Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Les usages, sources de pollutions et de conflits

La qualité de l'eau représente en Poitou-Charentes un enjeu important, qui implique les différents usagers.
Elle est l'appréciation, basée sur ses compositions physico-chimique et bactériologique, de sa capacité à satisfaire certains usages comme l'alimentation en eau potable, la baignade, les besoins de salubrité publique …, nécessaires à la préservation de la santé des populations. Elle détermine également le bon état des milieux aquatiques (faune et flore).

Si certains éléments indésirables sont présents naturellement en Poitou-Charentes (fluor, sélénium, arsenic ...), les pollutions sont d'origine anthropique, ponctuelles ou diffuses.
Ainsi, en région, l'ensemble des ressources en eau sont touchées par diverses pollutions provenant pour la plupart des activités agricoles et plus ponctuellement des activités industrielles ou des Stations d'épuration des eaux (STEP). Ces trois grandes sources de pollution sont responsables de l'introduction de polluant dans l'eau et les milieux naturels.
A ce titre, la majeure partie de Poitou-Charentes est classée en Zones Vulnérables pour la pollution par les nitrates d'origine agricole, ainsi qu'en Zones Sensibles pour la pollution par l'azote et le phosphore.

La directive européenne 91/676/CEE dite « Nitrates » a pour objectif de réduire la pollution des eaux par les nitrates d'origine agricole. En France, elle se traduit par la définition de territoires (les "zones vulnérables") où sont imposées des pratiques agricoles particulières pour limiter les risques de pollution (le "programme d'actions"). Ces territoires et ce programme d'actions font régulièrement l'objet d'actualisations (source : site du Ministère du Développement durable). En 2013, les 5es programmes sont en cours de concertation.
Consultez la carte des zones vulnérables en Poitou-Charentes

En déclinaison à la directive européenne 91/271/CEE du 21 mai 1991 (reprise par la loi sur l'eau du 3 janvier 1992 et le décret du 3 juin 1994) relative au traitement des eaux résiduaires urbaines, chaque Etat membre a désigné des " Zones Sensibles " où une élimination plus poussée des paramètres Azote et/ou Phosphore (par les stations d'épuration des eaux) est nécessaire pour lutter contre les phénomènes d'eutrophisation.
Consultez la carte des zones sensibles en Poitou-Charentes
Télécharger la carte des zones sensibles en Poitou-Charentes

Pour en savoir plus :
-  Article du RPDE : Les menaces et les pollutions : les éléments indésirables présents naturellement, les pollutions anthropiques : pollutions ponctuelles / pollutions diffuses, nature et source des polluants.
-  Article du RPDE : Assainissement des eaux usées et Zones sensibles
-  Site du SIGES Poitou-Charentes (Système d’Information et de Gestion des Eaux Souterraines)

De plus, les usages réalisés à l'échelle d'un bassin versant sont interdépendants, tant des conditions de quantité que de qualité :
-  les pollutions générées en amont du bassin peuvent se répercuter en aval, et par exemple sur le littoral,
-  les pollutions sur le littoral (résultantes des activités amont, ou issues d'une station d'épuration par exemple, notamment en période estivale lors de l'afflux touristique) vont avoir un impact sur la qualité des eaux de baignade et ainsi le tourisme, sur les milieux, les élevages de moules et d'huîtres et donc sur la conchyliculture, etc.

Ainsi ces pollutions sont source de conflits entre usagers.
Rappelons à ce titre l'Article 1er de la loi du 3 janvier 1992, Codifié à l’article L 210-1 du code de l’environnement :
« L’eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels, sont d’intérêt général. L’usage de l’eau appartient à tous dans le cadre des lois et règlements ainsi que des droits antérieurement établis. »

Enfin, si la dégradation des eaux en Poitou-Charentes provient essentiellement actuellement d'une contamination par les nitrates et les pesticides, nos pratiques engendrent d'autres pollutions, dites « émergentes » : médicaments dans l'eau, perturbateurs endocriniens, produits chimiques, ... dont la connaissance, le suivi, la quantification, l'étude de leurs impacts débutent.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé