Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > La gestion de l’eau > Gestion des cours d’eau > Quelques généralités sur les cours d’eau

Quelques généralités sur les cours d’eau

On désigne par cours d’eau "tout chenal superficiel ou souterrain dans lequel s’écoule un flux d’eau continu ou temporaire".

Les différentes parties d’un cours d’eau

Diverses parties peuvent caractériser un cours d'eau :

  • la source qui représente le point d'origine du cours d'eau
  • l'amont (la partie la plus élevée du cours d'eau topographiquement) en opposition à l'aval (la partie la moins élevée)
  • le lit mineur c'est-à-dire l'espace qui est occupé de manière permanente ou temporaire par le cours d'eau
  • le lit majeur qui est occupé temporairement en période de crue lors des inondations
  • la rive qui borde le cours d’eau
  • les berges qui délimitent le lit mineur maintenues par la végétation (les saules, aulnes…)
  • les annexes hydrauliques, qui peuvent être définies comme une forme topographique quelconque, remplie plus ou moins d'eau et fréquemment coupée du lit majeur du fleuve durant la période d'étiage
  • la ripisylve, qui correspond à la végétation de bords de cours d'eau ; elle est composée de plusieurs strates : herbacée, arbustive, arborée
  • l'embouchure ou estuaire qui est le lieu où le cours d'eau (fleuve) termine sa course (généralement dans un océan, dans la mer ou dans un lac)

D'autres éléments secondaires permettent de caractériser un cours d'eau comme les méandres par exemple qui sont des sinuosités très prononcées du cours d’un fleuve ou d’une rivière.

L’ensemble des cours d'eau naturels et artificiels, permanents ou temporaires, qui participent à l'écoulement forme le réseau hydrographique.

Les différents types de cours d’eau

En fonction de ces caractéristiques mais également de la longueur, de la localisation géographique ou d’autres paramètres, différents types de cours d’eau peuvent être distingués tels que :

  • le ru : petit cours d’eau, souvent en tête de bassin, démarrage de l’écoulement
  • les ruisseaux : petits cours d'eau de faible largeur et de faible longueur,
  • le canal : conduit naturel ou artificiel permettant le passage d’un fluide
  • les torrents : cours d'eau situés généralement en montagne ou sur des terrains accidentés, au débit rapide et irrégulier,
  • les rivières : cours d'eau moyennement importants dont l'écoulement est continu ou intermittent, elles se jettent dans d'autres rivières ou dans des fleuves,
  • les fleuves : cours d'eau parfois importants se jetant dans l'océan ce qui les différencient des rivières.

D’autres types de cours d'eau existent tels que les ruisselets, les cours d'eaux souterrains ou les ravines par exemple.

Les différents facteurs influant sur la qualité des cours d'eau

La qualité des cours d’eau dépend de différents facteurs qui peuvent être modifiés et dégradés. Ils permettent de dresser un diagnostic du cours d’eau pour évaluer le besoin ou non d’aménagement.
Les principaux facteurs physico-chimiques déterminant l’état des cours d’eau sont les suivants :

  • la température,
  • le taux d’oxygène dissous
  • le taux d’azote
  • le taux de phosphore
  • le taux de polluants
  • le pH
  • le taux de salinité
  • la présence ou non de prolifération végétale
  • le taux de matières en suspension….

Les facteurs hydromorphologiques représentent les facteurs morphologiques et dynamiques (évolution des profils en long et en travers). Sont alors étudiés :

  • le lit mineur (diversification des écoulements, aménagement de l’habitat piscicole, sinuosité du cours d’eau, pente, granulométrie…)
  • l’état des berges et des ripisylves
  • le lit majeur et ses annexes (maillage bocager, reconnexion des annexes hydrauliques, bandes enherbées, restauration de zones humides…)
  • la continuité écologique (migration des poissons) et la ligne d’eau : présence d’un obstacle à l’écoulement, reconquête des écoulements libres…
  • le débit

(Source : F. Hervochon, P.M Chapon, JC Leclainche, P. Gilbert, L. Vienne, T. Vigneron, R. Leroy. Du concept de "bon état écologique" de la Directive Cadre sur l’Eau à l’application dans les opérations de restauration et d’entretien de rivières". Adaptation de la méthode du réseau d’Evaluation des Habitats (REH) à l’étude préalable au Contrat de Restauration et d’Entretien (CRE) de la rivière l’Arz dans le Morbihan. (TSM numéro 10-2006-101 ième année).

Des facteurs biologiques sont également utilisés pour déterminer la qualité d’un cours d’eau. Les facteurs écologiques essentiels sont la vitesse du courant, la nature du fond, l'éclairement, la température, l'oxygénation et la composition chimique. Ces facteurs varient en fonction de la zone du cours d'eau (source, cours supérieur ou cours inférieur) et influent sur la composition des peuplements animaux et végétaux qui peuvent être très diversifiés.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé