Eau en Poitou-Charentes : RPDE

     
Accueil du site > Connaître l’eau et ses usages en région > Eau et Santé > L’eau, un besoin vital source de maladies et d’inégalités

L’eau, un besoin vital source de maladies et d’inégalités

L'eau est un excellent solvant qui se charge en composés solides ou gazeux tout au long de son cycle, suivant les milieux (rivières, zones humides, roches, atmosphère, etc.) dans lesquels elle circule ou séjourne :
- quand elle tombe en pluie, elle se charge des poussières atmosphériques,
- quand elle ruisselle sur les sols (lessivage),
- quand elle s'infiltre dans le sous-sol, elle se charge des produits d'altération des roches.

Ainsi, une eau qui semble claire et limpide peut transporter en son sein toutes sortes de substances inertes et vivantes, parfois nocives pour l'organisme humain. L'eau peut donc être le vecteur de nombreuses maladies (qu'elles soient bactériennes, virales ou parasitaires), d'intoxications, de troubles sur la santé.C'est pourquoi toutes les eaux dans la nature ne sont pas bonnes à boire : « Nous buvons 90 % de nos maladies », disait Louis Pasteur à la fin du XIXe siècle.

Les grands principes de l’hygiène sont connus depuis l’Antiquité. L’usage du bain était répandu dans les plus anciennes civilisations humaines. On retrouve sa trace chez les Egyptiens, les Hébreux, les Assyriens, les Perses et les Chinois. Dans la plupart des cas, le bain était intimement lié aux préceptes religieux et à la symbolique purificatrice de l’eau.
Si, durant l'Antiquité, la distribution et même le traitement de l'eau ont pu être développés par les civilisations les plus avancées, du Moyen Age au XIXe siècle, la distribution d'eau en France est uniquement assurée par les fontaines publiques et les porteurs d'eau. Sous l'Ancien Régime, recevoir l'eau à domicile est pour l'essentiel l'apanage de quelques hauts personnages ou d'institutions religieuses. (Source : CIEau)
Au XVIIe siècle, la qualité de l'eau est surtout jugée selon des critères purement organoleptiques et l'on s'appuie principalement sur les eaux des fleuves et des rivières pour l'alimentation des populations. En 1790, la Révolution française a attribué aux communes la responsabilité de la distribution de l'eau sur leur territoire. C'est la première disposition légale concernant l'eau.
Le XXe siècle voit se généraliser la fourniture de l'eau à domicile. En 1902, la loi sur l'hygiène de l'eau en France précise que les maires « sont tenus de déterminer les prescriptions relatives à l'alimentation en eau potable et à l'évacuation des matières usées ».

Le manque d’eau salubre et d’assainissement touche une partie de la planète. 2,6 milliards de personnes manquent d’installations sanitaires de base. 1,8 millions de personnes meurent chaque année de maladies diarrhéiques. Chaque jour, 3 900 enfants de moins de 5 ans meurent de maladies transmises par l’eau (source : O.M.S.).
La répartition de la ressource en eau douce sur Terre n’est pas homogène, cela au sein même d’un pays. Ces disparités sont également accrues du fait de la répartition hétérogène de la population dans le monde. Aujourd'hui, un tiers de l'humanité vit dans une situation dite de stress hydrique (la demande en eau de la population dépasse la quantité des ressources qui y sont disponibles), avec moins de 1 700 mètres cubes d'eau douce disponibles par habitant et par an.
L'accès à l'eau potable a été édicté comme un droit de l'Homme : “Le droit à l’eau consiste en un approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à un coût abordable, d’une eau salubre et de qualité acceptable pour les usages personnels et domestiques de chacun. Une quantité adéquate d’eau salubre est nécessaire pour prévenir la mortalité due à la déshydratation et pour réduire le risque de transmission de maladies d’origine hydrique ainsi que pour la consommation, la cuisine et l’hygiène personnelle et domestique”. (Observation générale n°15-Comité des Droits Economiques Sociaux et Culturels-2002)
Alors que la population mondiale a plus que triplé depuis le début du siècle, l’utilisation des ressources en eau douce a été multipliée par six. Les prévisions d’accroissement de la population mondiale : augmentation de 40 à 50% dans les cinquante années à venir, l’industrialisation et l’urbanisation sont autant de phénomènes qui se répercutent directement sur les ressources en eau. La crise de l’eau se manifeste alors sous forme de menaces sociales, économiques et environnementales.

Mentions légales | Aide à la navigation | Conditions d’utilisation | Politique d’accessibilité | Crédits | Plan du site | Cadenas fermé