, mois pour lequel environ 60% des piézomètres présentaient des niveaux proches à supérieurs à la moyenne interannuelle, puis en janvier (70%) ainsi qu’en février (74%). En mars, les niveaux piézométriques ont commencé à baisser (54% des piézomètres supérieurs à la moyenne) suite aux faibles précipitations mesurées en janvier et février.

En conclusion, après un début d’année hydrologique peu satisfaisant d’un point de vue de la recharge des nappes, la situation s’est améliorée en décembre suite à des épisodes pluvieux plus intenses et à une diminution des prélèvements dans les nappes. Cette tendance s’est d’ailleurs poursuivie en janvier et février mais en raison de faibles précipitations enregistrées en janvier et en février, la recharge des nappes n’a pas pu se poursuivre correctement en mars, si bien que la situation des nappes à la fin du mois de mars apparaît globalement moyenne mais toutefois plus favorable que l’an passé.

Secteur Sud Vendée Marais Poitevin

(Source : Observatoire Eau Vendée)

Une augmentation globale du niveau des nappes du secteur Sud Vendée " Marais Poitevin a pu être observée au cours du mois d’octobre suite à l’arrêt des prélèvements pour l’irrigation et à quelques épisodes pluvieux intenses, puis au cours du mois de novembre suite à différents épisodes pluvieux intenses. Malgré une légère diminution des niveaux des nappes en décembre, ceux-ci restent proches des moyennes saisonnières.
Les niveaux de la nappe du Dogger pour le secteur Sud Vendée Marais Poitevin, se sont globalement maintenus proches des moyennes interannuelles sur la période de janvier à mars aux piézomètres de Oulmes, Le Langon et Benet (cf graphiques ci-dessous). Quelques variations sont à noter notamment début janvier où les niveaux de ces 3 piézomètres étaient supérieurs aux niveaux moyens ainsi que fin mars.

Evolution du niveau des nappes de trois piézomètres du Sud-Vendée

Vous pouvez suivre l’évolution des niveaux des différents piézomètres du secteur Sud-Vendée sur le site de l’Observatoire Départementale de l’Eau : http://observatoire-eau.vendee.fr/b…

Volumes disponibles aux principaux barrages

(Sources : Compagnie d’Aménagement des Eaux des Deux-Sèvres (CAEDS) et Institution du Fleuve Charente)

Les 4 grandes réserves de la région Poitou-Charentes ont montré l’évolution suivante en terme de taux de remplissage depuis octobre jusqu’à fin mars, après l’étiage de 2009 qui a fortement mobilisé ces 4 retenues.

Le barrage de la Touche Poupard, situé en amont de la Sèvre Niortaise sur le Chambon, a pu être rempli rapidement au cours de cette année hydrologique comme en 2008/2009 notamment entre décembre et janvier (41% à 91%). En effet, dès le mois de janvier 2009, son taux de remplissage était de 91% puis est passé à 100% en février.

Le Cébron qui est un barrage situé en amont du Thouet, a montré la même progression de remplissage que celui de la Touche Poupard avec un taux nul d’octobre à décembre (34% à 31%) puis un remplissage rapide jusqu’en janvier (87%).

En ce qui concerne le Lavaud, barrage situé en amont de la Charente tout comme celui du Mas Chaban, son taux de remplissage a été nul pour les mois d’octobre, novembre et décembre (13%). Il s’est ensuite rempli progressivement avec environ 43% en janvier, 83% en février et 92% en mars.

Le Mas Chaban était, quant à lui, à environ 9% de remplissage du volume total en octobre, 28% en novembre, 62% en décembre et 83% en janvier. Il s’est donc rempli progressivement depuis le début de l’année hydrologique. Depuis le mois de février, cette retenue est toujours à 100%.

-> A la veille du début de l’étiage 2010, les 4 retenues sont remplies à 100% (début avril).

Vous pouvez suivre les taux de remplissage des grandes retenues de la Charente sur le site l’Institution du Fleuve Charente : http://www.fleuve-charente.net/donn…

Hydrologie

(Sources : Services de Prévision des Crues Littoral Atlantique, Vienne Thouet et Dordogne, DIREN Pays de la Loire et Banque hydrologique)

L’observation des débits mesurés au niveau de différents cours d’eau de la région et du Marais Poitevin a permis de mettre en évidence l’évolution hydrologique suivante.

A l’échelle de la région Poitou-Charentes et du Marais Poitevin, la situation hydrologique du mois d’octobre et du mois de novembre était proche de celle du mois de septembre : les débits mesurés sont restés proches à inférieurs du débit mensuel interannuel quinquennal sec sur la majorité des stations et sur l’ensemble des points nodaux. La situation des cours d’eau observée en décembre s’est avérée hétérogène malgré une hausse significative des précipitations. Les débits étaient en effet nettement supérieurs aux moyennes historiques sur l’Argenton et le Lay par exemple, et nettement inférieurs pour la Charente et la Seudre.
Les débits moyens de janvier se situent eux, globalement, dans la moyenne, avec des débits nettement supérieurs aux moyennes historiques sur la Boutonne et la Bonnieure, et nettement inférieurs pour la Seudre par exemple. Une hausse importante des débits a notamment pu être observée en début de mois sur la majorité des cours d’eau de Poitou-Charentes.
En février, la situation s’est dégradée sur certains cours d’eau notamment au niveau de la Seudre, la Vonne, le Thouaret et la Boivre. Pour des cours d’eau comme le Clain, la Sèvre Niortaise ou la Charente, les débits sont restés majoritairement proches du débit médian. A noter que le mois s’est achevé par une violente tempête (Xynthia) le 28, mais que les précipitations liées à cet évènement ne sont pas remarquables. Enfin, au mois de mars, du fait de faibles précipitations, la situation hydrologique est apparue inférieure à la moyenne pour la majorité des cours d’eau de Poitou-Charentes. Seules d’importantes précipitations en fin de mois ont permis une remontée des débits plus ou moins marquée selon les cours d’eau.

-> En comparaison à l’année 2009, les débits apparaissent globalement plus élevés à fin mars sur la majorité des cours d’eau mais restent proches à inférieurs, dans certains cas, à la moyenne.

- QMM5H : Le débit mensuel interannuel quinquennal humide pour un mois considéré est le débit mensuel qui a une probabilité de 1/5 d’être dépassé chaque année.
- Q médian : Le débit médian est le débit atteint ou dépassé pendant la moitié de l’année.
- QMM5S : Le débit mensuel interannuel quinquennal sec pour un mois considéré est le débit mensuel qui a une probabilité de 4/5 d’être dépassé chaque année.
- DCR (Débit de Crise) : Valeur de débit d’étiage au-dessous de laquelle l’alimentation en eau potable pour les besoins indispensables à la vie humaine et animale, ainsi que la survie des espèces présentes dans le milieu sont mises en péril.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé