Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > Espace multimédia > Vidéo > Bilans avant et après étiage en vidéo > Situation de l’eau - d’octobre 2016 à mars 2017

Situation de l’eau - d’octobre 2016 à mars 2017

Bilan initial de l’étiage 2017 au format vidéo : état quantitatif des ressources en eau (pluviométrie, hydrologie, état des nappes, des réserves et des milieux naturels) à l’échelle du Poitou-Charentes et du Marais Poitevin, à la veille du début de l’étiage 2017 (d’octobre 2016 à mars 2017).

Situation de la ressource en eau d'octobre 2016 à mars 2017 (vidéo du Bilan Initial de l'Etiage 2017) from RPDE ORE on Vimeo.

Cette vidéo vise à dresser un constat sur l'état quantitatif des ressources en eau (pluviométrie, hydrologie, état des nappes, des réserves et des milieux naturels) à l'échelle du Poitou-Charentes et du Marais Poitevin, à la veille du début de l'étiage 2017 (d'octobre 2016 à mars 2017).
Synthèse : La reconstitution des ressources en eau ne s'enclenche véritablement qu'en février et se poursuit en mars, suite au retour des pluies. Même si ces pluies sont très bénéfiques et permettent notamment aux cours d'eau de retrouver des débits plus conformes aux moyennes de saison, elles n'interviennent que tardivement et ne comblent pas les déficits importants des mois précédents.
A la veille de la période d'étiage, durant laquelle s'enclenche la phase de vidange des ressources, la situation reste donc sensible. A fin mars, l'état quantitatif des nappes représente la cinquième situation la moins favorable de ces vingt-deux dernières années ; les grands barrages-réservoirs assurant différents usages en période d'étiage sont loin d'être intégralement remplis ; et le remplissage des retenues d'eau à usage agricole n'a pu s'effectuer correctement dans de telles conditions.
En ce début de période printanière, les milieux aquatiques et les usages de l'eau restent fortement dépendants des précipitations, surtout lorsque la recharge naturelle n'a pu se faire correctement comme c'est le cas cette année. Or, en l'absence de pluies, les niveaux des nappes et des cours d'eau risquent de baisser rapidement, d'autant plus que les besoins de la végétation et les températures vont s'accroître encore davantage, tout comme les besoins des différents usages.

(durée : 10min 36s)

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé