Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > Connaître l’eau et ses usages en région > Sa quantité > Situations annuelles > Bilan final de l’étiage 2009 > Mesures de gestion appliquées et suivi des objectifs définis aux points (...)

Mesures de gestion appliquées et suivi des objectifs définis aux points nodaux

.Suivi du Débit Objectif d'Etiage (D.O.E.)
.Suivi des mesures de limitations des usages de l'eau appliquées en 2009
.Suivi du Débit de Crise (D.C.R.)

Suivi du Débit Objectif d'Etiage (D.O.E.)

Rappel :
D.O.E. = Débit d'Objectif d'Etiage, valeur moyenne mensuelle au dessus de laquelle sont assurés la coexistence de tous les usages et le bon fonctionnement du milieu aquatique.

Les D.O.E. ont été franchis en 2009, au niveau de 7 points nodaux (cf tableaux ci-dessous) ; dès le mois de juin sur l'Argenton et la Sèvre Niortaise, au mois de juillet sur la Boutonne et la Seudre, en août sur le Né et la Seugne, et en septembre sur la Touvre.

On constate que ces franchissements de D.O.E. sont récurrents sur l'Argenton, la Sèvre Niortaise, la Seudre, la Boutonne, la Seugne, le Né et la Touvre.

Tableau des moyennes mensuelles ayant franchi la valeur du D.O.E., de 2003 à 2003

Suivi des mesures de limitations des usages de l'eau appliquées en 2009

Les mesures de restriction sont régies par des arrêtés cadres, qui sont des arrêtés préfectoraux fixant les règles de limitation des prélèvements au cours de la période d'étiage. Ils définissent les mesures et les seuils de déclenchement des restrictions d'usage à appliquer au cours de cette période.
Chacun de ces arrêtés définit des unités de gestion (ou zones d'alerte) hydrographiquement et hydrogéologiquement cohérentes. Sur chacune de ces unités, un ou plusieurs indicateurs, jugés représentatifs du système hydrologique considéré, est (sont) choisi(s) pour rendre compte de son état. Il s'agit en général de stations de suivi d'une rivière ou d'une nappe, pour lesquelles sont définies des valeurs repères de débit ou de niveau.
En période de basses eaux, l'atteinte des valeurs seuils entraîne la mise en place de restrictions de prélèvements graduelles jusqu'à l'interdiction totale des prélèvements. La graduation des mesures doit permettre d'anticiper la situation de crise et de maintenir des débits ou des niveaux acceptables dans les rivières ou dans les nappes. Elle doit en tout état de cause prévenir le franchissement de débits ou niveaux en dessous desquels sont mis en péril l'alimentation en eau potable et le bon fonctionnement des milieux aquatiques.

La période considérée se découpe en 2 phases : la gestion de printemps qui s'étend du 1er avril au 15 juin, à laquelle succède la gestion d'été jusqu'au 30 septembre. Les seuils d'alerte et mesures de restriction correspondantes diffèrent d'un type de gestion à l'autre.

Les prises d'arrêtés ont débuté dès le mois d'avril (gestion de printemps), et se sont intensifiées à partir de juin. Fin septembre, une grande majorité des zones de gestion de la région étaient encore en restriction ou arrêt total.

Diagramme de suivi des arrêtés au cours de l'étiage 2009 Deux diagrammes de suivi des prises d'arrêtés, en eau superficielle et en eau souterraine, en 2009

Les prises d'arrêtés ont été très nombreuses en eaux superficielles et en eaux souterraines, de juillet à septembre. Les arrêtés de restriction se sont transformés peu à peu en arrêt total à partir du mois d'août, et jusqu'en septembre, surtout en eaux superficielles.

Le tableau présenté ci-après récapitule l'ensemble des mesures de restriction (usage agricole) appliquées par unité au cours de l'étiage 2009 (mai à septembre), au niveau de la région Poitou-Charentes et du département de la Vendée (uniquement secteur Marais Poitevin). Ce tableau est décliné ensuite sous la forme de cartes.

Ces éléments permettent de décrire plus précisément l'évolution des mesures mises en œuvre au cours de l'étiage :
- Les premières mesures ont été mises en place dès le mois d'avril, en gestion de printemps, en particulier dans le département de la Charente : restrictions sur les bassins de l'Auge, l'Aume Couture ; la Nouère, et même interdiction de prélèvements sur les bassins de l'Argence et le Bief. Ces coupures ont ensuite été levées et sont devenues des restrictions durant la deuxième quinzaine d'avril.
- Au mois de mai, les bassins de la Clouère (affluent du Clain) et de la Sèvre Niortaise étaient en arrêt de prélèvement. Ces interdictions ont été levées mi-juin lors du passage en gestion estivale, puis ont été reprises dans les semaines qui ont suivi.
- A partir de début juillet, les mesures de restrictions se sont progressivement étendues à de nombreux bassins. Des arrêts de prélèvements ont été décidées courant juillet sur les bassins de la Clouère, la Pallu, la Sèvre Niortaise, le Clain amont (eaux superficielles), l'Argenton Layon. La Boutonne et le Mignon Courance sont également passés en interdiction en fin de mois
- Les mois d'août et de septembre ont été marqués par de plus importantes interdictions de prélèvement. Ces interdictions ont en effet concerné près de la moitié des indicateurs.

Les cartes sont placées en annexe, à la fin du document PDF. Elles localisent les mesures de restriction et d'interdiction sur le territoire régional aux dates suivantes : 15 avril 2009, 15 mai 2009, 16 juin 2009, 16 juillet 2009, 24 juillet 2009, 3 août 2009, 19 août 2009, 24 août 2009, 2 septembre 2009 et 16 septembre 2009.

Arrêtés de limitations des usages agricoles par unité de gestion au cours de l'étiage 2009

Arretes de limitation des usages agricoles en 2009

Suivi du Débit de Crise (D.C.R.)

Rappel :
D.C.R. = Débit de Crise, valeur moyenne journalière en dessous de laquelle sont mises en péril l'alimentation en eau potable et la vie des milieux aquatiques.

Les D.C.R. ont été franchis en 2009, sur la Charente, le Né, la Boutonne, la Seudre, l'Argenton, la Sèvre-Niortaise et le Clain, soit 7 points nodaux régionaux sur 11.
Les franchissements sont intervenus en juillet sur la Boutonne, le Lay, l'Argenton et la Sèvre-Niortaise, et en août sur la Charente, le Né, la Seudre et le Clain. En septembre, ces franchissements de DCR étaient toujours observés aux 7 points nodaux.

Ce constat de 2009, est tout à fait comparable à ceux réalisés en 2004 et 2006.

Au cours des 13 dernières années, les D.C.R. ont été franchis sur les points nodaux régionaux, hormis en 2008 qui reste l'année la plus favorable.
Le nombre de jours de franchissement est supérieur à 180 pour 8 points nodaux régionaux sur 11, sur la période 2003-2009.

A signaler pour la Sèvre Niortaise à la Tiffardière : En considérant un D.C.R. de 1,2 (selon le SDAGE approuvé par le comité de bassin le 15.10.2009), le nombre de jours de non-respect du D.C.R. s'élève à 7 en août 2009 et 15 en septembre 2009 (données S.P.C.L.A.).

Malgré des périodes de forte tension sur certains secteurs (par exemple les agglomérations de Niort et Poitiers ; ou le département de la Charente-Maritime où les niveaux les plus bas connus ont été atteints sur certains secteurs), l'usage prioritaire constitué par l'alimentation en eau potable des populations a pu être maintenu.
Mais les milieux aquatiques ont souffert au cours de cet étiage, comme en témoignent notamment les observations d'assecs et ruptures d'écoulement dans les cours d'eau de la région.

Diagramme du nombre de jours de franchissement du D.C.R., de 2003 à 2009, LoireBretagne

Diagramme du nombre de jours de franchissement du D.C.R., de 2003 à 2009, Adour Garonne

Tableau du nombre de jours du franchissement du D.C.R, de juin à septembre, de 2003 à 2009, en Poitou-Charentes et Marais Poitevin

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé