Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > L’eau et moi > Citoyen du monde > L’eau dans le monde

L’eau dans le monde

Sommaire
Répartition de la ressource et des besoins
L’accès à l’eau potable
La crise de l’eau
Perspectives et prise de conscience mondiale

Répartition de la ressource et des besoins Haut de page

Une inégale répartition de la ressource en eau... ... et des besoins variables d'un bout à l'autre de la planète

La répartition de la ressource en eau douce sur Terre n'est pas homogène, cela au sein même d'un pays. Ces disparités sont également accrues du fait de la répartition hétérogène de la population dans le monde.
On peut analyser la situation mondiale entre ressources et besoins en eau douce grâce au concept de stress hydrique. Ce stress est présent sur un territoire dès lors que la demande en eau de la population dépasse la quantité des ressources qui y sont disponibles. Aujourd’hui, un tiers de l’humanité vit dans une situation dite de stress hydrique, avec moins de 1 700 mètres cubes d’eau douce disponibles par habitant et par an.
Une étude, publiée le 12 décembre 2013 par le World Resources Institute (WRI), révèle que 37 pays dans le monde connaissent un stress hydrique extrêmement élevé. Le WRI espère pouvoir réactualiser ces données deux fois par an, consultez leur carte dynamique du stress hydrique

Stress hydrique dans le monde

Les disparités entre le Nord et le Sud sont très marquées quant à la gestion de la ressource en eau. Ainsi, la consommation de l'eau douce sera majoritairement à usage agricole dans les pays en voie de développement (supérieure à 85% en Afrique et en Asie) alors que les usages dans les pays industrialisés concerneront davantage l'industrie (plus du tiers de la consommation totale), la production d'énergie, puis la consommation domestique et l'agriculture.
Les disparités sont également très fortes au niveau de la consommation domestique individuelle. Un enfant né dans un pays développé consomme 30 à 50 fois plus d'eau qu'un enfant né dans un pays en voie de développement.
Enfin, ces disparités concernent également l'eau virtuelle échangée à travers le monde. Et le changement climatique ne sera pas sans impact …

Quelques liens :

L'accès à l'eau potable Haut de page

Un droit de l'Homme
“Le droit à l'eau consiste en un approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à un coût abordable, d'une eau salubre et de qualité acceptable pour les usages personnels et domestiques de chacun. Une quantité adéquate d'eau salubre est nécessaire pour prévenir la mortalité due à la déshydratation et pour réduire le risque de transmission de maladies d'origine hydrique ainsi que pour la consommation, la cuisine et l'hygiène personnelle et domestique”. (Observation générale n°15-Comité des Droits Economiques Sociaux et Culturels-2002)

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté le 28 juillet 2010 une résolution (n°64/292) dans laquelle elle déclare que le droit à une eau potable, salubre et propre est un « droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l'homme ».

En 2015, environ 663 millions de personnes n'ont pas accès à l'approvisionnement en eau potable. S'ajoutent à cette inégalité d'accès, des facteurs qui tendent à diminuer les ressources en eau potable : la mauvaise gestion, le gaspillage et la pollution des réserves.

Quelques liens :

La crise de l'eau Haut de page

Alors que la population mondiale a plus que triplé depuis le début du siècle, l'utilisation des ressources en eau douce a été multipliée par six.
Les prévisions d'accroissement de la population mondiale (augmentation de 40 à 50% dans les cinquante années à venir), l'industrialisation et l'urbanisation sont autant de phénomènes qui se répercutent directement sur les ressources en eau. La crise de l'eau se manifeste alors sous forme de menaces sociales, économiques et environnementales.

Le manque d'eau salubre et d'assainissement touche une partie de la planète. 2,6 milliards de personnes manquent d'installations sanitaires de base. 1,8 millions de personnes meurent chaque année de maladies diarrhéiques. Chaque jour, 3 900 enfants de moins de 5 ans meurent de maladies transmises par l'eau (source : O.M.S.).

Préserver l'eau pour la consommation humaine entraîne une baisse de la quantité d'eau disponible pour le développement industriel et agricole. Malgré des efforts consentis depuis 30 ans, les prélèvements agricoles pour l'irrigation représentent encore 69% du total des prélèvements au niveau mondial.

Cette crise de l'eau se manifeste également par une crise environnementale. Les prélèvements excessifs de certaines ressources en eau ainsi que la dégradation de leur qualité représentent de graves menaces pour les écosystèmes aquatiques.

A cela s’ajoutent les impacts du changement climatique sur la ressource en eau, que ce soit en termes de sécheresses ou d’inondations. Une meilleure coopération pour gérer l’eau et éviter ainsi les conflits liés à l’utilisation de cette ressource vitale est primordiale. Lors de la COP22 de novembre 2016 à Marrakech, il a été évoqué que l’eau, victime du changement climatique, peut aussi apporter des solutions.

Quelques liens :

Perspectives et prise de conscience mondiale Haut de page

Deux facteurs d'influence primordiaux sont pris en considération pour l'avenir de l'eau : l'essor démographique et l'accroissement des besoins. Toutefois certains experts expliquent que l'enjeu majeur ne réside pas forcément dans la raréfaction des ressources mais dans la bonne gestion de celles-ci :
"Il existe aujourd'hui une crise de l'eau, mais cette crise n'est pas due à son insuffisance à satisfaire nos besoins ; elle résulte plutôt d'une si mauvaise gestion de cette ressource que des milliards de personnes - et l'environnement - en souffrent gravement." Rapport sur la Vision mondiale pour l'eau

Certains experts pensent que face à ces besoins croissants, les conflits liés à l'eau pourraient tendre à se multiplier dans l'avenir. Ils soulignent notamment le fait que les deux tiers des principaux fleuves du monde traversent plusieurs états et que plus de 40% de la population mondiale est établie sur plus de 250 bassins transfrontaliers.
D'autres experts pensent que la gestion de l'eau peut initier des actions coopératives entre pays et donc instaurer un climat pacifiste.
La prise de conscience mondiale des enjeux liés à l'eau est bien réelle. Depuis plus de 20 ans, des rencontres internationales sur l'eau se succèdent afin de réfléchir collectivement à la gestion durable des ressources en eau. La décennie 2005-2015 a été proclamée décennie internationale d'action « L'eau, source de vie » 2005-2015, par les Nations unies.

Quelques liens :

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé