Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Qualité des eaux littorales - Année 2012

Le milieu littoral fait l'objet d'un suivi environnemental continu assuré par l'IFREMER, qui s'appuie sur de nombreux réseaux de mesures. Ces derniers permettent ainsi de retracer l'évolution des facteurs climatiques influençant les écosystèmes océaniques (Température, salinité, etc.) et plus globalement d'évaluer la qualité de ce milieu. Elle est en effet conditionnée par les apports d'eau des bassins continentaux et ainsi soumise à de multiples sources de contamination (eaux usées urbaines, ruissellement des eaux de pluie, etc.). Ce suivi permet également de prévenir les éventuels risques sanitaires liés à la consommation des produits issus de la conchyliculture.

Eléments de synthèse extraits du bulletin "Bulletin de la Surveillance de la Qualité du Milieu Marin Littoral 2012". Juin 2013. Ifremer/ODE/LER/PC/13.01/Laboratoire Environnement Ressources des Pertuis Charentais, 127 p.

Consultez ce Bulletin de la Surveillance de la Qualité du Milieu Marin Littoral 2012 - départements de la Charente-Maritime et de la Vendée (sud) (pdf - 17,9 Mo).
Accédez aux bulletins annuels régionaux de la surveillance de l'IFREMER (Laboratoire Environnement Ressources Pertuis Charentais de La Tremblade).

Pour en savoir plus sur l'environnement littoral et marin en Poitou-Charentes, rendez-vous sur le site
« Environnement et Ressources des Pertuis Charentais » du Laboratoire IFREMER LER/PC

Visualisez les points de suivi des différents réseaux de surveillance de l’IFREMER sur le SIGORE (Cocher Eau > Qualité > Eaux littorales > Réseaux de surveillance IFREMER) et accédez aux données via cette cartographie interactive de l’ORE.

Sommaire
Localisation générale des zones marines
Les conditions climatiques et hydrologiques
Suivi de la contamination microbiologique dans les coquillages
Suivi du phytoplancton et de sa toxicité
Suivi de la contamination chimique
Production conchylicole
Directive Cadre sur l'Eau : état des masses d'eau côtières

Localisation générale des zones marines

(Découpage Quadrige 2)

Les conditions climatiques et hydrologiques

L'année 2012 est globalement proche de la normale sur les principaux descripteurs physico-chimiques (température, salinité, oxygène, etc.).

On note cependant des différences thermiques entre le nord (où les températures ont été plus fraîches que la normale) et le sud des Pertuis Charentais (températures proches des normales).
En terme d’apports en eau douce, l’année présente néanmoins une dynamique particulière (en lien avec l'évolution des précipitations), marquée par des épisodes de grande intensité. Il a ainsi été observé une alternance de périodes à salinité très élevée (de février à début avril et d'août à septembre notamment) et à faible salinité (intense dessalure enregistrée fin avril suite aux fortes pluies par exemple).

Suivi de la contamination microbiologique dans les coquillages

(Réseau de contrôle Microbiologique (REMI))

Le Réseau de contrôle Microbiologique (REMI) a pour objectif de surveiller les zones de production de coquillages exploitées par les professionnels, et classées A, B ou C par l’administration. (en savoir plus sur le Classement des zones Conchylicoles)

Sur la base du dénombrement des Escherichia coli (E.coli) dans les coquillages vivants, le REMI permet d’évaluer les niveaux de contamination microbiologique dans les coquillages et de suivre leurs évolutions, de détecter et suivre les épisodes de contamination.

Les points des zones du Pertuis Breton et de la Baie de l'Aiguillon (zones n°076 et 077) présentent majoritairement une tendance à l'amélioration. La diminution du débit des fleuves du Pertuis Breton observée ces dernières années, est probablement à l'origine de cette tendance. Pour l'amont de l'estuaire de la Seudre (zone 083), la tendance est à la dégradation. Une tendance similaire est observée depuis plusieurs années, la qualité microbiologique de ce secteur continue donc de se dégrader. Cette zone reste la seule de Charente-Maritime et du Sud de la Vendée à présenter une tendance à la dégradation. Avec une proportion plus importante de points de bonne qualité, la zone 080 « Marennes-Oléron » semble présenter des niveaux de contamination comparativement plus faibles.

Suivi du phytoplancton et de sa toxicité

(Réseau de surveillance du phytoplancton et des phycotoxines (REPHY))

Le réseau de surveillance du phytoplancton et des phycotoxines (REPHY) a été créé par l’Ifremer en 1984, suite à l'observation de nombreuses intoxications de type diarrhéique chez les consommateurs de coquillages en 1983 et 1984, sur les côtes bretonnes. Ces intoxications avaient pour origine le développement dans le milieu littoral de Dinophysis, phytoplancton ayant la propriété de produire des toxines diarrhéiques.

L’année 2012 a été marquée par un événement toxique, en mai et juin, dû à la présence de Dinophysis . Le nombre de Dinophysis n’a pas excédé celui des années précédentes, mais les coquillages (moules et tellines) ont été particulièrement toxiques. Plusieurs Toxi-Infections Alimentaires Collectives (TIAC), avec hospitalisations, ont été signalées chez des consommateurs de moules du pertuis d’Antioche et Marennes-Oléron lors du week-end de l’Ascension du 17 au 20 mai. Des mesures administratives d’interdiction de pêche et de commercialisation des bivalves d’élevage et de pêche à pied ont été appliquées dans le pertuis d’Antioche jusqu'à la mi-juin. Pour l’instant, aucune hypothèse n’est privilégiée, des investigations complémentaires sont en cours. Les coquilles St Jacques ont poursuivi leur décontamination en toxines amnésiantes (toxicité observée depuis la tempête Xynthia). La pêche des pétoncles et des coquilles St Jacques a été autorisée dans le pertuis d’Antioche en début et fin d’année. Au cours du dernier trimestre, les deux pertuis étaient ouverts à la pêche.

Pour en savoir plus sur le phytoplancton dans les Pertuis Charentais

Suivi de la contamination chimique

(Réseau d'observation de la Contamination Chimique (ROCCH))

Les moules et les huîtres sont ici utilisées comme indicateurs quantitatifs de contamination. Ces mollusques possèdent en effet, comme de nombreux organismes vivants, la propriété de concentrer certains contaminants présents dans le milieu où ils vivent (métaux, contaminants organiques hydrophobes).

Depuis sa restructuration en 2008, intégrant la mise en œuvre de la DCE, la surveillance des contaminants chimiques dans le cadre du ROCCH est décentralisée auprès des agences de l’eau, et les analyses font l’objet d’appels d’offres. Les résultats de cette nouvelle stratégie ne sont pour le moment pas disponibles. La surveillance chimique coordonnée et réalisée par Ifremer ne concerne plus que les 3 métaux réglementés au titre de la surveillance sanitaire (Cadmium, Mercure et Plomb). Il n’y a donc de données nouvelles que pour ces trois métaux, présentés ci-après. Néanmoins, les séries temporelles d’autres contaminants sont consultables sur la base de données de la surveillance du site Environnement Littoral de l’Ifremer (rubrique Résultats > Surval).

Cadmium (Cd) : Les principales utilisations du cadmium sont les traitements de surface (cadmiage), les industries électriques et électroniques et la production de pigments colorés surtout destinés aux matières plastiques. A noter que les pigments cadmiés sont désormais prohibés dans les plastiques alimentaires. Dans l’environnement, les autres sources de cadmium sont la combustion du pétrole ainsi que l’utilisation de certains engrais chimiques où il est présent à l’état d’impureté.

Mercure (Hg)  : Seul métal volatil, le mercure, naturel ou anthropique, peut être transporté en grandes quantités par l’atmosphère. Les sources naturelles sont le dégazage de l’écorce terrestre, les feux de forêt, le volcanisme et le lessivage des sols. Les sources anthropiques sont constituées par les processus de combustion (charbon, pétrole, ordures ménagères, etc.), de la fabrication de la soude et du chlore ainsi que de l’orpaillage. Sa très forte toxicité fait qu’il est soumis à de nombreuses réglementations d’utilisation et de rejet.

Plomb (Pb)  : Depuis l’abandon de l’usage du plomb-tétraéthyle comme antidétonant dans les essences, les usages principaux de ce métal restent la fabrication d’accumulateurs et l’industrie chimique. Son cycle atmosphérique est très important et constitue une source majeure d’apport à l’environnement.

Observations et résultats 2012 :

Les teneurs en cadmium des huîtres du département de la Charente-Maritime restent supérieures à la médiane nationale pour la grande majorité des points de prélèvement. Les concentrations les plus importantes, supérieures au seuil sanitaire, sont mesurées dans l'estuaire de la Gironde. Globalement les tendances sont à la stabilité ou à la légère diminution des teneurs en cadmium. L'amont de l'estuaire de la Seudre (zone 083) présente pour la première fois une teneur en cadmium plus élevée que le seuil sanitaire. Toutefois, la prise en compte des incertitudes de la méthode analytique ne permet pas d'affirmer que ce résultat dépasse avec certitude la valeur de référence de la norme. En aval de l'estuaire, les concentrations en cadmium sont environ deux fois moindres. Ces résultats préoccupants soulèvent l'hypothèse d'une source de contamination spécifique. L'origine de ces contaminations reste à caractériser.

Pour plus d’information sur l’origine et les éventuels effets des différentes substances suivies dans le cadre du RNO, consultez le document " Surveillance du Milieu Marin - Travaux du Réseau National d’Observation de la qualité du milieu marin - Édition 2006 " (pdf, 3,30 Mo).
Ou rendez-vous sur le site de l'Institut National de l'EnviRonnement industriel et des rISques (INERIS) pour en savoir plus sur les éventuels effets des différentes substances.

Production conchylicole

La conchyliculture des pertuis Charentais occupe un rang primordial dans la production nationale. Ces activités sont conditionnées par la qualité des eaux côtières (les coquillages se nourrissant en filtrant l'eau de mer), et également par les apports d'eau des bassins versants continentaux. La conchyliculture est aujourd'hui menacée par des risques de plus en plus prégnants : dégradation de la qualité des eaux, raréfaction de l'eau douce et augmentation de la fréquence des phénomènes climatiques violents ce qui entraîne une dégradation globale des conditions de production.

Face à ces constats, différents réseaux d'observation ont été mis en place sur la région (retrouvez les différents résultats de suivi sur les liens suivants) :
-  l'Observatoire national conchylicole, réseau d'observation de la mortalité et de la croissance des huîtres creuses, qui remplace le suivi REMORA
-  Le réseau REMOULA, créé en 2000, est un réseau régional chargé du suivi de la croissance des moules (Mytilus edulis). Il concerne les zones d’élevage des Pertuis Charentais.
-  Le réseau REPAMO (REseau de PAthologie des MOllusques) , créé officiellement en 1992, est un réseau de surveillance de l'état de santé des mollusques du littoral français métropolitain, qu'ils soient sur des gisements naturels ou en élevage.

Directive Cadre sur l'Eau : état des masses d'eau côtières

La Directive Cadre Eau ou DCE (Directive 2000/60/EC) parue le 23 octobre 2000 fixe aux états membres l'objectif d'atteindre « le bon état écologique et chimique des eaux » à l'horizon 2015.

Elle prévoit 3 étapes clés qui sont : un état des lieux avec la mise en place d'un programme de surveillance, l'élaboration d'un programme de mesures destiné à corriger les non conformités, puis la mise en œuvre de celui-ci au travers d'un plan d'action.

Consultez les résultats des dernières campagnes de suivi de l'état des masses d'eau côtières et de transition sur le site de l'IFREMER (rubrique Directive Cadre Eau) ou sur le SIGORE (cocher Eau > Massses d'eau).

Pour plus d'informations sur la Directive Cadre sur l'eau, rendez-vous sur la rubrique « atteindre le bon état des eaux » et accédez à l'outil de suivi de la reconquête du bon état des eaux en Poitou-Charentes
.
Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé