Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Les usages prioritaires pour la gestion de l’eau : l’alimentation en eau potable des populations, puis la préservation de la vie aquatique


Le Code de l'Environnement prévoit que, pour gérer la ressource en eau, la priorité doit être donnée à la satisfaction des exigences de la santé, de la salubrité publique et de l'alimentation en eau potable, puis à la préservation de la vie aquatique et du libre écoulement des eaux ; la satisfaction des usages économiques et de loisirs venant après dans la hiérarchie des usages visés par la gestion équilibrée.

Face à cette situation de déficit chronique et pour parvenir à préserver les usages prioritaires que sont en premier lieu l'alimentation en eau potable puis la vie aquatique et le libre écoulement des eaux, des mesures de restriction, voire d'interdiction, de certains usages de l'eau (irrigation agricole en particulier) sont mises en œeuvre chaque année en Poitou-Charentes ; alors même que ces mesures ne devraient être envisagées que lors d'épisodes climatiques exceptionnellement secs (cf définition du D.O.E précédemment).

D'autres valeurs-seuils, les D.C.R. (Débit de Crise), sont définis aux points nodaux afin de suivre, à l'échelle des bassins versants, l'efficacité des mesures de restrictions appliquées pour préserver les usages prioritaires. Le D.C.R. est la valeur de débit de référence en dessous duquel seuls les exigences de la santé, de la salubrité publique, de la sécurité civile et de l’alimentation en eau potable de la population et les besoins des milieux naturels peuvent être satisfaits. [1]

Par conséquent, il convient de ne pas franchir cette valeur seuil en appliquant toute mesure préalable, notamment de restriction des usages. Cet objectif a été défini dans les SDAGE 1996-2009 sur 9 stations et révisé en 2010 dans les SDAGE 2010-2015 sur 22 stations en Poitou-Charentes. Les nouveaux SDAGE 2016-2021, n'ont pas modifié ce nombre de stations.

Le DCR est régulièrement franchi sur plusieurs bassins de la région.

Les valeurs de DOE et de DCR aux points nodaux ont été modifiées, pour partie, dans les SDAGE 2016-2021 approuvés fin 2015.

Si l'alimentation en eau potable des populations a pu être préservée ces dernières années, la survie des espèces dépendantes des milieux aquatiques a elle, été régulièrement mise en péril par la survenue d'assecs sur les cours d'eau de la région (cf résultats des Réseaux Départementaux d'Observation des Ecoulements de l'Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques, et suivis des linéaires de cours d'eau par les Fédérations pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques).

Or, d'une part, lorsqu'un assec survient sur un cours d'eau, son impact dure plusieurs années, et d'autre part, certains secteurs de Poitou-Charentes ont connu des assecs récurrents au cours des dernières années (Source : l’Environnement en Poitou-Charentes-thème l’Eau).

Pour en savoir plus …
Consultez la rubrique « Chiffres Clés »

Notes

[1] La définition du DCR a été revue dans les SDAGE 2010-2015. Dans les SDAGE 1996-2010, le DCR était considéré comme la valeur de débit au-dessous de laquelle sont mises en péril l’alimentation en eau potable et la survie des espèces présentes dans le milieu.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé