Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Les pollutions anthropiques

Eléments extraits du rapport "Qualité des ressources en eau et production d'eau potable : la situation en Poitou-Charentes" et de ses fiches résumées, réalisés en 2002 par le Comité Régional de l'Environnement (CRE), dans le cadre des Secondes Assises de l'Eau de Poitou-Charentes.

Nature et source des polluants

Pollutions d'origine humaine :
- Industries, domestique => matières organiques et oxydables, azotées (ordures ménagères, excréments, lisiers, papeterie, tanneries, abattoirs, laiteries, huileries, sucreries, …), phosphore (détergents ou lessives phosphatées-> interdit dans les lessives depuis le 1er juillet 2007), pesticides
- Agriculture => nitrates (engrais), pesticides, matières organiques, azotées (lisiers), phosphore (engrais)
- Autres = > hydrocarbures, réchauffement (rejets des centrales) ...

Modifications du milieu physique
- Prélèvements excessifs => dilution moindre des pollutions
- Aménagements => altérations morphologiques des cours d’eau

Les pollutions ponctuelles

Les pollutions de l’eau ponctuelles peuvent être chroniques ou accidentelles. Dans le premier cas, une certaine périodicité est observée. Dans le second, elles résultent d’accidents entraînant le déversement de substances dangereuses pour la qualité de l’eau.

- Les pollutions urbaines ont plusieurs origines :

L’assainissement domestique et industriel : La défaillance des réseaux de collecte des eaux usées, des stations d’épuration et la non conformité des installations d’assainissement autonome peuvent entraîner des éléments indésirables dans les eaux, principalement superficielles (cours d’eau). Toutefois, cette source de pollution est marginale en Poitou-Charentes en amont des prises d’eau pour l’alimentation en eau potable.
L’utilisation des produits phytosanitaires et de fertilisants en zones urbaines pour l’entretien des parcs, jardins et terrains de sport.

- Les pollutions liées aux infrastructures :

Les transports routiers ou ferroviaires peuvent contribuer à la dégradation des ressources en eau du fait : des travaux et des ouvrages modifiant l’écoulement des eaux, des pollutions saisonnières dues au salage des routes, à l’utilisation des produits phytosanitaires, des accidents durant le transport de produits polluants, etc.

- Les pollutions industrielles :

Les pollutions d’origine industrielle causées par le rejet direct d’eaux contaminées dans le milieu ont beaucoup reculé en France, bien qu’elles soient encore importantes. L’industrie participe à part égale avec le rejets domestiques, à la pollution organique. Elle est, par contre, responsable en grande partie des rejets toxiques.

Les sites (ou sols) pollués provoquent également des pollutions en hydrocarbures, métaux lourds (plomb, zinc) pouvant entrainer la fermeture de captages. Ce sont des sites, qui du fait d’anciens dépôts ou d’infiltration de substances polluantes, présentent une pollution susceptible de provoquer un risque pour les personnes ou l’environnement. Dans la région, plusieurs sites ont été répertoriés.

- Les pollutions agricoles :

Elles peuvent être ponctuelles en cas d’accidents, ou liées à la gestion des produits phytosanitaires et fertilisants ou aux traitements et au matériel de traitement.

Les pollutions diffuses

- Les pollutions agricoles :

En Poitou-Charentes, les pollutions liées à l’agriculture ont pour origines principales, l’évolution des systèmes et types de cultures, l’utilisation massive des engrais et produits phytosanitaires en grandes cultures, mais aussi plus marginalement, l’épandage des effluents d’élevage produits in situ ou importés dans le nord des Deux-sèvres par exemple.

L’agriculture est aujourd’hui le principal émetteur d’azote et le deuxième en phosphore depuis que le traitement des eaux résiduaires urbaines s’est nettement amélioré ces dernières années.

Aux pratiques agricoles s’ajoutent des caractéristiques climatiques et agro-pédologiques qui accentuent les risques de pollutions (sols filtrants, fortes précipitations en hiver, sécheresse estivale).

- La gestion et l’élimination des déchets :

La mise en décharge de la partie organique des déchets ménagers produit des "jus" plus ou moins chargés en substances minérales organiques. Les risques d’infiltration de ces polluants vers les nappes ou leur écoulement vers les ruisseaux peuvent conduire à des pollutions. Toutes les décharges, non étanchéifiées sont soumises à ce risque. Près de 30% des décharges sur le territoire régional, nécessitent un traitement prioritaire à court terme.

Rappel : Eléments extraits du rapport "Qualité des ressources en eau et production d'eau potable : la situation en Poitou-Charentes" et de ses fiches résumées, réalisés en 2002 par le Comité Régional de l'Environnement (CRE), dans le cadre des Secondes Assises de l'Eau de Poitou-Charentes.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé