Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

La pluviométrie

La pluviométrie

Source : Météo France
Comparaisons historiques
Précipitations d’octobre 2015 à fin mars 2016
Pluies efficaces

- Comparaisons historiques

Les précipitations moyennes en région Poitou-Charentes, sont légèrement supérieures à la moyenne nationale (Source : Météo France).

La région est marquée par des années hydrologiques* très variables très variables ces dernières années. On notera les bilans pluviométriques exceptionnels de 2000-2001 et 2004-2005, respectivement excédentaire et déficitaire. Sur les dix dernières années, il semble se dégager des cycles de 3-4 ans alternant situation déficitaire et situation excédentaire.

On observe une certaine homogénéité générale des bilans hydriques de la région (si une station montre un bilan excédentaire par rapport à la normale, les autres aussi dans la majorité des cas). Il y a cependant certaines disparités au niveau des écarts à la normale.

*année hydrologique : période de douze mois qui débute après le mois habituel des plus basses eaux, ou le mois à partir duquel les nappes commencent à se recharger, ici considérée de novembre à octobre.

Pour la période d'octobre 2016 à mars 2017, le niveau de précipitations est inférieur aux normales pour les quatre grandes stations pluviométriques du Poitou-Charentes. Ce déficit, par rapport à la normale, est de -132,3 mm à Cognac (équivalent à 2011-2012) ; -167,9 mm à La Rochelle (proche de 2001-2002) ; -132,8 mm à Niort (plus important que 2001-2002) ; -156,9 mm à Poitiers (plus faible cumul sur la même période depuis 24 ans).

-  Les précipitations entre les périodes d'étiage 2016 et 2017

  • Les cumuls de pluies mensuels d'octobre 2016 à mars 2017

A l'échelle du Poitou-Charentes, octobre 2016 constitue le 6ème mois d'octobre le plus sec depuis 1958, tandis que les précipitations sont plus conformes aux normales saisonnières en novembre 2016. Les deux mois suivants sont à nouveau marqués par des précipitations très faibles pour la saison : 15 à 30 mm relevés en décembre 2016 et 25 à 40 mm en janvier 2017. En février et en mars, les précipitations sont plutôt supérieures aux normales saisonnières ; mars 2017 se situe même dans les quatre mois de mars les plus pluvieux depuis 2000.

Cependant, ces pluies soutenues de février et de mars ne permettent pas de combler les déficits importants cumulés au cours des mois précédents. Ainsi, de novembre 2016 à mars 2017, le cumul des précipitations est généralement déficitaire de 10 à 20% par rapport aux normales saisonnières en Poitou-Charentes, et jusqu'à 25-30% au centre et dans une grande partie sud de la Charente-Maritime. Sur cette période, il s'agit du cumul le plus faible enregistré depuis 2009.

  • Les cumuls de pluies efficaces d'octobre 2016 à mars 2017

Les pluies ont été majoritairement efficaces* (valeurs positives) sur l'ensemble du Poitou-Charentes d'octobre 2016 à mars 2017. Les cumuls sont cependant peu élevés, notamment en octobre et en décembre 2016 où certains secteurs affichent des valeurs négatives.

De novembre 2016 à mars 2017, les cumuls de pluies efficaces sont généralement compris entre 140 et 200 mm en Poitou-Charentes. Ils sont plus élevés, allant de 200 à 240 mm, sur une grande partie sud des Deux-Sèvres et sur une grosse moitié est de la Charente. Les conditions climatiques ont donc été globalement favorables à l'infiltration des eaux vers les nappes souterraines pendant leur phase de recharge naturelle.

*Pluies efficaces : elles sont égales à la différence entre les précipitations totales et l'évapotranspiration réelle et représentent la quantité d’eau fournie par les précipitations, qui reste disponible à la surface du sol. Cette eau est répartie, au niveau du sol, en deux fractions : l'écoulement superficiel et l'infiltration.

Pour en savoir plus consultez le suivi hydrologique mensuel national de Météo France, disponible dans la rubrique Climat.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé