Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Les résidus de médicaments dans l’eau

Sommaire :
De quoi s’agit il ? quelle(s) provenance(s) ?
Quel(s) impact(s) sur l'environnement et la santé ?
Un Plan National sur les Résidus de Médicaments dans l'eau (PNRM)
Le Plan Régional Santé Environnement (PRSE) en Poitou-Charentes
Pour en savoir plus

1. De quoi s'agit-il ? quelle(s) provenance(s) ?

La France est le 4e consommateur mondial de médicaments. Qu'ils soient à usage humain ou vétérinaire, la France est le 1er marché de l'Union Européenne. Ainsi, plus de 3 000 principes actifs à usage humain et 300 à usage vétérinaire sont disponibles actuellement. (source : Plan National Résidus de Médicaments)

Après la prise de médicaments par une personne ou un animal, l'ensemble du médicament n'est pas utilisé ou dégradé par l'organisme. Ces résidus vont être évacués par les selles et les urines. Ils vont être retrouvés dans :
-  les rejets des eaux usées : les stations d'épuration (collective ou individuelle) ne sont pas équipées pour traiter ces molécules. Après passage en station, elles vont être évacuées avec les eaux traitées vers le milieu naturel.
-  les rejets d'effluents issus des installations d'élevage : directement dans le milieu (activités piscicoles par exemple), ou par ruissellement, après épandage sur des sols agricoles. Enfin, les médicaments non utilisés et jetés (dans l'évier, les toilettes) au lieu d'être ramenés à la pharmacie pour recyclage, vont se retrouver également dans ces effluents.

Les perturbateurs endocriniens

Un Perturbateur Endocrinien est un agent exogène capable d'interférer avec la synthèse, la sécrétion, le transport, la liaison, l’action ou l’élimination des hormones naturelles, - hormones responsables de la maintenance, de l'homéostasie, de la reproduction, du développement, du comportement. (Kavlock et al. 1996).

Ainsi, il s'agit d' « une substance ou un mélange exogène altérant les fonctions du système endocriniens, et induisant des effets nocifs sur la santé d'un organisme intact, de ses descendants ou sous populations » (source : ONEMA)
On peut les retrouver dans l’eau et l’alimentation, mais aussi dans l’air et les cosmétiques.

Un Résidu de médicament peut être un Perturbateur Endocrinien, mais d'autres polluants peuvent également engendrer des perturbations endocriniennes (pesticides, herbicides, détergents, métaux ...).

Pour aller plus loin :
- Perturbateurs endocriniens : où en est-on ?
- Consultation sur la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens jusqu'au 20 septembre 2013
- Présentation des travaux de l’ANSES sur les perturbateurs endocriniens (ANSES - Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail )

Récupérer les médicaments

D’après Cyclamed, sur les 19 000 tonnes de médicaments non utilisés en 2015 en France (chiffre estimé par le CSA), 12 108 tonnes ont été collectées, récupérées dans les pharmacies.

La Directive 2004/27/CE du 31 mars 2004 prévoit que “les Etats membres veillent à la mise en place de systèmes de collecte appropriés pour les médicaments inutilisés ou périmés.”

L'article 32 de la loi n°2007-248 indique que toutes les pharmacies françaises ont l'obligation de collecter gratuitement des médicaments à usage humain non utilisés apportés par les particuliers.

L'arrêté du 23 décembre 2015 a renouveler l’agrément (pour une durée de 6 ans) de l'association Cyclamed pour la collecte et la destruction des médicaments à usage humain non utilisés, soit de 2016 à 2021.

En 2015 en Poitou-Charentes, 376 tonnes de déchets médicamenteux ont été récupérés et 210 g/hab. ont été valorisés (185 g/hab. en moyenne en France). (source : Rapport annuel 2015 de Cyclamed)

2. Quel(s) impact(s) sur l'environnement et la santé ?

Depuis plusieurs années, la question se pose sur la présence dans les milieux aquatiques (eaux de surface, eaux souterraines) et dans l'eau potable, à l'état de traces, de résidus de médicaments, ainsi que sur leurs effets sur l'environnement et la santé.

Or il n'existe pas actuellement de réglementation sur les normes et valeurs de référence à respecter et qualifiant l'impact et la présence des résidus de médicaments dans les eaux. Il en existe pour certains micropolluants (substances susceptibles d'avoir une action toxique à faible dose dans un milieu donné : de l'ordre du nano ou du microgramme par litre d'eau).

Outre les produits immédiats qui peuvent être retrouvés dans l'eau, les effets des mélanges et d'interactions possibles avec d'autres polluants déjà présents dans les milieux aquatiques (par exemple chimiques ou pesticides), appelées parfois effet « cocktail », ne sont pas forcément connus.

A ces différents éléments vient s'ajouter la préoccupation du renforcement de l'antibiorésistance des bactéries (résistance des bactéries aux antibiotiques) dans l'environnement, mises en contact prolongé et répété avec des résidus d'antibiotiques.

Consulter :
- l’avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) relatif à « Évaluation des risques sanitaires liés à la présence de résidus de médicaments dans les eaux destinées à la consommation humaine : méthode générale et application à la carbamazépine et à la danofloxacine » rendu en mars 2013

Enquête nationale sur la présence de résidus de médicaments dans l'eau potable et destinée à sa fabrication

Une campagne nationale de mesure dans l'eau potable et les eaux destinées à la production d'eau potable a été confiée en 2009 par le ministre en charge de la Santé au Laboratoire d'Hydrologie de Nancy (ANSES). Les résultats ont été rendus publics en février 2011 :

Pour l'eau potable
-  Pour 75 % des échantillons d'eau traitée, aucune des 45 molécules recherchées n'a été quantifiée ;
-  Pour les 25% d'échantillons positifs, les analyses révèlent généralement la présence simultanée d'une à quatre molécules. Hormis la caféine (traceur de présence humaine), les molécules les plus fréquemment retrouvées sont la carbamazépine (un antiépileptique) et son principal produit de dégradation, ainsi que l'oxazépam (un anxiolytique).

Dans les eaux brutes (c'est-à-dire avant traitement en usine)
-  On retrouve ces trois mêmes molécules principales. Toutefois, un plus grand nombre de substances a pu être identifié à des concentrations parfois plus fortes que dans les eaux traitées.
-  Parmi les molécules retrouvées en plus de la carbamazépine et de l'oxazépam, on peut citer : le paracétamol, le kétaprofen (anti-inflammatoire), l'hydroxyibuprofène (ibuprofène transformé dans l'organisme), l'acide salicylique (aspirine).

Les substances prioritaires au titre de la D.C.E.

Substances ou groupes de substances toxiques, dont les émissions et les pertes dans l'environnement doivent être réduites. Comme prévu dans la directive cadre sur l'eau, une première liste de substances ou familles de substances prioritaires a été définie par la décision n° 2455/2001/CE du parlement européen et du conseil du 20 novembre 2001 et a été intégrée dans l'annexe X. Ces substances prioritaires ont été sélectionnées d'après le risque qu'elles présentent pour les écosystèmes aquatiques : toxicité, persistance, bioaccumulation, potentiel cancérigène, présence dans le milieu aquatique, production et usage. (source : Eaufrance) Pour en savoir plus sur la réglementation des substances dangereuses

De nouvelles substances à surveiller

Le 28 novembre 2012, les députés européens ont voté l’ajout de 3 substances chimiques prioritaires à la liste des 33 produits déjà surveillés dans le cadre de la Directive Cadre sur l’Eau (D.C.E.). Il s’agit de :
- l’hormone naturelle 17 beta-estradiol
- l’hormone de synthèse 17 alpha-éthinylestradiol
- l’anti-inflammatoire diclofénac (voltarène).
(source : Site Internet Actu Environnement)

Un colloque international a eu lieu les 10 et 11 décembre 2012, organisé par l’ANSES, afin de faire le point sur les connaissances disponibles sur les perturbateurs endocriniens.

Impacts sur l'environnement
Il est avéré qu'il existe des perturbations endocriniennes dans les milieux aquatiques.
Il s'agit notamment de « féminisation » de populations de poissons mâles.

Exemples d'études :
-  étude dans la région de l'Ontario : l'exposition chronique de têtes de boules (poissons de la famille des cyprinidés) à de faible concentrations d'éthynyl oestradiol (hormones de synthèses) pouvait conduire à la féminisation des mâles, et la quasi extinction de cette espèce (source : ONEMA)
-  étude du ministère de l'écologie en 2003 : la présence de perturbateurs endocriniens dans la Seine et le Rhône sont responsables de la féminisation des poissons mâles, et cette pollution pourrait expliquer la résistance à certains antibiotiques (source : Le Parisien, 2 juillet 2007)
-  des poissons capturés en aval de stations de traitement des eaux usées de 5 grandes villes américaines contenaient des traces de produits pharmaceutiques et de produit de toilettes, d'après une étude menée par des chercheurs de l'université de Baylor (National Géographic, avril 2010).
-  changement de sexe des poissons dans le Potomac, un fleuve qui arrose Washington D.C. (source : Le blog de Presse et Multimédia, 23 avril 2010)
- Thèse de J.P. Besse - Impact environnemental des médicaments à usage humain sur le milieu récepteur : évaluation de l'exposition et des effets biologiques pour les écosystèmes d'eau douce. Université de Metz-Cemagref - 2010

Quelques Programmes de recherches :
-  Environmental Protection Agency américaine
-  ERAPHARM, KNAPPE, POSEIDON ... au niveau européen
-  Campagnes de mesures 2006-2007 pour 76 composés pharmaceutique, dans le cadre du PNSE1 2004-2008 sur 3 bassins pilotes (Seine Normandie, Rhône Alpes, Adour Garonne) à l'initiative du ministère de la Santé.

Impact sur la santé
Pour l'eau potable, les concentrations trouvées dans les eaux traitées sont 1 000 à un million de fois inférieures aux doses utilisées dans le cadre des doses thérapeutiques. Toutefois, on ne peut pas conclure immédiatement à une absence de risque du fait notamment des effets à faibles doses, des multiples effets biologiques envisageables et d'un potentiel effet « cocktail ». (Source : dossier du presse du Plan National sur les Résidus de Médicaments dans l'eau)
- Consulter également la rubrique Nouveaux polluants sur le site du CIEau (Centre d’Information sur l’Eau - Institution associative créée par des entreprises de l’eau)

En France, plusieurs équipes de recherche travaillent déjà sur ces sujets. Le Plan national sur les Résidus de Médicaments dans l'Eau (PNRM) constitue maintenant un cadre stratégique pour que leurs travaux soient conduits en synergie et valorisés ensuite dans la réglementation.

3. Un Plan National sur les Résidus de Médicaments dans l'eau (PNRM)

Afin de cerner le risque éventuel pour la santé et pour l'environnement et les milieux aquatiques, et d'engager des actions de réduction de la dispersion médicamenteuse dans l'eau, un Plan National sur les Résidus de Médicaments (PNRM) 2010-2015 dans l'eau a été élaboré par les ministères chargés de l'Ecologie et de la Santé. Ce plan a été présenté le 30 mai 2011.
Son bilan a été établi en novembre 2015.
- Télécharger le Plan National sur les Résidus de Médicaments (PNRM) (PDF, 1 Mo)
- Télécharger le Bilan du Plan National sur les Résidus de Médicaments dans l’eau (PDF, 80 Ko)

Il comprend 3 axes :
-  évaluer les risques : acquérir des connaissances sur la présence, le devenir et l'impact des résidus de médicaments dans les eaux
-  définir les mesures de gestion à court terme : que pouvons nous faire pour empêcher les résidus de médicaments dans les eaux ? quelles sont les principales sources de ces résidus ? Quelles sont les mesures de gestion les mieux adaptées pour réduire les risques éventuels ?
-  développer les connaissances et structurer les actions de recherche

L'acquisition de connaissances scientifiques et techniques et la recherche y tiennent ainsi une place essentielle.

Plan national de mobilisation contre le cancer 2003-2007

Les mesures 13 et 14 (chapitre A, plan de prévention) du plan national de mobilisation contre le cancer 2003-2007, instauré par la Loi n°2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, ont renforcé la lutte contre les cancers professionnels et environnementaux, et recommandé notamment l'étude de résidus d'anticancéreux dans l'eau. (source : PNRM)

Ce plan fait suite à une enquête nationale lancée en 2009 sur les résidus médicamenteux dans les eaux de consommation, demandées par la Direction Générale de la Santé à l'Agence nationale de Sécurité Sanitaire (Anses). Cette enquête avait pour but de disposer des données nécessaires à l'évaluation des risques et d'anticiper les actions de surveillance. Les résultats ont été rendus publics en février 2011 (cf. paragraphe précédent).

Les principales actions proposées par le plan sont ainsi de :
-  mettre en oeuvre des campagnes de mesures (sur l'eau potable et dans le milieu naturel, dans les sols, et dans les rejets)
-  disposer de méthodes fiables d'analyse des molécules (difficultés de suivi rencontrées compte tenu de la très faible concentration)
-  améliorer la prise en compte de l'impact environnemental lors de l'examen des dossiers d'autorisation de mise sur le marché
-  gérer par des actions de réduction à la source plutôt que des traitements en bouts de chaine
-  créer de zones pilotes pour tester ces actions

Un appel à projet sera lancé en 2012 sur des bassins versants pilotes afin de tester les actions de ce plan.

Calendrier :
-  Acquisition des données de terrain / recherche et développement / sites pilotes : jusqu'en 2012/2013
-  Evaluation des risques jusqu'en 2013
-  Surveillance et gestion : à partir de 2013

En décembre 2012, à l'occasion du colloque international sur les effets des perturbateurs endocriniens sur l’environnement et la santé, la ministre du développement durable a précisé la stratégie nationale de Gouvernement en la matière.

4. Le Plan Régional Santé Environnement (PRSE) en Poitou-Charentes

Le premier Plan National Santé Environnement (2004-2008) a permis de mieux connaître les enjeux de la thématique santé environnement et une sensibilisation de la société à différentes problématiques environnementales susceptibles d'impacter sur la santé de populations. Faisant suite à l'évaluation et au bilan du PNSE1, le PNSE2 adopté en juin 2009 a engagé une deuxième phase d'actions organisées autour de deux grands axes clés :
1. La réduction des expositions responsables de pathologies à fort impact sur la santé (cancers, maladies cardiovasculaires, pathologies respiratoires, neurologiques...)
2. La réduction des inégalités environnementales qu'elles soient liées aux conditions de vie, aux surexpositions professionnelles ou aux différences géographiques dans l'altération de l'environnement.
Enfin, le PNSE3 s’articule pour la période 2015-2019 autour de 4 enjeux :
- des enjeux de santé prioritaires ;
- des enjeux de connaissance des expositions et de leurs effets ;
- des enjeux pour la recherche en santé environnement ;
- des enjeux pour les actions territoriales, l'information, la communication, et la formation.

Déclinant en région le P.N.S.E.2, le P.R.S.E.2 (2011-2014) contient l'action n°16 : Développer un programme de recherche sur les substances médicamenteuses et perturbateurs endocriniens par référence à la fiche n°13 « Risques émergents » du P.N.S.E.2.

L'effet sur la santé des substances médicamenteuses et des perturbateurs endocriniens est à ce jour peu connu en raison du manque de données en termes analytique et épidémiologique.

Pour ce PRSE2, l'A.R.S. Poitou-Charentes disposait de quelques données analytiques en eau brute et eau traitée, mais majoritairement sur des eaux superficielles.
L'efficacité des filières classiques de traitement (coagulation, floculation, filtration, désinfection), les plus simples étant majoritaires dans la région, est inconnue.

Pour la mise en oeuvre de cette action, une convention en date du 13 décembre 2010 a été passée entre le laboratoire Ianesco Chimie et l'A.R.S. (Agence Régionale de la Santé) Poitou-Charentes. Cette action s'intègre aux réflexions menées par le groupe d'appui scientifique (GAS) au Plan National sur les Résidus de Médicaments dans les Eaux, auquel participe le Laboratoire de Chimie et Microbiologie de l'Eau (UMR CNRS 6008) de l’Université de Poitiers.

L'objet de l'action est d'améliorer la connaissance de l'efficacité des filières de traitement vis-à-vis des substances médicamenteuses et des perturbateurs endocriniens tout en sollicitant les structures « recherche » implantées dans la région Poitou-Charentes.

Elle s'appuie sur la mise en place d'un comité de pilotage composé de d'exploitants, Collectivités, de syndicats, du CHU, de la D.G.S. (Direction Générale de la Santé), de Chambres d’Agriculture, de la DRAAF, de la FREDON, de Pharmaciens de l'A.R.S., ... La première réunion de ce comité s'est tenue le 8 février 2011.
En 2015, l’évaluation du PRSE2 en Poitou-Charentes a été menée ainsi que des travaux préparatoires à l’élaboration d’un PRSE3 sur le périmètre de la nouvelle grande région Aquitaine - Limousin et Poitou-Charentes (source : Agence Régionale de la Santé).
Durant 2015, les équipes projets des PRSE2 d’Aquitaine, du Limousin et du Poitou-Charentes ont travaillé sur l'élaboration d'un diagnostic territorial et à la réalisation d'un baromètre de la perception du public sur les questions de santé environnementale à l’échelle de la grande région. Ces travaux ont pour objet de préparer l’élaboration d’un PRSE 3 répondant aux préoccupations locales et prenant en compte les enjeux prioritaires du PNSE 3 (source : Agence Régionale de la Santé).
Un instruction du gouvernement du 27 octobre 2015 autorise, dans les régions constituées par regroupement de régions, que les PRSE 3 soient adoptés au plus tard en juin 2017. Leur échéance d'application est à envisager pour 2021 (le PNSE3 prenant fin en 2019).

5. Pour en savoir plus

- Dossier et vidéo Les médicaments dans l’eau sur le site Méli mélo du Graie (Groupe de Recherche Rhones-Alpes sur les Infrastructures et l’Eau).
- Dossier le site de Cyclamed Quel danger des médicaments pour l’environnement ?
- Site CIEau. Rubrique Les nouveaux polluants.
- Sur le site de l’IRSTEA (organisme de recherche) : Des médicaments dans les rivières
- Site ONEMA. Rubrique Résidus de médicaments.

- Plaquette ADEME. Collection Repères. Synthèse médicaments. Données 2014.
- Le rapport annuel 2015 de Cyclamed
- Résidus de médicaments dans les eaux : contribution des activités humaines et vétérinaires

- Le Dossier de Presse du Plan National sur les Résidus de Médicaments dans les eaux. 30 mai 2011.
- Rapport "campagne d’occurrence des résidus de médicaments dans les eaux destinées à la consommation humaine" ANSES mars 2011
Note de synthèse sur le rapport de la campagne nationale d'occurrence des résidus de médicaments dans les eaux destinées à la consommation humaine (ANSES). 19 janvier 2011.
Communiqué sur ces résultats. Ministère de la Santé.
- Le Plan National sur les Résidus de Médicaments dans les eaux. 30 mai 2011.
- Les médicaments dans les cours d'eau du bassin Artois-Picardie. Résultats de la campagne exploratoire 2010.
- Thèse de J.P. Besse - Impact environnemental des médicaments à usage humain sur le milieu récepteur : évaluation de l'exposition et des effets biologiques pour les écosystèmes d'eau douce. Université de Metz-Cemagref - 2010

- Le site Internet du Programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens
- Dossier du Colloque Perturbateurs Endocriniens et Biodiversité - Muséum national d'Histoire naturelle - 23 avril 2011
- Site ONEMA. Rubrique Perturbateurs endocriniens.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé