Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > Actualités > Le phytoplancton dans les eaux littorales de 2007 à 2012
(27 mai 2014)

Le phytoplancton dans les eaux littorales de 2007 à 2012

L’Observatoire National de la Mer et du Littoral (ONML) publie une nouvelle fiche, sur "Le phytoplancton dans les eaux littorales métropolitaines de 2007 à 2012".

Le phytoplancton est à la base des chaines alimentaires en domaine marin.
Sa production dépend de nombreux paramètres comme les quantités de nutriments disponibles, l'éclairement, la température, les courants… Les développements importants de phytoplancton (bloom) se produisent souvent au débouché des fleuves ou dans les lagunes, où les conditions sont optimales.
Ces blooms peuvent avoir des impacts plus ou moins importants sur le milieu naturel ou l'homme. Certaines proliférations provoquent uniquement la coloration des eaux du fait de la présence de pigments chez plusieurs espèces. Dans les cas les plus graves, la dégradation de l'excès de matière organique produite implique une importante consommation d'oxygène et l'asphyxie de la zone concernée. Par ailleurs, la prolifération de phytoplancton peut modifier l'équilibre de la flore en faveur d'espèces libérant des toxines. Elles peuvent être néfastes pour la faune mais aussi pour l'homme, s'il consomme des coquillages infectés, les coquillages se nourrissant surtout de phytoplancton. Il est donc intéressant de connaitre le phytoplancton marin, la répartition de ses blooms et des taxons dominants.
source : ONML

Les données sur le phytoplancton contribuent à évaluer la qualité des masses d'eau côtières dans le cadre de la Directive Cadre sur l'Eau. Une évaluation réalisée sur la période 2007-2012 montre que la qualité des masses d'eau littorales métropolitaines est globalement bonne pour l'élément « phytoplancton », puisque 95 masses d'eau sur les 116 masses d'eau évaluées, soit 82 %, sont jugées en bon ou en très bon état.

L'analyse des données sur les trois principaux taxons phytoplanctoniques toxiques, conduisant à des contaminations récurrentes des coquillages, révèle des schémas très différents concernant leur répartition spatiale et temporelle, et les concentrations maximales observées.

Pour en savoir plus, consultez la fiche Le phytoplancton dans les eaux littorales métropolitaines de 2007 à 2012

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé