Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > La gestion de l’eau > Gestion des cours d’eau > La morphologie des cours d’eau

La morphologie des cours d’eau

La morphologie d'un cours d’eau ou hydromorphologie est définie selon plusieurs critères : la largeur du lit (espace occupé, en permanence ou temporairement, par le cours d’eau), sa profondeur, sa pente, la nature des berges, leur pente, les caractéristiques du substrat, la forme des méandres …
Elle est liée étroitement à l’hydrologie (état quantitatif et dynamique des débits, connexion aux eaux souterraines) puisque chaque rivière se façonne et creuse son lit de manière à pouvoir transporter le débit et les sédiments qu’elle reçoit de l’amont (continuité) et permettre la migration des organismes aquatiques.
Son rôle est essentiel par rapport à la qualité biologique d’un cours d’eau et nécessaire à l’atteinte du bon état écologique.

Un cours d'eau est un système qui recueille et transporte vers l'aval, sous l'effet de la gravité, les eaux des pluies et des sources d'un même bassin versant. Sa pente et son débit en font un système énergétique ; sa morphologie est fonction de plusieurs paramètres comme le climat, de la géologie ou encore le relief.
S'agissant d'un milieu en perpétuel évolution, la forme d'une rivière n'est pas statique et tend à changer aussi bien dans l'espace que dans le temps notamment du fait des précipitations, de la nature géologique du substrat et de la pente du relief. Chaque cours d'eau possède donc sa propre dynamique en fonction de tous ces facteurs.

Le processus naturel d'un cours d'eau qui n'a pas subi, ou peu, de modifications est d'altérer, d'éroder puis de transporter divers matériaux solides venant de l'amont du bassin avant de les déposer tout au long de son cours. Les berges d'une rivière sont elles aussi soumises à des processus d'érosion de manière latérale.
Ces différentes étapes qui sont fonction particulièrement du débit et de la pente contribuent à façonner le lit de la rivière en long (amont-aval), en travers (rive droite-rive gauche) et en plan.
Selon la quantité de matériaux transportés, de la nature plus ou moins cohésive des berges et de la puissance du cours d'eau, le lit du cours d'eau pourra être de différents types : à méandres, en tresses, rectiligne, sinueux ...
Le débit liquide du cours d'eau varie donc au cours d'une année en fonction des précipitations et de la quantité de matériaux (fins et grossiers) qui est véhiculée c'est-à-dire le débit solide. Ces deux débits sont à l'origine des processus d'érosion et de dépôt qui contribuent aux ajustements morphologiques du cours d'eau. Un équilibre dynamique de rivière est observé lorsque l'érosion et le dépôt se compensent mutuellement.

Les altérations hydromorphologiques, qui modifient le fonctionnement naturel des cours d'eau, sont liées aux pressions anthropiques qui s'exercent sur les sols du bassin versant et sur les cours d'eau. Les obstacles à l'écoulement, la chenalisation, le curage, la rectification du tracé, l'extraction de granulats, la suppression de ripisylve, le drainage, l'irrigation, l'imperméabilisation ou le retournement des sols sont autant de sources d'altérations hydromorphologiques qui nécessitent la mise en œuvre de travaux ou d'aménagements visant à restaurer les fonctionnalités initiales. (Eau France, 2010)

Pour en savoir plus :
- L’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), rubrique "Hydromorphologie"
- Les Techniciens Médiateurs de Rivières (TMR), rubrique "Hydromorphologie"
- Le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE), site dédié à la morphologie des cours d’eau
- Cahier de l’eau n°3 des CPIE "La morphologie des cours d’eau
- Plaquette d’information "Morphologie des cours d'eau" de France Nature Environnement (janvier 2010)
Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé