Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     

Situation de la ressource en eau d’octobre 2007 à fin mai 2008


- Plan :
Introduction : Rappel de la situation en fin d’étiage 2007
Pluviométrie
Etat des nappes d’eau souterraine
Etat des cours d’eau
Etat des réserves

Introduction : Rappel de la situation en fin d’étiage 2007.

Cf. Bilan de l’étiage d’Octobre 2007

La situation au cours de l’étiage 2007 a été globalement assez favorable.

La pluviométrie a été, dans l’ensemble excédentaire par rapport à la normale, hormis au cours des derniers mois de l’étiage. Le cumul des précipitations efficaces depuis le début de l’année hydrologique 2006/2007 s’est montré tout de même déficitaire dans le sud-est de la région, mais a été proche à supérieur à la normale pour le reste de la région Poitou-Charentes et du Marais Poitevin.
L’état des nappes a été particulièrement favorable par rapport aux années passées. Il s’est distingué des étiages précédents par la proportion importante de piézomètres indiquant des niveaux supérieurs au maximum interannuel et par le fait qu’aucune station d’alerte située en nappe captive n’a franchi le premier seuil d’alerte.
De même, la situation hydrologique a été globalement bonne. Les débits de base ont été, dans l’ensemble, caractéristiques d’une année humide, même si certains bassins ont présenté des écoulements inférieurs aux moyennes interannuelles à la fin de l’étiage.
Par ailleurs, les taux de remplissage des quatre principales retenues artificielles de la région sont restés élevés pour la saison par rapport aux années précédentes.
Par conséquent, compte tenu de la bonne situation de la ressource, les premières interdictions totales de prélèvements sont intervenues bien plus tard que les années précédentes : elles ont été appliquées à partir de fin juillet 2007, alors qu’en 2006, elles étaient apparues dès le mois de mai et en 2005 dès le mois de mars.
Contrairement aux étiages précédents, la majorité des points nodaux ont respecté le DCR (Débit de Crise, débit journalier en dessous duquel sont mises en péril l’alimentation en eau potable et la vie des. milieux aquatiques), à l’exception de celui de la Vendée à Pissotte [Pont de Crochet].

Cependant, au cours du mois d’octobre 2007, la situation de la ressource s’est dégradée : le temps a été relativement sec, la plupart des stations piézomètriques a présenté des niveaux à la baisse et les débits moyens mensuels ont, pour la majorité d’entre eux, diminué.

1. Etat de la ressource

1.1. Pluviométrie

Une pluviométrie proche de la normale grâce aux épisodes pluvieux de ces derniers mois…

Depuis le mois d’octobre 2007, 4 mois sur 5 sont considérés comme sec. Les précipitations des mois d’octobre, de novembre, de décembre et de janvier évoluent entre 35% et 75% par rapport à la normale. Parallèlement, la pluviométrie de janvier est supérieure à la normale de 10 à 25%. En février, malgré ces épisodes pluvieux, les précipitations cumulées n’atteignent que 65%-70% des précipitations cumulées normales au mois de février. Le cumul des pluies efficaces depuis le 1er octobre affiche des valeurs très basses pour cette fin d’hiver. La pluviométrie excédentaire des mois de mars, avril, mai (30% à 85% au dessus la moyenne), améliore la situation observée lors des deux mois précédents. Fin mai 2008, les cumuls des précipitations sont excédentaires sur le nord du Poitou et déficitaires voire proches des normales sur les deux tiers sud du Poitou et des Charentes.

Données pluviométriques au mois de mai 2008
cumulées (mm)Rapport Normale (mm) Cumul P efficace (mm)
Cognac 541,2 93 149,3
La rochelle 502,4 87 124,8
Niort 563,3 87 226,7
Poitiers-Biard 448,2 91 116,7

P Cumulées : précipitations cumulées à partir du 1er octobre 2007 ;
P efficace : Précipitations " évapotranspiration : quantité restante disponible pour les nappes et les rivières
Source : Météo-France

Source : Météo-France

1.2. Etat des nappes d’eau souterraine

Une recharge tardive des nappes…

Au cours des deux premiers mois qui suivent l’étiage 2007 (octobre à janvier), la faible pluviométrie a entraîné un accroissement du nombre de piézomètres dont le niveau d’eau est inférieur à la moyenne interannuelle 1993-2007 (+20% environ entre octobre et novembre). La recharge des nappes est moins importante que les années précédentes (1993-2007). Cette situation se maintient au cours des mois de novembre à janvier : 2/3 des piézomètres de la région Poitou-Charentes présentent un niveau inférieur à la moyenne interannuelle (75% pour les nappes libres et 50% pour les nappes captives).
Les précipitations importantes de janvier (20 à 25% supérieur à la normale) ont permis une réduction du nombre de piézomètres dont le niveau est inférieur à la moyenne au mois de février. La situation piézomètrique s’améliore en février 2008 (50% des piézomètres ont présenté des hauteurs de nappes supérieures à la moyenne que ce soit pour les nappes libres ou captives).

Au cours de mars 2008, la situation de l’ensemble des nappes est moins favorable : 68% des piézomètres présentent des niveaux inférieurs à la moyenne calculée par rapport à la période 1993-2007. Les nappes libres sont les plus touchées avec 72% des niveaux piézomètriques inférieurs à la moyenne en mars contre 43% en février. Les nappes captives présentent une baisse du nombre de piézomètres ayant un niveau inférieur à la moyenne interannuelle plus modérée.

Au mois d’avril et de mai 2008, la situation de l’ensemble des nappes s’améliore très nettement. En mai, 79% des piézomètres présentent des niveaux supérieurs à la moyenne (1993-2007) contre 32 en mars 2008.

La situation s’est inversée à partir du mois d’avril 2008 grâce aux épisodes pluvieux. En mai 2008, 80% des niveaux des nappes libres sont au dessus de la moyenne (contre 28% en mars). Malgré l’inertie des nappes captives, l’amélioration de leur situation est significative étant donné la continuité des pluies au cours des deux derniers mois, en mai 72% des niveaux sont supérieurs à la moyenne contre 44% en mars.

Suivant les spécificités hydrologiques, les niveaux d’eau piézomètrique des quatre départements de la région ont réagi inégalement d’octobre 2008 à janvier 2008.

- Pour les départements de la Charente et de la Charente-Maritime, le déficit pluviométrique rencontré dès le mois de novembre n’a pas permis une bonne recharge des nappes. Le nombre de piézomètres ayant un niveau inférieur à la moyenne est respectivement de 78% et de 85% en novembre pour la Charente et la Charente-Maritime. Cette situation s’est maintenue jusqu’au mois de janvier.

- Les départements des Deux-Sèvres et de la Vienne connaissent un accroissement progressif du nombre de piézomètres présentant un niveau inférieur à la moyenne interannuelle : 65% en octobre à 81% en décembre en Deux-Sèvres ; 18% en octobre à 52% en janvier en Vienne. La recharge est plus lente que les années précédentes (1993-2007) sur cette période.

Le mois de février est marqué par une amélioration de la situation sur l’ensemble de la région, entre 41% des piézomètres de Charente et 61% des piézomètres de la Vienne ont un niveau d’eau supérieur à la moyenne (recharge significative due à la pluviométrie excédentaire de janvier).

Au cours du mois de mars 2008, les nappes de la région sont de nouveau sujets à un ralentissement de leur recharge. Les 4 départements ont un accroissement du nombre de piézomètres ayant un niveau inférieur à la moyenne de 12% pour les Deux-Sèvres à 34% pour la Charente par rapport à février. Il est à noter que 95% des piézomètres de la Charente présente des niveaux inférieurs à la moyenne de mars des années antérieures (1993-2007).

En avril 2008, la situation s’inverse, 64% des piézomètres ont un niveau supérieur à la moyenne. Cette amélioration de la situation est disparate : 64% des piézomètres en Charente ont un niveau supérieur à la moyenne contre 5% en mars (+59%), 55% des piézomètres en Vienne sont supérieurs à la moyenne contre 39% en mars (+16%). Les nappes se rechargent de nouveau.

Grâce aux épisodes pluvieux et leur continuité depuis avril, la recharge des nappes se poursuit en mai, 79% des piézomètres de la région ont des niveaux supérieurs à la moyenne (1993-2007). Contrairement à avril, cette situation est homogène sur la région.

Cette recharge tardive au cours des deux derniers mois permet d’avoir une situation plus favorable qu’en mai 2007 : 48% des piézomètres de la région avaient des niveaux supérieurs à la moyenne contre 79% en mai 2008. La situation piézomètrique de mai 2008 est similaire à celle de mars 2007 (début étiage).

En mai 2008, le département des Deux-Sèvres affiche la meilleure situation de la région avec 92% des piézomètres ayant des niveaux supérieurs à la moyenne.
Les trois autres départements présentent une situation favorable semblable avec 24% à 27% des piézomètres ayant des niveaux inférieurs à la moyenne interannuelle (1993-2007).
Pour le secteur sud Vendée du Marais Poitevin : Après des mois de mars et d’avril particulièrement arrosés, le niveau des nappes se maintient, voire augmente en début juin, avec une situation un peu exceptionnelle sur la nappe de socle où les maxima ont été largement dépassés ces derniers jours (Source : bulletin de l’Observatoire de l’Eau en Vendée du 4/06/2008).

1.3. Etat des cours d’eau

_ (Sources : Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA) " Délégation Régionale de Poitiers, DIREN Poitou-Charentes, DIREN Pays de la Loire, Services Prévisions des Crues Littoral Atlantique, Vienne-Thouet et Dordogne)

Une situation hydrologique déficitaire qui s’améliore les trois derniers mois…

1.3.1. Etat des débits des cours d’eau

Bien que les débits de base du mois de septembre 2007 étaient caractéristiques d’une année humide, ceux du mois d’octobre étaient plus contrastés. Les débits moyens mensuels étaient majoritairement inférieurs à ceux du mois précédent de même que les hydraulicités , variables d’un bassin à l’autre.
Cette situation persiste au cours du mois de novembre. Les débits moyens mensuels sont majoritairement inférieurs, voire très inférieurs, aux moyennes interannuelles, caractérisant une situation déficitaire sur une majorité des bassins de la région (sauf sur la Dive du Nord et la Touvre où l’hydraulicité est de 0,8).
Malgré deux remontées successives des débits moyens journaliers provoquées par deux épisodes pluvieux importants début décembre, les débits moyens mensuels restent majoritairement inférieurs, voire très inférieurs aux moyennes interannuelles sur une grande partie des bassins versants de la région (excepté sur la Dive du Nord, la Touvre et la Charente aval avec une hydraulicité de 1,0-1,2).
La situation au cours du mois de janvier est identique à celle de décembre. Les débits des cours d’eau ont connu des augmentations importantes au cours des deux premières décades. Toutefois les débits mensuels de janvier 2008 restent majoritairement inférieurs aux moyennes interannuelles, caractérisant une situation déficitaire sur une grande partie des bassins.
La première décade de février enregistre les débits les plus importants. Toutefois, à part quelques exceptions (Dive du Nord, Thouet à Pont de Chacé, Clain), les débits moyens mensuels sont inférieurs aux moyennes interannuelles.
La situation hydrologique reste déficitaire sur l’ensemble du territoire.
Grâce aux pluies soutenues du mois de mars, les débits des cours d’eau ont connu des augmentations importantes ce qui a conduit à des écoulements supérieurs aux moyennes interannuelles et à des débits de base caractéristiques d’un mois humide dans les bassins versants comme le Thouet ou l’amont de la Sèvre Niortaise.
Néanmoins, la situation des écoulements est contrastée puisque un nombre significatif de débits moyens mensuels restent inférieurs aux moyennes interannuelles, caractérisant une situation déficitaire. Leurs faibles débits de base sont caractéristiques d’un mois sec.

Bassin versant Situation en mars 2008
Thouet Débits moyens supérieurs aux moyennes interannuelles
Clain Débits proche des moyennes interannuelles Gartempe Débits caractéristiques d’un mois sec
Sèvre niortaise Ecoulements légèrement excédentaires
Charente La plupart des cours d’eau ont un écoulement excédentaire
Seudre Ecoulements déficitaires

Grâce aux pluies du mois d’avril, sur la majeure partie du territoire régional, excepté sur le bassin de la Seudre, les cours d’eau présentent des débits globalement supérieurs aux moyennes interannuelles (voir deux fois plus important que la moyenne interannuelle sur certains secteurs : le Salleron, la Charente amont à Charroux, le Né).
Les précipitations orageuses du mois de mai engendrent des débits supérieurs voire très supérieurs aux moyennes interannuelles sur la majeure partie de la région, excepté sur le bassin de la Seudre.
Les fréquences de retour des débits de base traduisent une situation hydrologique humide à très humide.

La situation en début d’étiage 2008 est plus favorable que l’année précédente où il avait été observé à partir d’avril 2007 une diminution importante des débits sur les petits cours d’eau du fait de faibles précipitations et de températures élevées. En mai 2007, plusieurs bassins étaient en situation de vigilance en Charente-Maritime et des mesures de restrictions avaient été prises en Charente et en Deux-Sèvres.
En mai 2008, aucun seuil d’alerte, de vigilance ou d’information n’a été franchi sur l’ensemble de la Région..

1.3.2. Etat hydrologique des cours d’eau (observation de janvier à avril)

Au cours de la période janvier/février, il a été observé les points suivants.
- des niveaux de plein bord en Charente en février ;
- des débordements en Charente en janvier ;
- des épisodes ou des amorces de crues dans le département de la Vienne au mois de janvier (exemple : le débit du Clain a atteint 57m3/s le 17/01/2008).

Cependant, certains cours d’eau présentent déjà des niveaux bas par rapport à la même période (janvier/février) de 2007 comme le ruisseau des Alleuds " affluent du Mignon dans les Deux-Sèvres (leur alimentation dépend des nappes phréatiques déficitaires du bassin du Mignon-Courance-Guirande).

Au cours des mois de mars/avril, les niveaux sont de moyen à plein bord sur l’ensemble des bassins. La tendance générale des débits est à la hausse en fin de mois d’avril.

1.3.3. Etat des écosystèmes aquatiques/peuplements piscicoles et des amphibiens

Une turbidité accrue liée au lessivage des sols et à un auto-curage des cours d’eau a été relevée sur l’ensemble des cours d’eau situés en zone agricole et sur les cours d’eau de la Vienne, à l’exception des cours d’eau dépendant de la nappe (bassin Thouet : Dive du Nord, bassin Clain : Pallu).
Il a été noté également un développement inhabituel en période hivernale d’algues vertes filamenteuses sur les cours d’eau qui ont été peu touchés par le phénomène de turbidité et du fait des températures clémentes sur la Dive du Nord (bassin du Thouet) et dans le département de la Vienne.

En ce qui concerne les conditions de reproductions des peuplements piscicoles et des amphibiens, celles-ci sont défavorables pour le brochet étant donné de faibles débits en février (migration des géniteurs vers les zones de reproductions perturbées et exondation de nombreuses frayères dans la grande majorité des départements). Pour la truite, des frayères ont été observées sur la Bouleuvre, un affluent de la Vonne (bassin Clain), sur les affluents du bassin de la Gartempe et sur le bassin de la Charente (Cornac, Lizant).
Pour les amphibiens, les conditions hydrauliques ont été favorables en janvier pour la reproduction de la grenouille rousse notamment en Charente-Maritime et en Deux-Sèvres, et moins favorables en février pour la grenouille agile.

La situation s’améliore au cours des mois de mars/avril.
On note des turbidités marquées du fait de l’érosion des sols provoquée par les pluies. Ces dernières ont permis une bonne connexion aux annexes hydrauliques, suivant l’évolution des débits sur certains secteurs, notamment dans les Deux-Sèvres. Cette connexion reste intermittente dans la Vienne et la Charente.

Sur l’axe Charente et ses affluents, le débit est favorable à la remontée de tous les migrateurs.

Il a été observé les points suivants en avril 2008 :

EspècesDépartementObservations
Saumon atlantique 86 Passe de Descartes : 17 SAT comptabilisées 1 à Châtellerault, condition de circulation correcte (débit, température)
Anguille 79
86
Bonnes conditions de circulation sur tous les cours d’eau
Grande Alose 79 Bonnes conditions de circulation sur la Sèvre Niortaise en aval de Niort
86 Bonnes conditions de circulation
Alose finte 79 Bonnes conditions de circulation sur la Sèvre Niortaise en aval de Niort
86 Bonnes conditions de circulation
Lamproie marine 86 Bonnes conditions de circulation
Lamproie fluviatile 86 Espèce très peu présente
Truite commune 16 La Touvre, il a été constaté une augmentation sensible des nids par rapport aux années précédentes sur les mêmes sites
79 Etat des frayères satisfaisantes
86 Les frayères déjà peu nombreuses dans le département ont pu souffrir localement de la turbidité avec dépôt de sédiments
Brochet 16 Reproduction dans les fossés en bordure de Charente et des affluents
17
79
Accessibilité des frayères, présence de géniteurs et maintien en eau des frayères
86 Pas de débordement dans le lit majeur, les frayères naturelles n’ont donc pas été inondées. Pas ou peu de reproduction naturelle

1.4. Etat des réserves

Malgré un remplissage tardif, les taux atteignent 100%…

Les quatre grands barrages de la région se sont remplis principalement au cours des épisodes pluvieux de janvier et février. L’absence d’une pluviométrie importante au cours des mois précédents a eu pour conséquence une légère baisse de leurs taux de remplissage alors que d’octobre 2006 à décembre 2007, ils avaient augmenté en moyenne de 30% à 40%.
En Charente, les taux de remplissage des barrages de Lavaud et de Mas Chaban sont ainsi passés respectivement de 14,1% à 63,4% et de 27,4% à 88% au cours de la période de décembre 2007 à début mars 2008.
En Deux-Sèvres, ils ont augmenté de 65,4% à 99,9% pour la Touche Poupard et de 42,6% à 93,5% pour le Cébron entre décembre 2007 et mars 2008.
Il est à noter qu’en mars 2006 et mars 2007, les taux de remplissages des quatre barrages atteignaient 100% alors qu’en mars 2005, ces derniers évoluaient entre 30% et 50%.

Deux-Sèvres Touche-Poupard (amont Sèvre Niortaise) 69,1 65,3 65,4 75,5 100,0 99,9 100,9 100,5 100,9 97,7
Cébron (amont Thouet) 54,8 48,4 42,6 48,3 87,6 93,5 101,4 102,5 102,3 87,6
Charente Lavaud (amont Charente) 17,6 11,7 14,1 18,7 47,0 63,4 100,0 100,0 90,9 100,0
Mas Chaban (amont Charente) 27,5 22,8 27,4 46,4 72,0 88,0 100,1 100,1 88,3 100,0

Un volume > à la capacité indique qu’il y a surverse
Source : CAEDS et Institution du Fleuve Charente

Malgré une situation pluviométrique défavorable au cours de la période hivernale, la combinaison d’un étiage 2007 pluvieux et de pluies ponctuelles au cours des mois de janvier et de février 2008 a permis d’atteindre des taux de remplissage convenables notamment par rapport aux taux de 2005. Toutefois, les deux barrages en Deux-Sèvres n’ont pas atteint leur capacité de stockage maximal au début mars 2008.
Cette situation s’est améliorée grâce au mois de mars pluvieux, les quatre barrages sont remplis à 100%. La capacité totale d’environ 50 millions de m3 est atteinte début avril 2008. Au 1er juin 2008, le taux de remplissage moyen des quatre principales retenues artificielles de la région est de 95,7%. Il était relativement semblable en 2007 (97%).

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé