Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Organisation d’un écosystème aquatique

Retour au sommaire

Les écosystèmes aquatiques sont complexes et leur spécificité est importante pour la biodiversité.

Le fonctionnement des écosystèmes aquatiques
Importance des caractéristiques du milieu pour les espèces
Les différents écosystèmes aquatiques

Un écosystème est défini comme un système biologique formé par deux éléments en interaction l’un avec l’autre : la biocénose et le biotope.

Le fonctionnement des écosystèmes aquatiques

Tout écosystème présente un flux de matière et d'énergie transféré des producteurs aux consommateurs. Un troisième groupe, les décomposeurs, minéralisent la matière organique qui est remise à disposition du vivant.
Ce flux de matière transite ainsi de maillons en maillons des chaînes alimentaires formant un réseau trophique.

Pour en savoir plus, consulter les sites :

Retour en haut

Importance des caractéristiques du milieu pour les espèces

Les espèces faunistiques et floristiques vivent en interdépendance entre elles et dépendent des caractéristiques physiques du milieu (Température, débit, pente, nature du sol, occupation de l’espace). Cas des espèces animales nécessitant une variation de leur habitat selon la période de leur cycle de vie.

Un écosystème aquatique est un ensemble d’organismes qui agissent réciproquement. Ils dépendent les uns des autres et de leur milieu.

Les êtres vivants se répartissent ainsi différemment selon les caractéristiques de la ressource (température, luminosité, débit, pente, nature du sol...).

La végétation des milieux aquatiques est très diversifiée et riche. Elle est composée de :

  • phytoplancton,
  • d’algues
  • d’hydrophytes (la totalité de leur appareil végétatif est sous l’eau ou en surface) : citons par exemple le Potamot, le nénuphar (Nymphaea.sp) et le faux cresson (Apium nodiflorum).
  • d’hélophytes (leur système racinaire est dans l’eau mais leur appareil végétatif est et reproducteur sont aériens) : citons par exemple l’Iris jaune (Iris pseudoacorus).
  • de plantes amphibies (elles peuvent se développer dans l'eau et hors de l'eau) : citons par exemple le trèfle d’eau (Menyanthes trifoliata) et les roseaux.
    Les végétaux, producteurs primaires, sont à la base de la chaine alimentaire.

De plus les plantes jouent différents rôles sur les milieux aquatiques :

  • épuration des eaux (Elles captent les nitrates et les phosphates pour leur croissance).
  • oxygénation par la photosynthèse
  • support de pontes et d’abris (poissons, amphibiens, insectes…). La végétation forme donc une multitude de microhabitats.
    La profondeur de l’eau, la température, la vitesse du courant, la nature du substrat, pH…. sont donc des caractéristiques importantes déterminant l’installation des différents types de plantes.

Un réseau de relations complexes entre les facteurs biologiques et physiques instaure un équilibre dynamique fragile et détermine l'espace de vie des espèces.
La vitalité de la zone aquatique dépend de la complexité de ce réseau où chaque être vivant trouve sa place et où chacun a besoin d’autrui pour se nourrir, respirer, s’abriter et se reproduire.

Anax parthenope

Pour en savoir plus, consulter les sites :

Des espèces dépendent de paramètres physiques différents selon leur cycle de vie.
Certains poissons migrateurs utilisent ainsi à la fois les eaux douces et les eaux marines pour accomplir leur cycle vital.
Certains d'entre eux se reproduisent en mer et grandissent en rivières ; ce sont les espèces thalassotoques (cas de l'anguille européenne (Anguilla anguilla)). Et d'autres se reproduisent en rivières et grandissent en mer ; ce sont les espèces potamotoques (cas du saumon atlantique (Salmo salar)).

Pour en savoir plus, consulter le site :

De l'Institution Interdépartementale du Fleuve Charente et de ses Affluents, qui a réalisé une étude sur les potentialités piscicoles des bassins de la Charente et de la Seudre pour les poissons migrateurs (Document PDF : 2,14Mo).

Retour en haut

Les différents écosystèmes aquatiques

Les eaux continentales superficielles se répartissent en deux grands ensembles : les eaux stagnantes et les eaux courantes.

Les eaux stagnantes

Les eaux stagnantes sont classées selon leur taille et leur profondeur :

  • les mares : elles sont temporaires ou permanentes et présentent des niveaux d'eau variant considérablement ;
  • les étangs : ce sont des lacs de profondeur réduite, dans lesquels la majeure partie des plantes touchent le fond avec leurs racines ;
  • les lacs : ils se caractérisent par leur profondeur qui est telle que la végétation ne peut se développer sur le fond. Pour les plus profonds d'entre eux, il peut exister des strates de températures.
  • Les marais et tourbières : ce sont des milieux intermédiaires entre les milieux strictement aquatiques et les milieux terrestres. Ces milieux représentent le dernier stade avant atterrissement.

Les conditions de vie dans les eaux stagnantes sont surtout dépendantes de la topographie, de l'éclairage, de la température, de la teneur en substances nutritives et en oxygène.

Pour en savoir plus consultez les sites :
Plus spécifiquement au niveau de la région Poitou-Charentes Consultez les sites :

Les eaux courantes

Les eaux courantes présentent deux caractéristiques fondamentales :

  • une structure linéaire très marquée souvent fortement ramifiée,
  • et la présence d'un flux hydrique amont-aval.

Au sein d'un même cours d'eau, il existe un gradient structural et fonctionnel : le cours supérieur est caractérisé par des pentes fortes, et une granulométrie grossière ; lorsque localement la pente diminue, le tressage apparaît.
Dans le cours inférieur, les pentes sont plus faibles et la granulométrie plus fine ; lorsque localement la pente diminue, le méandrage apparaît.
Le cours moyen présente des caractéristiques intermédiaires entre ces deux extrêmes.

Pour en savoir plus consultez les sites :

De manière plus générale, pour connaître la diversité géographique et l'intérêt écologique des zones humides, consultez la plaquette « Agir pour les zones humides » réalisée par le Ministère de l'Environnement.

Et pour en savoir plus sur les types et les fonctionnements des écosystèmes aquatiques.

Retour en haut

Retour au sommaire

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé