Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Qualité des cours d’eau - Année 2011

Retrouver les cartes "Eau", dont les cartes qualité des eaux superficielles en Poitou-Charentes présentées ci-dessous, sur l’atlas cartographique de l’O.R.E. :
altération « nitrates » 2011 - altération « matières azotées » 2011 - altération « matières organiques et oxydables » 2011 - altération « effets des proliférations végétales » 2011 - altération « matières phosphorées » 2011

Suivez l’évolution de la qualité de l’eau en Poitou-Charentes vis-à-vis des ces altérations, d’année en année :
.par point de mesure sur la cartographie interactive de l’O.R.E. Poitou-Charentes (SIGORE)
.dans la rubrique "Chiffres clés" : Etat des eaux et des milieux aquatiques en Poitou-Charentes > Qualité physico-chimique > Qualité des eaux superficielles
.dans la rubrique Qualité des rivières sur ce site.

Qualité physico-chimique :

Sont présentés ci-après les résultats concernant cinq principales altérations de la qualité des cours d’eau pour l'année 2011. Les données proviennent des différents réseaux de mesure des agences de l’eau Adour Garonne et Loire Bretagne en région Poitou-Charentes, ainsi que des réseaux départementaux.
Ces résultats ont été établis d’après les grilles de qualité du référentiel SEQ-eau (V2.0).
Comment est évaluée la qualité des cours d'eau ?

Quelles sont les sources de pollution de l’eau ?

En 2011, la qualité des cours d'eau de Poitou-Charentes demeure toujours préoccupante vis-à-vis de la pollution aux nitrates, et dans une moindre mesure concernant les matières organiques et oxydables. On constate en revanche que la situation reste correcte dans l'ensemble, en ce qui concerne les autres altérations (matières azotées, effet des proliférations végétales et matières phosphorées), malgré une légère dégradation par rapport à 2010.

Altération nitrates :
Cette altération présente la teneur en nitrates qui sont à la fois des nutriments pour les végétaux (en trop grande concentration dans les eaux de surface ils peuvent provoquer le phénomène d'eutrophisation) et des éléments indésirables pour la fabrication d’eau potable.

La qualité des cours d’eau de la région concernant le paramètre Nitrates reste globalement dégradée en 2011 : moins de 10% des stations de mesure présentent une bonne ou une très bonne qualité. La situation est légèrement plus favorable en Charente, où de nombreux points de mesure sont classés en bonne qualité à l'Est du département (sur les secteurs amont de la Tardoire, du Bandiat et de la Vienne).
Malgré des fluctuations de résultats d'année en année, la situation stagne depuis une dizaine d'années, et aucune tendance d'amélioration ou de dégradation ne semble se dégager.

Par rapport à 2010 (où une forte absence de données avait été relevée dans les Charentes), certains points de mesure présentent encore une forte dégradation (qualité mauvaise), notamment sur la Dive du Nord, la Pallu (affluent du Clain) ou le secteur amont de la Boutonne. En 2011, cette dernière présente d'ailleurs une qualité excessivement dégradée sur tout son cours, tout comme la Devise (affluent de la Charente sur le secteur aval). Le Clain, la Sèvre Niortaise ou la Charente (excepté le secteur amont) affichent toujours une qualité médiocre sur l’ensemble des stations situées sur leur axe principal respectif. Une bonne qualité est néanmoins maintenue en amont de la Vienne (2009, 2010 et 2011), ainsi que sur la Tardoire et le Bandiat (affluents de la Charente sur le secteur amont) en 2009 et 2011.

Altération matières organiques et oxydables :
Déterminée à partir de huit paramètres, cette altération indique la présence de matières susceptibles de consommer l’oxygène de la rivière.

La situation reste contrastée à l’échelle régionale : seulement 41% des points de mesure affichent une bonne ou une très bonne qualité. La situation est plus favorable dans la Vienne (près de 60% des points ont une bonne ou une très bonne qualité). On observe néanmoins une dégradation entre 2010 et 2011à l'échelle régionale : la proportion de points de mesure de mauvaise qualité ayant doublé (pour atteindre 12 % en 2011), tandis que dans le même temps, celle des points de très bonne qualité s'est réduite de moitié (11 % en 2010 contre 5 % en 2011).

Par rapport à 2010, on notera notamment le maintien d’une bonne qualité sur l'axe principal de la Sèvre Niortaise (avec une légère amélioration) et du Clain. La mauvaise qualité perdure en revanche sur des petits cours d'eau affluents du Thouet (pour les stations situées autour du plan d'eau du Cébron, dans les Deux-Sèvres). Sur l'axe principal de la Charente, la qualité reste dans l'ensemble correcte malgré des dégradations relevées sur le secteur amont, notamment vers Civray (département de la Vienne) et sur certains affluents (Bonnieure, Son-Sonnette), ainsi que plus en aval, autour d'Angoulême. A noter également qu'une station située sur le Trèfle (affluent de la Seugne) est passée d'une très bonne qualité en 2010 à une mauvaise qualité en 2011.

Altération matières azotées (hors nitrates) :
Déterminée à partir de trois paramètres, cette altération caractérise la présence de nutriments susceptibles d’alimenter la croissance des végétaux et de nuire au développement des poissons.

La situation 2011 est favorable sur l’ensemble de la région, avec 73% des points de mesure classés en bonne ou très bonne qualité. On notera néanmoins une légère dégradation par rapport à 2010, notamment en Charente où de nombreux points de mesure sont passés de « très bonne qualité » à « bonne qualité » en 2011.

De 2010 à 2011, on notera notamment une dégradation généralisée pour les points situés sur la Devise (affluent de la Charente sur le secteur aval, en Charente-Maritime).

Altération matières phosphorées :
Cette altération est déterminée à partir de la mesure du phosphore, principal facteur influant sur le développement excessif d’algues microscopiques (eutrophisation).

Là aussi,la situation 2011 est favorable sur l’ensemble de la région, avec 80% des points de mesure classés en bonne ou très bonne qualité. On notera néanmoins une légère dégradation par rapport à 2010, concernant les proportions de stations classées en très bonne qualité (particulièrement dans les Charentes).

Le secteur amont de l'Argenton (Deux-Sèvres) reste dégradé. Tout comme en 2010, les grands cours d'eau de la région (Sèvre Niortaise, Charente, Vienne et Clain) présentent globalement une bonne qualité en 2011, même si certaines fluctuations demeurent.

Altération effet des proliférations végétales :
Cette altération illustre le développement de micro-algues en suspension dans l’eau.

La qualité des eaux de la région est très correcte vis-à-vis de cette altération : 90 % des stations sont jugés de bonne ou très bonne qualité en 2011 (dont 57 % en très bonne qualité). Cette se situation semble se maintenir d'année en année, malgré certaines fluctuations (moins de stations en très bonne qualité en 2011 comparé à 2010 par exemple).

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé